Char FCM 2C

Le FCM 2C est un char conçu, développé, industrialisé et produit en France. Sa conception remonte à la fin de la Première Guerre mondiale, mais il n’est livré qu’à partir de 1921, trop tard pour participer aux combats. Victime de la baisse vertigineuse des crédits militaires de l’Entre-Deux-Guerres, il n’est produit qu’à dix exemplaires malgré sa modernité pour l’époque. En 1939, malgré son âge et finalement dépassé, il est toujours en service. Huit des dix Chars FCM 2C sont remis en état et regroupés au sein du 51ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) pour finalement disparaître dans la tourmente de mai/juin 1940 sans avoir affronté l’ennemi.

Genèse, développement et engagement :

Inspirée par l’expérience des tranchées au cours de la Première Guerre mondiale, l’armée française émet le souhait de se doter d’un char lourd et long capable de franchir des coupures d’au moins 4,50 mètres. Un premier prototype FCM 1A est produit et débute ses essais fin 1917. Il est rapidement évoqué d’en produire cent exemplaires, mais Jean ESTIENNE doute de l’efficacité de son système de propulsion compte tenu de la longueur du char. Il s’oriente sur le projet de Char FCM 2C qui n’est cependant pas prêt avant la fin de la guerre. La mise en production débute en 1919, mais seuls dix exemplaires sont livrés, la commande initiale de trois cent exemplaires étant annulée.

Les Chars FCM 2C sont affectés au 501ème Régiment de Chars de Combat. Après la réforme de deux d’entre eux, huit sont transférés au 51ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) lors de la mobilisation en septembre 1939. Ils ne sont jamais engagés au combat et tombent soit en panne, soit sont sabotés afin d’éviter de tomber intacts aux mains des Allemands.

Les Allemands récupèrent quelques exemplaires qu’ils expédient au centre d’essai de Kummersdorf pour subir différents tests.

Dates clefs :

Octobre 1939 : Transfert dans la région de Briey au Nord-Est de Metz.

14 mai 1940 : Le 51ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) est victime d’un bombardement aérien allemand qui provoque des premiers dommages matériels et un premier tué.

17 mai 1940 : Transfert à Norroy-le-Sec juste à côté de Briey.

10 juin 1940 : Le Char FCM 2C n°95 Touraine est immobilisé sur casse mécanique puis sabordé.

12 juin 1940 : Ordre est donné de se replier vers le Sud  pour échapper à l’encerclement qui se dessine après le déclenchement de la seconde partie de la bataille de France, Fall Rot.

13 juin 1940 : Le Char FCM 2C n°92 Picardie tombe en panne et est sabordé. Les six derniers exemplaires opérationnels embarquement à la gare de Landres et forment deux convois qui partent dans l’après-midi en direction de Gondrecourt-le-Château près de Toul à une centaine de kilomètres entre Nancy et Saint-Dizier dont les Allemands viennent de s’emparer.

14 juin 1940 : Les convois arrivent à Badonvillers puis repartent. Les mouvements son difficiles compte tenu de l’état des voies bombardées régulièrement par l’aviation allemande.

15 juin 1940 : La progression est toujours très difficile et les convois finissent par être définitivement immobilisés à Meuse entre Neufchâteau et Langres. Devant l’impossibilité de les débarquer, les Chars FCM 2C sont sabordés à l’exception du n°99 Champagne pour lequel les charges n’ont pas fonctionné.

16 juin 1940 : La 8. Panzer-Division s’empare des deux convois ferroviaires du 51ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) immobilisés avec leurs six Chars FCM 2C à Meuse lors de son avance de Langres à Vesoul.

Chiffres clefs :

 

Versions :

 

Dérivés et variantes :

 

Bibliographie :

Profils couleurs :

 

Plans :

Jeux d’histoire :

Boutique :

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs. Les illustrations sont des photos des miniatures développées par Warlord Games pour le jeu d’histoire avec figurines Bolt Action. L’une présente un comparatif entre un Char FCM 2C, un Char Renault D1 (premier à gauche) et un Char Renault R35 (premier plan à droite).


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :