Briansk 1941

Lors de l’opération Taïfun, le Front de Briansk est encerclé par la Panzergruppe 2 alors que le Front de l’Ouest est lui anéanti à Viazma.

Publicités

Bibliographie

Mathias ANDRE, Moscou, Stalingrad, Koursk, les erreurs à l’origine des échecs allemands, in Ligne de Front n°88 (Caraktère, 2020) : article de vingt-six pages sur les raisons des échecs allemands à Moscou (opération Taïfun), Stalingrad (Opération Fall Blau) et Koursk (Opération Zitadelle) soulignant les faiblesses allemandes en termes de logistique et de réserves, le penchant systématique pour l’offensive et la recherche de la bataille décisive entraînant des encerclement gigantesques prenant du temps à être résorbés (Viazma, Briansk), les faiblesses du renseignement et la sous-estimation systématique de l’adversaire, la dispersion systématique des efforts quand il faut au contraire les concentrés (opération Wintergewitter versus maintien des positions dans le Caucase) alors que les moyens eux-mêmes sont limités, courte analyse du baptême du feu du Panzer V et des difficultés du T-34/76 à Koursk – Texte, photos.

Didier LAUGIER, Za Rodinou ! Un officier du NKVD dans la tourmente, in Ligne de Front89 (Caraktère, 2021) : article de douze pages transcrivant le journal de bord d’un officier du NKVD auprès de la 50ème Armée soviétique dans la poche de Briansk où il trouve la mort procurant de nombreux détails sur la vie quotidienne au sein de l’Armée Rouge à l’automne 1941 face à aux opérations Barbarossa et Taïfun – Texte, cartes, photos.