Publicités

Tilly-sur-Seulles 1944

Tactique

Tilly-sur-Seulles est un village normand qui est l’objet de très violents combats durant la Seconde Guerre mondiale au cours de la bataille de Normandie. Au centre de la tête de pont alliée, il se situe au carrefour stratégique des routes reliant Bayeux à Villers-Bocage et Caen à Balleroy puis Saint-Lô. La première permet de s’enfoncer dans la Normandie, la seconde de coulisser d’un côté à l’autre du front. Le 6 juin 1944, le Mur de l’Atlantique est enfoncé sur toutes les plages et les réserves allemandes à proximité des plages sont rares, à l’exception de la 21. Panzer-Division qui bloque les Britanniques devant Caen. Les Allemands contiennent les Américains dans le Cotentin et à Carentan, les Britanniques sont coincés face à Caen et à l’est de l’Orne. Au centre, la résistance s’effondre rapidement. Bayeux tombe dès le 7 juin 1944 aux mains des unités débarquées sur Gold Beach. Les renforts allemands immédiatement dépêchés sur place commencent à arriver le même jour. Tout d’abord, la 12. SS-Panzer-Division qui se positionne essentiellement à l’est de Caen en arrière notamment de Juno Beach. La 130. Panzer-Lehr-Division commence elle aussi à arriver et se dirige au centre du front vers Bayeux.

Le 9 juin 1944, chacun des belligérants pousse dans le sens opposé de l’autre. A l’ouest de la route reliant Bayeux à Tilly-sur-Seulles, la 130. Panzer-Lehr-Division s’élance sur Ellon qui est repris aux Britanniques de la 56th Infantry Brigade. A l’est de la même route, c’est la 8th Armoured Brigade avec l’apport d’unités de la 50th Infantry Division qui attaque et qui parvient au hameau de Saint-Pierre coupant ainsi le chemin de Tilly-sur-Seulles à Cristot. Devant la menace britannique, les Allemands se replient pour défendre Tilly-sur-Seulles, stoppant ainsi leur effort en direction de Bayeux.

Afin de contourner la défense établie face à Caen par les Allemands, Bernard MONTGOMERY déclenche l’opération Perch destinée à enfoncer le centre du front allemand et contourner largement Caen par l’ouest. Le 10 juin 1944, la 7th Armoured Division traverse les lignes de la 50th Infantry Division et attaque Tilly-sur-Seulles par le nord tandis que la 8th Armoured Brigade attaque par l’est à partir de Saint-Pierre. De violents combats et affrontements de blindés se déroulent tout au long de la journée avec la 130. Panzer-Lehr-Division. Les combats se poursuivent avec la même intensité le 11 juin 1944, notamment à Lingèvres à l’ouest de Tilly-sur-Seulles et au niveau de la côte 103 entre Tilly-sur-Seulles et Cristot. Malgré les pertes, les Allemands tiennent toujours. Tilly-sur-Seulles n’est plus qu’un tas de ruines. La fixation de la 130. Panzer-Lehr-Division autour de Tilly-sur-Seulles ne lui permet pas d’aider les restes de la 352. Infanterie-Division qui à sa gauche fait face aux Américains venant d’Omaha Beach depuis le 6 juin 1944. Un trou se forme entre les deux unités allemandes et la 1st US Infantry Division en profite pour foncer sur Caumont-l’Eventé. La 2. Panzer-Division et la 3. Fallschirmjäger-Division qui sont en train de rejoindre le front normand sont envoyées colmater la brèche qui menace Saint-Lô à l’ouest et les lignes des 130. Panzer-Lehr-Division et 12. SS-Panzer-Division à l’est. Bloqués dans leurs attaques frontales face à Tilly-sur-Seulles voient l’opportunité de profiter de relancer l’opération Perch en faisant glisser la 7th Armoured Division par Livry à côté de Caumont-L’Eventé pour se rabattre sur Villers-Bocage une douzaine de kilomètres en arrière de Tilly-sur-Seulles. Le contournement débute le 12 juin 1944 tandis que la 50th Infantry Division continue de fixer la 130. Panzer-Lehr-Division par de violents attaques. Livry tombe et une large percée semble se dessiner. Le 13 juin 1944, les éléments avancés de la 7th Armoured Division entrent dans Villers-Bocage et se préparent à rouler plein est, direction Noyers-Bocage et Evrecy. Les 130. Panzer-Lehr-Division et 12. SS-Panzer-Division sont clairement menacées d’encerclement. Cependant, les premiers éléments de la 2. Panzer-Division arrivent et l’exploit de Michael WITTMANN qui anéantit la colonne britannique douchent les espoirs britanniques obligés de se replier. La seconde tentative d’enveloppement est un nouvel échec.

Bibliographie :

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Stéphane JACQUET, Dimanche 11 juin 1944, la bataille pour Essex Wood, l’enfer du 2nd Essex Regiment devant Verrières, in 39/45 Magazine356 (Heimdal, 2019) : article de huit pages sur les combats pour le bois de Verrières les 11 et 12 juin 1944 entre le 2nd Essex Regiment de la 56th Infantry Brigade rattachée alors à la 7th Armoured Division et la 130. Panzer-Lehr-Division qui verrouille Tilly-sur-Seulles et ses abords – Photos.

Eric LEFEVRE, Pz. Lehr. Rgt. 130, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de onze pages sur l’engagement du Panzer-Lehr-Regiment 130 de la 130. Panzer-Lehr-Division dans la bataille de Normandie comprenant une courte biographie de Rudolf GERHARDT, le récit de la contre-attaque sur Bayeux et de la reprise d’Ellon, de la mort de Wilhelm Prinz von SCHÖNBURG-WALDENBURG sur la Côte 103, des combats pour Tilly-sur-Seulles, Lingèvres, Pont-Hébert et le choc de l’opération Cobra  – Photos, ordre de bataille.

Boutique :

 

 

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs. Le logo type de schéma tactique est utilisé dans les premiers numéros de 39/45 Magazine pour codifier les articles relatifs à des batailles.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :