Normandie 1944 Chronologie – juin 1944

Au cours de la bataille de Normandie, le mois de juin 1944 se caractérise par le Débarquement lui-même le 6 juin 1944, la consolidation et la réunion des différentes têtes de pont, la coupure et la conquête du Cotentin par les Américains, les combats pour Caen qui représente le pivot du front entre Anglo-Canadiens et Allemands.

Publicités
6 juin 1944 :

Dans la nuit, les Alliés établissement deux têtes de pont aéroportées (une britannique à l’est de l’Orne et une américaine dans le Cotentin) afin de protéger les deux flancs de la zone d’invasion. L’aviation alliée bombarde les positions défensives sur la côte, les points de passage sur la Seine et la Loire ainsi que les principaux nœuds de communication allemands. Au petit matin, commencent les débarquements sur Sword Beach, Juno Beach, Gold Beach, Omaha Beach, la Pointe du Hoc et Utah Beach. Globalement, les défenses allemandes du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) sont toutes percées dans la matinée.

Dans la confusion, les Allemands tentent de réagir. La 21. Panzer-Division, seule division blindée allemande stationnée à proximité immédiate de la côte, lance à la fois une contre-attaque contre la tête de pont aéroportée britannique (Kampfgruppe von Luck) et en direction de Luc-sur-Mer sur la côte. Les réserves de la 352. Infanterie-Division hésitent entre intervenir contre la tête de pont aéroportée américaine puis contre les éléments débarqués à Omaha Beach et sont inutilement dilapidées. Le commandant de la 91. Infanterie-Division, Wilhelm FALLEY, est tué par des parachutistes américains lorsqu’il revient à poste de commandement à Picauville.

La 12. SS-Panzer-Division et la 130. Panzer-Lehr-Division prennent en fin de journée la route en direction du front.

A la fin de la journée, les Alliés sont déjà bien établis sur le continent, le débarquement est donc un succès. Les têtes de pont de Gold Beach et de Juno Beach sont déjà reliées entre elles, les têtes de pont aéroportées britannique et américaine sont respectivement connectées aux éléments débarqués à Sword Beach et Utah Beach. S’ils ne réussissent ni à bloquer les Alliés sur les plages, ni à les repousser à la mer, les Allemands parviennent néanmoins à conserver Caen. Dans le Cotentin, la situation des hommes de la 82nd US Airborne Division à l’ouest du Merderet est encore très confuse, les Allemands de la 91. Infanterie-Division appuyés par des chars de la Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100 parvenant à reprendre le contrôle de l’un des accès de la Chaussée de la Fière – Cauquigny sans pour autant parvenir à la traverser.

7 juin 1944 :

A l’est de l’Orne, les Britanniques consolident leurs positions pour protéger le flanc de la zone d’assaut. La 3rd (United Kingdom) Infantry Division tente de progresser vers Caen, mais la ville est solidement verrouillée par la 21. Panzer-Division, notamment à Lebisey. De son côté, la 12. SS-Panzer-Division commence à arriver, reprend et tient fermement Cambes-en-Plaine.

La 3rd Canadian Infantry Division progresse à l’intérieur des terres et commence à contourner Caen par l’ouest et s’empare d’Authie. Carpiquet est en vue. C’est à cet instant que les premiers éléments de la 12. SS-Panzer-Division contre-attaquent repoussant les Canadiens jusqu’à Buron où se déroulent de violents combats. Mais les Canadiens se ressaisissent et repoussent, avec l’appui de l’artillerie navale, les Allemands qui ne peuvent progresser davantage vers la côte. Plus à l’ouest, Putot-en-Bessin, Norrey et Bretteville-l’Orgueilleuse tombent sans difficulté dans les mains canadiennes.

Le No. 47 Royal Marine (RM) Commando progresse vers Port-en-Bessin atteint en milieu d’après-midi et s’en empare dans la nuit.

A Omaha Beach, les 1st US Infantry Division et 29th US Infantry Division consacrent la journée à sécuriser définitivement la tête de pont et à se donner un peu d’air en profitant de l’affaiblissement de la 352. Infanterie-Division et au quasi anéantissement la veille de la 716. Infanterie-Division. Les villages de Saint-Laurent, Colleville et de Vierville sont ainsi définitivement nettoyés. La Nationale 13 est également coupée. Mais la progression en direction de la Pointe du Hoc où sont isolés les Rangers est toujours impossible. Ces derniers résistent cependant aux tentatives allemandes de les anéantir.

Dans le Cotentin, les éléments avancés de la 4th US Infantry Division atteignent Sainte-Mère-Eglise et les hommes de la 82nd US Airborne Division qui s’y trouvent. Au sud de la tête de pont aéroportée américaine, le Fallschirmjäger-Regiment 6 épaulé d’éléments de la 91. Infanterie-Division repousse les attaques sur Saint-Côme-du-Mont. Les parachutistes de la 101st US Infantry Division résistent de leur côté à La Barquette aux assauts d’éléments du Fallschirmjäger-Regiment 6 et de la 709. Infanterie-Division. Au nord, la résistance de la batterie d’Azeville empêche toute progression américaine.

8 juin 1944 :