Bayeux 1944

Bayeux est la première ville française de métropole à être libérée durant la Seconde Guerre mondiale en Europe. Elle se situe au centre de la zone d’assaut alliée lors du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944 entre les plages de Gold Beach et d’Omaha Beach. L’effondrement de la 716. Infanterie-Division qui reçoit le choc allié sur l’ensemble de son secteur et l’absence de réserve immédiatement disponible en arrière de ses lignes à part la 21. Panzer-Division qui ne peut que verrouiller l’accès de Caen permettent aux Britanniques de la 50th (Northumbrian) Infantry Division d’entrer dans la ville dès le 7 juin 1944 sans véritable combat. La 130. Panzer-Lehr-Division qui arrive en renfort reçoit l’ordre de reprendre Bayeux et progresse le 8 juin 1944 en sa direction jusqu’à Ellon avant d’être contrainte de se replier en raison de l’avance britannique sur son flanc en direction de Tilly-sur-Seulles. Charles DE GAULLE y fait une entrée triomphale le 14 juin 1944 et installe la première administration du Gouvernement Provisoire français (GPRF).

Publicités

Bibliographie :

Jean-Pierre BENAMOU, Normandie 14 juin 1944, à Bayeux, le général de Gaulle fait réapparaître l’Etat légitime sur le territoire national, in 39/45 Magazine n°52 (Heimdal, 1990) : article de dix-neuf pages sur l’administration du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) défini par Charles DE GAULLE, comprenant la description chronologique de sa première tournée en Normandie, son discours de Bayeux puis la visite d’Isigny-sur-Mer et de Grandcamp – Texte, photos.

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Texte, photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Stéphane JACQUET, 8 juin 1944, objectif Cote 103 pour la 8th Armoured Brigade, les combats pour Loucelles et Audrieu, in Normandie 1944 Magazine n°30 (Heimdal, 2019) : article de douze pages sur l’assaut de la 8th Armoured Brigade les 7 et 8 juin 1944 sur Loucelles et Audrieu, ainsi que les impacts sur Brouay et Cristot, face à la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend avant d’atteindre Saint-Pierre en direction de Tilly-sur-Seulles, ce qui entraîne le repli de la 130. Panzer-Lehr-Division qui attaque en direction de Bayeux – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Eric LEFEVRE, Pz. Lehr. Rgt. 130, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de onze pages sur l’engagement du Panzer-Lehr-Regiment 130 de la 130. Panzer-Lehr-Division dans la bataille de Normandie comprenant une courte biographie de Rudolf GERHARDT, le récit de la contre-attaque sur Bayeux et de la reprise d’Ellon, de la mort de Wilhelm Prinz von SCHÖNBURG-WALDENBURG sur la Côte 103, des combats pour Tilly-sur-Seulles, Lingèvres, Pont-Hébert et le choc de l’opération Cobra – Texte, photos, ordre de bataille.