Publicités

Sword Beach 1944

Sword Beach est le nom de code donné à l’une des cinq plages (avec Utah, Omaha, Juno et Gold) par les Alliés lors du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944. C’est le secteur le plus à l’Est de la zone d’assaut et borde l’embouchure du canal de Caen à la mer et de l’Orne et sur les communes de Ouistreham, Riva-Bella, Colleville-sur-Orne et Hermanville-sur-Orne. La défense est assurée par des points d’appui construits par les Allemands dans le cadre du Mur de l’Atlantique  opérés par les hommes de la 716. Infanterie-Division :

  • D’Est en Ouest sur la côte : Widerstandsnest Wn 7 [Ouistreham], Stützpunkt StP 08 [Riva-Bella], Widerstandsnest Wn 10 [Riva-Bella], Widerstandsnest Wn 18 [Colleville-la-Plage], Widerstandsnest Wn 20 [Hermanville-la-Brèche] ainsi que les Widerstandsnest Wn 10, 12, 15, 16, 17, 19
  • D’Est en Ouest à l’intérieur des terre : Widerstandsnest Wn 9, 12 et 11 en arrière d’Ouistreham, Wn 14 en arrière de Riva-Bella, Wn 16, 17 et 19 en arrière d’Hermanville-la-Brèche et de Colleville-sur-Orne
  • Saint-Aubin-d’Arquenay : Widerstandsnest Wn 15 et 15a
  • Colleville-sur-Orne : Widerstandsnest Wn 16

 vs. 

Contexte :

Quatre ans après l’évacuation de Dunkerque, les Alliés cherchent à reprendre définitivement pied en France pour pouvoir soulager l’URSS et établir une tête de pont à partir de laquelle ils pourront s’élancer jusqu’au cœur de l’Allemagne pour défaire le III. Reich, les opérations en Italie n’étant pas considérées comme permettant d’atteindre cet objectif.

Laissant les Allemands dans l’expectative quant à la zone et à la date de l’assaut, les Alliés choisissent de débarquer en Normandie dans la Baie de Seine dans un endroit et à un moment qui n’est pas attendu par leurs adversaires, générant de fait un double effet de surprise temporel et spatial auquel s’ajoute des moyens insoupçonnés.

Les troupes débarquées sur la plage de Sword Beach ont pour mission de :

  • Rejoindre les troupes aéroportées britanniques chargées de sécuriser les points de franchissement sur l’Orne, notamment à Pegasus Bridge, pour protéger la zone de débarquement des contre-attaques allemandes qui viendraient des renforts provenant du Nord de la France ou qui transiteraient par la région parisienne,
  • S’emparer de Caen dès le soir du 6 juin.

Unités engagées :

Allemagne : éléments de la 716. Infanterie-Division renforcés par l’Ost-Bataillon 642, de la Heeres-Küsten-Artillerie-Abteilung (HKAA) 1260 et de la 21. Panzer-Division.

Grande-Bretagne : 3rd (British) Infantry Division, 27th Armoured Brigade, 1st Special Service Brigade (No. 3 Commando, No. 4 Commando, No. 6 Commando, No. 45 Royal Marine Commando), éléments de la 4th Special Service Brigade, éléments de la 79th Armoured Division, Force S (HMS Warspite, HMS Ramilies, HMS Roberts, HMS Mauritius, HMS Arethusa, HMS Frobisher, HMS Danae, ORP Dragon et navires d’accompagnement)

Chronologie :

5h45 : Début des tirs contre les positions côtières allemandes par la flotte alliée.

7h20 : Les premiers chars de la 79th Armoured Division roulent sur la plage avec des Sherman Flail.

7h30 : Les premières unités d’infanterie prennent pied sur la plage.

 

 

Dénouement, répercussions et conséquences :

Les troupes alliées prennent rapidement pied sur les plages et rejoignent facilement les troupes aéroportées qui ont sauté dans la nuit. Les ponts qui franchissent le canal de Caen à la mer et de l’Orne sont sécurisés et le lien est établi avec les unités qui protègent le flanc Ouest de la zone d’invasion.

Cependant, compte-tenu de la contre-attaque de la 21. Panzer-Division et de la timidité de l’avance britannique, Caen reste aux mains des Allemands le soir du 6 juin 1944 alors que déjà des renforts conséquents se profilent avec l’arrivée de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend et de la 130. Panzer-Lehr-Division qui verrouilleront ce front pendant plusieurs semaines, entraînant notamment une crise de commandement chez les Alliés.

Le fait de ne pas s’emparer de Caen dès le 6 juin 1944 au soir contrarie de facto les plans alliés pour l’exploitation du Débarquement. Les causes sont à la fois propres aux Britanniques mais également la conséquence indirecte des réactions allemandes tout au long de cette journée. Seule l’incapacité des Allemands à mener rapidement une contre-offensive décisive permet aux Alliés d’éviter de se retrouver bloqués dans leur tête de pont voire repousser à la mer. Dès lors, la guerre d’attrition qui s’engage ne peut tourner qu’en faveur des Alliés et sceller ainsi la bataille de Normandie.

Jeux d’Histoire :

 

Bibliographie :

Boutique :

     

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs. Le logo type de schéma tactique est utilisé dans les premiers numéros de 39/45 Magazine pour codifier les articles relatifs à des batailles.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :