France Nord 1944

Après avoir réussi à débarquer en Normandie le 6 juin 1944 et à y établir une solide tête de pont, les Alliés parviennent à percer les lignes allemandes à l’occasion de l’opération Cobra. Ils peuvent alors se répandre en Bretagne, en Mayenne, en Sarthe et plus globalement s’ouvrent le chemin de l’intérieur du territoire français. L’encerclement, même imparfait, des 7. Armee et 5. Panzer-Armee dans la poche de Falaise oblige les Allemands à se replier en direction des frontières du Reich poursuivis par les troupes alliées débarquées en Normandie. Les unités du 21st Army Group et de la 1st US Army remontent alors en direction de la Belgique sans pouvoir être arrêtées sur la Seine ou la Meuse. En quelques semaines tout le nord de la France se retrouve libéré, à l’exception de la poche allemande sur la Manche de Dunkerque. Les Américains franchissent ainsi la frontière belge le 2 septembre 1944…

Publicités

Historique

Préambule

Invasion !

L’objectif de l’opération Overlord consiste à établir une tête de pont qui s’appuie sur la Seine et la Loire avant de pousser en direction des frontières du Troisième Reich et le bassin de la Ruhr. Les Alliés font ainsi le choix de construire leur effort principal en Europe non pas à partir de l’Italie où ils ont déjà pris pied, mais à partir de la Normandie où ils débarquent le 6 juin 1944.

Dès les premières heures de l’opération Neptune, les vagues d’assaut à l’aide de largages de parachutistes aux deux extrémités de la zone d’assaut percent le Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) et repoussent les premières contre-attaques allemandes.

Percée

La pression alliée ainsi que l’isolement du théâtre d’opérations empêchent les Allemands de menacer la tête de pont par la mer, par les airs mais également sur terre. Si les combats peuvent paraître laborieux, notamment pour Caen et dans le bocage, la situation se débloque avec l’opération Cobra lancée le 25 juillet 1944 dont l’exploitation permet de percer la défense allemande et d’atteindre Avranches le 30 juillet 1944 au soir, ouvrant ainsi la porte de la Bretagne et de la Mayenne. Dès lors s’ouvre la bataille pour la France.

La tentative allemande de reboucher le trou par lequel s’écoule la 3rd US Army échoue (opération Lüttich) tandis que les pointes américaines prennent la direction du Mans puis remontent à la rencontre des Britanniques par Alençon et Argentan afin de prendre au piège la 7. Armee, la Panzergruppe Eberbach ainsi qu’une partie de la 5. Panzer-Armee. Après des hésitations et quelques ratés, les Alliés bouclent définitivement la poche de Falaise le 21 août 1944, mais de nombreuses unités parviennent à s’échapper.

Franchissement de la Seine

Dans le même temps, les Britanniques lancent l’opération Paddle pour franchir la Dives et remonter la côte en direction de l’embouchure de la Seine. De son côté, la 79th US Infantry Division atteint et franchit le fleuve à Mantes-Gassicourt le 19 août 1944 doublée dès le 25 août 1944 par la 43rd (Wessex) Infantry Division qui établit une tête de pont à Vernon. La 3rd US Army franchit également la Seine à Paris, à Melun et atteint même déjà Troyes alors que les Alliés viennent également de débarquer en Provence le 15 août 1944.

Les rescapés de la poche de Falaise continuent de se replier et de refluer à travers la Seine principalement entre Caudebec-en-Caux, Rouen et Les Andelys.

La 4th Canadian Armoured Division franchit à son tour le fleuve à Pont-de-l’Arche le 26 août 1944 suivie le lendemain par la 15th (Scottish) Infantry Division aux Andelys et la 3rd Canadian Infantry Division à Elbeuf. Il faut attendre le 30 août 1944 pour que la 51st (Highland) Infantry Division à Duclair et la 49th (West Riding) Infantry Division à Caudebec-en-Caux ainsi qu’à Vieux-Port franchissent la Seine, cette fois en aval de Rouen qui est également attente par la 3rd Canadian Infantry Division grâce à sa tête de pont conquise la veille.

Néanmoins, les Alliés ne parviennent pas à empêcher les rescapés de la poche de Falaise à franchir la Seine malgré la décision alliée du 19 août 1944 de réorienter les XIX US Corps et XV US Corps pour tenter de créer un deuxième encerclement.

Stratégies opposées

Rétablissement ou repli pour les Allemands ?

Adolf HITLER ordonne le 3 août 1944 de stopper (enfin) les travaux sur le Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) et de se concentrer sur l’établissement d’une position fortifiée le long de la Somme, de la Marne et de la Saône. Le 24 août 1944, il ordonne de préparer une ligne de défense sur l’Escaut, le canal Albert, le Westwall et la Moselle pour barrer la route de la Lorraine.

Le lendemain, Walter MODEL ordonne de regrouper le reste de ses divisions blindées en quatre groupements :

Devant l’impossibilité de reconstituer les unités en repli et de se rétablir sur la ligne initialement prévue, Walter MODEL ordonne finalement le 29 août 1944 le repli sur la ligne définie le 24 août 1944, mais il faut encore gagner du temps. La Libération du nord de la France semble acquise…

Front étroit ou large pour les Alliés ?

Opérations militaires

Sous les bombes

Voir aussi…

Bibliographie

Repères bibliographiques

Le franchissement de la frontière franco-belge par les Américains fait l’objet de plusieurs articles dans le Mook 19448 qui rappelle à cette occasion la charge alliée effectuée à travers le Nord de la France en quelques jours seulement.

Livres

Magazines et périodiques

Ludographie