Tanks in the Battle of Germany, Eastern Front, New Vanguard #312 (Osprey, 2022)

Home » Editeurs » Osprey » Osprey New Vanguard » Tanks in the Battle of Germany, Eastern Front, New Vanguard #312 (Osprey, 2022)
Publicités

Présentation

Dans se série d’ouvrages « Tanks in… » parue dans la collection New Vanguard chez Osprey, Steven ZALOGA explore l’utilisation des chars (y compris chasseurs de chars et canons d’assaut) entre les deux camps qui s’opposent. Ici, il s’agit d’aborder les derniers combats de 1945 à l’Est de l’Europe, en Pologne, Hongrie et bien sûr Allemagne.

Effondrement quantitatif et qualitatif de la Panzerwaffe malgré l’illusion des nombres

L’auteur identifie quatre temps forts de janvier à début mai 1945 :

Le but n’étant pas de décrire dans le détail les combats menés, l’auteur s’attarde davantage sur la composition des effectifs en chars des deux camps. L’usure de la Panzerwaffe ressort clairement en nombre mais aussi en qualité puisque les Panzer IV/70, Sturmgeschütz (StuG) III, Sturmgeschütz (StuG) IV, et Jagdpanzer 38(t) Hetzer représentent plus de la moitié du parc blindé disponible en avril 1945. L’inventaire au 1er janvier 1945 montre déjà cette tendance tous fronts confondus.

Alors que la Wehrmacht met la priorité sur l’Ouest au second semestre 1944, l’impossibilité de renverser la situation après les échecs des opérations Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes, Bodenplatte contre les terrains d’aviation alliés et Nordwind en Alsace puis l’offensive soviétique à partir de la Vistule le 12 janvier 1945 entrainent un renversement des priorités. L’essentiel des livraisons de matériels se fait au profit des unités en Pologne, Hongrie et Prusse orientale. L’analyse division par division montre des effectifs désormais réduits à quelques dizaines de blindés, canons d’assaut compris.

De l’autre côté, l’Armée rouge possède un arsenal impressionnant, pas uniquement quantitativement. Le nombre de chars lourds dépasse ainsi la totalité des moyens blindés allemands.

Si de nouveaux blindés arrivent dans les formations de combat, ils restent minoritaires comparés aux engins produits depuis la moitié de la Seconde Guerre mondiale.

Le canon, cause encore largement majoritaire des pertes au combat

Mais comme le rappelle à juste titre Steven ZALOGA dans son analyse conclusive, le nombre ne fait pas tout. Si les Allemands peuvent encore aligner un effectif non négligeable et inattendu compte tenu des ravages provoqués par les bombardements alliés sur les centres de production et les transport, les pénuries en toutes sortes (essence, pièces détachées, etc.) grèvent fortement leur potentiel de combat et anéantissent leur mobilité tactique et stratégique. Les moyens consacrés à la formation et à l’entrainement deviennent réduits à la portion congrue, ce qui impacte également la performance des équipages. Un rappel que le char n’est qu’un système d’arme complexe qui exige plusieurs facteurs pour pouvoir être décisif au combat (cf. Science & Vie Guerres & Histoire hors-série n°14).

L’analyse des causes de pertes par l’Armée rouge en février et mars 1945 montre à la fois l’intensité des combats menés malgré la situation désespérée allemande, mais aussi l’origine des mises hors de combat. Alors que les fantassins reçoivent en masse des Panzerfaust, les deux tiers des chars perdus le sont par des tirs de chars ou de canons antichars…

Voir aussi…

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • Introduction
  • The Campaign
    • The Budapest Cauldron
    • The Red Army’s January Offensive
    • Spring Awakening in Hungary
    • The Battle for Berlin
  • Doctrine and Organization
    • Whermacht
    • German Allies
    • Red Army
    • Soviet Allies
  • Technical Factors
    • Wehrmacht
    • Red Army
  • Battle Analysis
  • Technical Lessons
  • Further Reading
  • Index

Caractéristiques

  • ISBN : 9781472848116
  • Nombre de pages : 48
  • Langue : Anglais
  • Couverture : souple
  • Reliure : collée
  • Dimensions : 18,5 x 24,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : N/A

Historique de la page

  • 07/12/2022 : création

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.