Publicités

Archive

Archive for the ‘Projets éditoriaux’ Category

Heimdal (Editions)

19 mars 2017 2 commentaires

Heimdal logoLes Editions Heimdal sont une maison d’édition française établies en Normandie dans la région de Bayeux.

Compte tenu de leur ancrage régional, les Editions Heimdal se spécialisent tout d’abord l’histoire normande et naturellement au Débarquement allié en Normandie du 6 juin 1944, puis par extension à la Seconde Guerre mondiale.

Le champ éditorial s’agrandit progressivement pour couvrir d’autres périodes de l’Histoire comme l’Antiquité ou le Moyen-Âge. Lire la suite…

Publicités

Mémorial de la bataille de France (Heimdal)

8 décembre 2015 Laisser un commentaire

Heimdal 2016 MARY Jean-Yves Memorial France 1940 tome 1Après une volumineuse, et à ce jour inégalée, étude sur l’invasion allemande de mai et juin 1940, Jean-Yves MARY se replonge sur cette période en préparant deux volumes sur les opérations militaires à l’Ouest en 1940.

La promesse évoquée de traiter au jour le jour les combats de la Hollande à Menton, ce qui procure un champ un peu différent et plus complet que celui précédemment adopté qui se focalisait essentiellement sur les pointes blindées allemandes.

Annoncés respectivement pour 2016 et 2017, les deux volumes du « Mémorial de la bataille de France » publiés aux Editions Heimdal devraient représenter quelques 800 pages et plusieurs centaines de photos issues tant des archives officielles que des clichés pris par les vétérans. Le ticket d’entrée est élevé, puisqu’il faudra compter 118 € pour les deux volumes lors de leur parution. Le principal enjeu sera d’éviter de faire doublon aux six livres du même auteur déjà parus…

=> Acheter le tome 1

 

La 2. Panzer-Division en Normandie (Heimdal)

2 décembre 2015 Laisser un commentaire

Habituée aux épaisses rétrospectives d’unités (essentiellement allemandes d’ailleurs), la maison d’éditions normande Heimdal se prépare à publier fin 2016 et début 2017 une étude originale (et non une traduction d’ouvrages déjà parus en anglais ou en allemand) en deux tomes sur l’engagement de la 2. Panzer-Division lors de la bataille de Normandie de juin à août 1944.

Au total, ce sont plus de 600 pages qui sont annoncées avec 800 photos environs.

Retirée du Front de l’Est au cours de l’hiver 1944 et envoyée en France pour se reconstituer, la 2. Panzer-Division est l’une des divisions blindées allemandes qui intervient le plus rapidement sur le front normand. Elle affronte les Américains, puis les Britanniques (notamment lors de l’opération Epsom) pour se retourner ensuite de nouveaux contre les troupes US après la percée de Saint-Lô. Elle participe également à la contre-attaque avortée sur Mortain en août. Avec son Kommandeur, elle joue un rôle décisif dans la percée de Saint-Lambert-sur-Dives qui permet à de nombreux allemands de s’extraire de la Poche de Falaise et se replier en direction de la Seine. Ses pertes sont sensibles et un nombre infime de ses matériels peuvent traverser le fleuve.

L’engagement de la 2. Panzer-Division en Normandie est bien moins connu que celui des grandes unités de la Waffen-SS ou de la 130. Panzer-Lehr-Division, mais les zones dans lesquelles elle a été amenée à opérer sont très représentatives des combats en Normandie. Le sujet de cette étude est donc prometteur. Mais avec un prix annoncé élevé (118 € les deux volumes à la date de parution), l’exigence tant sur le fond que sur la forme sera très forte.

*********************

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

La Seconde Guerre mondiale est un tournant majeur dans l’histoire du monde, que ce soit en Europe ou en Asie. La dimension intercontinentale est essentiellement vraie pour les Etats-Unis qui se battent en Europe pour y prendre physiquement et culturellement pied ainsi qu’en Asie et dans le Pacifique. Les conflits qui vont germer après 1945 sont issus des conséquences du conflit. Durablement, les armées sont marquées par l’évolution des technologies, des doctrines et des mentalités de la guerre. L’apparition de l’atome, tout comme la décolonisation et l’apparition du terrorisme sont les héritiers de cette guerre. De même, la Seconde Guerre mondiale n’a pas été spontanée. Elle résulte, que ce soit en Europe, dans le Pacifique et en Asie d’influences issues du début du XXème siècle. La conjonction d’intérêts idéologiques et politiques, le calendrier propre des protagonistes, le développement des moyens de transport et de communication vont donner l’impression d’une certaine unité de temps à défaut de lieu.

www.3945km.com propose de recenser des publications couvrant un siècle d’histoire militaire, du début du XXème siècle aux conflits contemporains en mettant en avant notamment les travaux en langue française.

Interview de Nicolas PONTIC, Rédacteur en chef du magazine 2e Guerre Mondiale

5 février 2013 1 commentaire

2guerremondiale

Depuis quelques temps déjà, 2e Guerre Mondiale a changé de formule et de rythme de parution en devenant trimestriel. Quels étaient vos objectifs et pensez-vous y être parvenu ?

La crise frappant également la presse spécialisée, l’objectif de la direction était de réduire les frais et d’améliorer le rendement, afin de sauvegarder la revue. L’objectif est pleinement rempli, en particulier du fait que la revue a bénéficié en même temps d’une nouvelle ligne éditoriale et d’une nouvelle formule qui ont manifestement été plutôt bien accueillies par les lecteurs, au vu des résultats. Mais la limite de la « trimestrialisation » étant atteinte, nous discutons de la possibilité de pouvoir passer à nouveau en bimestriel pour ce qui est du numéro « normal ».

Vous attachez une importance particulière à écrire « l’histoire de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale. Quels sont les principaux dogmes battus en brèche ces dernières années et quels sont les « mythes » qui méritent d’être examinés de nouveau avec un recul historique qui n’existait pas encore il y a quelques années ?

Il y a principalement deux de ces « mythes » que nous souhaitons remettre en cause à la rédaction : la supériorité tactique et opérationnelle incontestée de la Wehrmacht, qui n’aurait été battue qu’à cause d’une supériorité numérique alliée indépassable ; le « rouleau compresseur » soviétique, qui n’aurait gagné que grâce à un réservoir humain inépuisable et sans aucune imagination stratégique. Mais les sujets historiographiques ne manquent pas : le mythe de Rommel ; la Collaboration ; la Résistance ; les compétences de stratège d’Hitler, etc. sont autant de sujets sur lesquels il y a aujourd’hui encore beaucoup à dire…

Quels sont les numéros dont vous êtes le plus fier et pourquoi ?

En tant qu’auteur, le numéro sur l’Armée Rouge (2GMT 13), car il m’a permis de revenir sur quelques aspects peu connus de cette armée mal aimée ; en tant que rédacteur en chef, les numéros 43, 44 et 46, d’un point de vue éditorial et technique : une maquette aboutie et des sujets très originaux dans le fond. La série des feux 2e Guerre mondiale Matériel, qui était aussi très intéressante, mais qui a été mal gérée du fait d’un manque de compétences internes à une époque difficile pour Astrolabe : avec un titre différent, il n’aurait pas « télescopé » les autres titres de la revue et aurait certainement connu de très beaux jours… dommage.

Devant l’abondance de l’offre, qu’est-ce qui permet à votre revue de se différencier des autres magazines spécialisés ? Quelle recette pour réussir ?

Il est vrai que le marché est de plus en plus « congestionné ». 2e Guerre mondiale est soutenue par une équipe rédactionnelle expérimentée et qui a le souci de traiter les sujets avec les dernières sources à disposition et avec des problématiques originales.

Les rubriques telles que « Ecrire l’histoire », où un historien peut exposer son point de vue sur un sujet plus ou moins polémique, ou encore les fiches personnages, qui proposent de nombreux « liens », à la mode d’une page web, afin de disposer d’un maximum d’informations contextuelles, démontrent une volonté de dynamisme de la revue.

Enfin, la maquette et la mise en page, sous la responsabilité de Guillaume Laugier, accentuent cette volonté en la mettant en forme.

Que change internet ?

D’un point de vue strictement commercial, il est évident qu’Internet nous fait du mal, puisqu’il propose souvent du contenu gratuit, avec parfois du très bon, mais très souvent le pire. A vrai dire, nous avons préféré ne pas considérer Internet comme un concurrent mais comme un complément, puisque nous nous en servons comme support d’annonce et, d’autre part, nous cherchons à établir des partenariats avec les sites les plus sérieux. Enfin, il propose un vivier d’auteurs parfois de qualité qu’il faut savoir dénicher…

Qui s’intéresse aujourd’hui à la Seconde Guerre mondiale ? Comment trouver l’équilibre entre les sujets « vendeurs » et favoriser la recherche historique, quitte à aborder des terrains plus arides et plus difficilement accessibles ?

L’Histoire a le vent en poupe en ce moment : tout le monde s’y met et même les hebdomadaires d’information sortent des Hors-Séries sur la Seconde Guerre mondiale. Le public pour cette histoire spécialisée est donc large et important : notre lectorat touche indifféremment les étudiants, les actifs, les retraités, les jeunes, les moins jeunes, les militaires, les femmes, les hommes, etc.

L’idée est de proposer un sujet de couverture fédérateur, mais original de par son traitement, et de distiller ensuite dans la revue des sujets plus « exotiques » sur le fond et la forme.

Comment capter de nouveaux lecteurs ?

Difficile. Si l’on est trop généraliste, on s’éloigne du noyau dur des passionnés, si l’on fait du trop spécialisé, on se coupe de la masse de ceux qui sont curieux mais ne cherchent pas à savoir quelles étaient les Panzer-Divisionen engagées à Koursk. Il faut donc se remettre en question à chaque numéro, trouver la formule la plus adéquate pour satisfaire suffisamment ces deux types de lectorat sans en laisser sur le bord du chemin. Nous pensons y être arrivés, puisque notre lectorat est stable et que nous proposons à chaque numéro un panaché d’article courts mais de réflexion, de dossiers longs mais au récit intense et d’articles de taille moyenne mais originaux.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Chut, c’est un secret ! Plus sérieusement, nous travaillons sur une toute nouvelle formule du Thématique, qui est devenu trop classique dans cet environnement concurrentiel. Avec deux numéros par an pour le moment, nous allons chercher à confectionner un magazine plus dense, plus « collector » et de référence.

=> Acheter des numéros de 2e Guerre Mondiale


Merci beaucoup à Nicolas PONTIC pour avoir répondu longuement et avec transparence à nos questions. C’est avec une curiosité et une impatience non dissimulées que nous attendons la nouvelle formule de 2e Guerre Mondiale Thématique ! Nous souhaitons un plein succès à ce sympathique magazine et à son équipe.


www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Quand l’Opération Barbarossa déraille, une nouvelle bible par David M. GLANTZ

15 décembre 2010 Laisser un commentaire

Le spécialiste américain du Front de l’Est, David M. GLANTZ, vient de publier le premier tome de sa nouvelle étude historique de référence avec « Barbarossa derailed, The Battle for Smolensk, 10 July – 10 September 1941 ».

Le premier volume couvre la période du 10 juillet au 24 août 1941, soit l’avance initiale allemande et les deux premières contre-offensives soviétiques qui vont entraîner le premier changement de plan important dans l’invasion de l’URSS par le Reich. L’avance sur Moscou est temporairement suspendue et les pointes blindées allemandes bifurquent vers le sud vers ce qui va constituer le plus grand encerclement de l’histoire militaire, la poche de Kiev.

L’étude de David M. GLANTZ se composera au final de quatre tomes. Le second couvrira la période du 25 août au 10 septembre 1941. Le troisième offrira un recueil de documents soviétiques traduits (rapports d’opérations, ordres) tandis que le quatrième proposera de nombreuses cartes en couleurs pour illustrer le récit détaillé des opérations des deux premiers volumes. Les cartes en noir et blanc insérées dans les deux premiers tomes narratifs sont en effet des reproductions de documents d’époque assez peu lisibles et très loin des standards actuels de qualité.

« Barbarossa derailed » est disponible uniquement en anglais aux éditions Helion.

Cette étude monumentale apporte un vrai plus dans la connaissance de cette période puisque l’auteur est un habitué des archives soviétiques qui sont ainsi mises en valeur et contre-balancent la vision historique traditionnelle très inspirée des sources allemandes qui furent pendant très longtemps les seules accessibles en Occident.

Nul doute que cet ouvrage fera date, au même titre que les autres titres de l’auteur et son étude également exhaustive de la Bataille de Stalingrad en trois volumes.

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

La percée allemande en mai 1940 aux Editions Heimdal

4 novembre 2010 Laisser un commentaire

Pour le 70ème anniversaire des opérations militaires à l’Ouest en 1940, les Editions Heimdal ont publié une remarquable trilogie sur la percée allemande de la Meuse à la mer rédigée par Jean-Yves MARY.

– Corridor des Panzers, par-delà la Meuse, 10 – 15 mai 1940 (464 pages, plus de 1000 photos et documents)

– Jusqu’à la mer, 16 – 20 mai 1940 (416 pages, plus de 1000 photos et documents)

– Guide du champ de bataille, entre Luxembourg et Abbeville (120 pages, photos et cartes, 18 itinéraires détaillés)

L’ensemble est consistant et constitue une vraie documentation de référence, tant par les textes et l’iconographie !

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Catégories :Livres, Projets éditoriaux