L’Armée rouge, tomes 1 et 2 (Caraktère, 2021)

Tout au long de la Guerre froide, l’accès aux sources concernant l’Armée rouge reste particulièrement restreint. Les historiens se trouvent alors obligés d’utiliser les archives allemandes, les souvenirs des protagonistes des deux camps ou les écrits officiels teintés de propagande de l’URSS. Bref, l’Armée rouge demeure longtemps dans l’ombre ou décrite avec nombre de préjugés négatif ou dithyrambiques. Il faut attendre les travaux de David M. GLANTZ et quelques autres pour commencer à voir le bout du tunnel. De plus en plus nombreuses, les traductions en anglais d’études russes donnent désormais un véritable coup de fouet à l’historiographie. Côté francophone, Jean LOPEZ reste l’un des rares auteurs à écrire régulièrement et de façon érudite sur le sujet. Mais les ouvrages encyclopédiques et les albums se font encore rares mis à part quelques études publiées dans des magazines spécialisés et rédigées notamment par Nicolas PONTIC qui fournit cette fois chez Caraktère deux volumes synthétiques et largement illustrés sur le sujet.

Publicités

Recension

Enfin pourrait-on dire ! Car de fait, les forces soviétiques restent bien moins étudiées que leur allié puis adversaire germanique.

Dans la durée et la posture, l’Armée rouge partage en effet de nombreux points communs avec la Wehrmacht. Défaite et traumatisée à l’issue de la Première Guerre mondiale, elle se transforme, se teste durant la guerre d’Espagne puis joue un rôle agressif au début de la Seconde Guerre mondiale (en Pologne puis en Finlande avant de procéder à des annexions plus pacifiques dans les pays baltes et en Bessarabie).

L’invasion de l’URSS par le Troisième Reich avec l’opération Barbarossa lui permet de se refaire une virginité et de camoufler quelque peu son jeu trouble au début du conflit. L’incapacité des Alliés occidentaux à transformer en victoire définitive l’opération Overlord à l’Ouest avant la fin 1944 lui permet de dépasser ses objectifs en faisant main basse sur toute l’Europe de l’Est, consolidant et étendant ainsi les gains territoriaux déjà actés lors du Pacte germano-soviétique.

Ses victoires éclatantes sur le Troisième Reich puis en Mandchourie lui permettent de gommer l’image de ses déboires du début de conflit. Cette image de force et d’invulnérabilité décourage par avance les velléités alliées de poursuivre la guerre contre leur ancien allié malgré l’accumulation de griefs géostratégiques.

Chaque volume propose également des encarts thématiques un peu à la façon d’un magazine :

  • Trains blindés soviétiques
  • L’arme blindée soviétique
  • Le T-34
  • Garde et Spetsnaz
  • L’aviation rouge
  • Les tireurs d’élite soviétique
  • Le Frontovik soviétique
  • Les femmes dans l’Armée rouge

Le contenu représente donc une somme assez complète et synthétique sur les forces terrestres (le domaine naval est absent tandis que les forces aériennes sont seulement brièvement évoquées). Il permet surtout de réaliser l’ampleur de l’engagement soviétique, qui dépasse très largement le seul cadre de l’affrontement germano-soviétique du 22 juin 1941 au 8 mai 1945, mais aussi sa subtilité.

Le prix de chacun des deux tomes et donc de l’ensemble pique par contre un peu compte tenu de sa pagination inférieure à deux cent pages et à la reprise d’illustrations déjà amorties dans les différentes revues des Editions Caraktère. D’autant qu’il faut comparer le contenu et le prix à l’excellent Ligne de Front hors-série n°25 rédigé par Vincent BERNARD en 2015 pour 11,50€ et 98 pages en format A4 avec un sommaire qui privilégie d’abord une efficace approche thématique puis chronologique (l’arme blindée, l’infanterie, la cavalerie, l’artillerie, troupes aéroportées, troupes spéciales, femmes en guerre, commandement & opérations) et non l’inverse.

Sommaire

Tome 1

  • L’Armée rouge à la veille du conflit
    • Création et héritage
    • Une doctrine innovante
  • Un pied dans la guerre
  • La grande guerre patriotique
    • 1941, le choc
    • 1942, l’année de tous les dangers

Tome 2

  • 1943, la renaissance de l’Armée rouge
  • 1944, l’avance inexorable de l’Armée rouge
  • 1945, la grande victoire
  • L’Armée rouge en 1945, état des lieux

Caractéristiques

Tome 1

  • ISBN : 978-2-916-403-35-9
  • Nombre de pages : 176
  • Langue : Français
  • Reliure : reliée
  • Dimensions : 21,5 x 29 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 39,90 € TTC

Tome 2

  • ISBN : 978-2-916-403-38-0
  • Nombre de pages : 176
  • Langue : Français
  • Reliure : reliée
  • Dimensions : 21,5 x 29 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 39,90 € TTC

Liens externes

1 réflexion sur « L’Armée rouge, tomes 1 et 2 (Caraktère, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.