39/45 Magazine n°368 (Heimdal, 2021)

L’invasion de l’URSS par l’Allemagne et ses alliés ouvre un front titanesque sans équivalent jusqu’à présent. Elle reste un marqueur politique et idéologique marquant du XXème siècle qui conditionne aussi l’après-1945. Sur le moment et dans les années après-guerre, le choc range l’URSS du côté des « bons ». Le pacte germano-soviétique, la politique brutale d’invasion et d’annexion des années 1939 et 1941 menée par les deux alliés avant de devenir ennemis, le rôle obscure des partis communistes dans les pays occidentaux avant et après la victoire allemande de mai et juin 1940 passent à la trappe mémorielle. La France oublie ainsi un peu vite le trouble provoqué sur son propre territoire par l’alliance entre nazis et communistes et que l’invasion de la Pologne permise et coordonnée entre les deux régimes reste le déclencheur de son entrée en guerre contre le III. Reich à la suite de la Grande-Bretagne.

Publicités

Recension

Confirmant une tendance observée depuis quelques temps, ce numéro est particulièrement dense textuellement et riche iconographiquement.

Opération Barbarossa, 80 ans après…

Quatre-vingts ans après le déclenchement de l’invasion Barbarossa, plus de trente ans après l’effondrement de l’URSS, l’historiographie sur le rôle de cette dernière dans le début du conflit bouge progressivement. En témoigne ce numéro de 39/45 Magazine qui poursuit une suite d’articles entamée depuis le n°366. S’inspirant très largement du Pacte des diables, la revue, après avoir étudié les raisons de l’alliance contre nature puis l’accumulation des récriminations mutuelles, aborde cette fois-ci les préparatifs du conflit des deux côtés de la frontière. Si du côté allemand, l’accès aux archives est largement ouvert, ce n’est pas encore le cas côté russe. La question de l’état de préparation de l’Armée Rouge et des réels plans soviétiques demeure encore un mystère. Ce sont des sujets politiquement et diplomatiquement hautement inflammable comme tout ce qui touche les relations de l’URSS avec ses voisins de l’Europe de l’Est.

Vosges 1944

Ce numéro comprend un volet épais consacré aux combats dans les Vosges à travers deux articles. Le premier concerne ceux pour Bruyères qui détaille au jour le jour les opérations et en montre l’extrême fluidité liée à la progression rapide alliée ainsi qu’à la capacité allemande de se rétablir en amalgamant des unités diverses sur un point de résistance. Le second s’intéresse quant à lui à l’action du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes qui y connaît son baptême du feu. Voilà de quoi remettre à l’honneur un front souvent oublié des combats de la Libération.

Beute Panzer issus de l’Armée Rouge

L’article sur les chars d’origine soviétique de la 23. Panzer-Division attire lui aussi l’attention. Pas tellement pour le résumé des engagements successifs, mais par l’analyse qui est faite de l’utilisation d’engins de prise qui sont autant de points d’évaluation des T-34/76 et des SU-85. L’iconographie mérite également le détour.

Et aussi

Suite de l’étude entamée dans le numéro 367, l’article concernant Hans SIPTROTT permet de se replonger dans les combats de la Leibstandarte SS Adolf Hitler en Pologne, aux Pays-Bas puis en France. Le texte s’intéresse plus aux combats et à l’évolution de l’unité qui gagne en maturité opérationnelle qu’à l’intéressé lui-même. Les éternelles cartes des services historiques américains sont à nouveau de la partie…

La suite de l’historique de la Wekusta 2 concerne les années 1943 et 1944, notamment les missions entreprises sur Heinkel He 177 au cours de la bataille de Normandie. Les détails apportés sur le crash d’un appareil allemand en 1943 en Irlande éclaire également la profondeur des missions de reconnaissance au cours du conflit pour recueillir des renseignements météorologiques.

Enfin, les habituelles rubriques militaria utilisant des objets mis en vente par Hermann Historica permettent de découvrir des jumelles pour les équipages de sous-marins allemands, les épées du corps diplomatique allemand, une cape noire de la SS, des coiffures de police et des figurines en porcelaine.

Sommaire

Luc BRAEUER, U-96, la véritable histoire de « Das Boot Le Bateau » : article de dix pages relatant la carrière opérationnelle de l’U-96 et des protagonistes qui servent de trame au roman puis au film Das Boot – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Matthieu LONGUE, SS-Hauptscharführer Hans Siptrott (2ème partie), mitrailleur dans la Leibstandarte SS Adolf Hitler (1939-1940) : article de vingt-huit pages sur les combats de la Leibstandarte Adolf Hitler en Pologne (Lodz, Bzura, Modlin), en Hollande jusqu’à Rotterdam puis en France (Dunkerque, Fall Rot) jusqu’à sa transformation en brigade concrétisant l’expérience acquise – Texte, cartes, photos.

Georges BERNAGE, Du pacte germano-soviétique à Barbarossa : article de vingt pages sur les relations germano-soviétiques après la conclusion du pacte de non agression et les préparatifs des deux camps en vue d’une éventuelle confrontation ainsi que la genèse de l’opération Barbarossa, les alternatives qui se présentent à l’Allemagne après l’échec de la bataille d’Angleterre et l’abandon de l’opération Felix contre Gibraltar – Texte, photos.

Stéphane JACQUET, 14-30 octobre 1944, les US Niseï combattent et meurent dans les Vosges (1ère partie), la bataille de Bruyères : article de quatorze pages sur les combats pour Bruyères dans les Vosges menés par le 442nd US Regimental Combat Team (RCT) rattaché à la 34th US Infantry Division et la 36th US Infantry Division appuyés par la Résistance contre des éléments appartenant aux 716. Infanterie-Division, 16. Volksgrenadier-Division, 21. Panzer-Division, 338. Infanterie-Division, 198. Infanterie-Division appuyés par les Heeres-Gebirgsjäger-Bataillon 201 et Heeres-Gebirgsjäger-Bataillon 202 – Texte, cartes, photos.

Guillaume MORELLI, Le 1er RCP dans les Vosges, « La 8 ! C’est la 8 ! » : article de article de douze pages sur le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (RCP) dans les Vosges dans le secteur de l’Etraye – Texte, cartes, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Matthieu LONGUE, Les Beutepanzer de la Panzerjäger-Abteilung 128, des blindés soviétiques aux couleurs allemandes : article de douze pages sur les T-34/76 et SU-85 utilisés par la 23. Panzer-Division et retranscrivant un bilan établi par les Allemands eux-mêmes sur l’utilisation au combat de ces engins – Texte, photos.

Pierre BABIN, La Wekusta 2 au combat, 1940-1944 (2ème partie) : article de douze pages sur les opérations menées par la Wekusta 2 en 1943 et durant la bataille de Normandie comprenant un historique des vols menés sur Heinkel He 177 et apportant des précisions sur les vols de reconnaissance en direction de l’Irlande – Texte, photos.

Alain TAUGOURDEAU, L’épée des diplomates du III. Reich : article de cinq pages sur les épées du corps des diplomates allemands – Texte, photos, reproductions couleurs.

Georges BERNAGE, Le Musée imaginaire : article de neuf pages se basant sur des objets mis en vente par Hermann Historica – Texte, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Bibliothèque 39/45

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 126
  • Langue : Français
  • Reliure : brochée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 12 € TTC

1 réflexion sur « 39/45 Magazine n°368 (Heimdal, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.