De la guerre n°1 (Perrin, 2021)

Titre clausewitzien, intérieur alléchant, double caution de qualité et de sérieux (Perrin, Guerres & Histoire) : l’Histoire militaire se donne les moyens de dépasser le cadre de ses habituels passionnés ! Le « Mook », alliance du livre et du magazine permet du conjuguer les avantages des deux formats : diversité des sujets, pérennité du support, plaisir et confort de lecture.

Publicités

Recension

Le Mook, une puissante alternative éditoriale

Jusqu’à une époque assez récente, passionnés et amateurs de la chose militaire avaient trois alternatives pour assouvir leur passion à travers l’écrit : les livres au texte serré et condensé, les albums faisant la part belle à l’iconographie et des magazines proposant un mélange des deux sans pour autant un niveau de finition propre aux livres.

Le numérique vient chambouler quelque peu cet équilibre hérité du XXème siècle en proposant des contenus interactifs. Il ne peut cependant pas réellement rivaliser avec des documents de fond ou des ouvrages reposant sur une iconographie poussée (comme l’Infographie de la Seconde Guerre mondiale). S’il existe depuis longtemps quelques séries livres périodiques, mais sans réelle illustration, ce concept de « Mook » est plutôt récent. Les progrès de l’impression sont en effet passés par là !

La qualité du papier retenu pour les cent soixante-huit pages ainsi que le grand format permettent de valoriser les clichés, les cartes et autres tables infographiques. Nous sommes loin désormais des photos foliotées dans un cahier central ou des cartes microscopiques, sans pour autant tomber dans un aspect numérique parfois un peu criard, valable sur écran, mais peu agréable sur papier.

La maison d’édition belge Weyrich le démontre, les lecteurs plébiscitent le format Mook avec 1944 sous la houlette de Hugues WENKIN depuis 2019.

Destiné à paraître deux fois par an, le champ éditorial de De la guerre couvre l’ensemble de l’Histoire militaire depuis l’Antiquité, à l’image du magazine Science & Vie Guerres & Histoire. L’approche se veut également multi-dimensionnelle. Les articles traitent ainsi des aspects opérationnels, techniques, politiques, uniformologiques, doctrinaux, leadership, etc.

Contenu robuste !

En tout cas, le contenu de ce premier opus promet ! Le sommaire se tient finalement en trois grandes parties : le dossier central avec ses articles, les article indépendants des uns des autres et le interviews d’auteurs. Les points forts apparaissent déjà avec un mélange de quelques planches infographiques de grande lisibilité (Crécy, Poitiers, Azincourt), de cartes colorées faciles à comprendre, de quelques photos judicieusement positionnées et complétant bien les textes, des interviews d’auteurs qui valent autant, si ce n’est plus qu’un bon article. Pas de photos en masse pour camoufler la vacuité du contenu ou de simple insertion de « bonnes feuilles » qui font au final doublon avec le livre présenté. Très appréciable !

Bref, la recette issue de Science & Vie Guerres & Histoire voit ici sa consécration dans un passage au format livre bien réussi.

Eternel et incompris brouillard de la guerre

Difficile de ne pas aborder le concept du brouillard de la guerre pour le numéro inaugural d’une publication intitulée De la guerre ! Benoist BIHAN en démontre parfaitement la complexité d’appréhension et de mise en pratique. Tout en ayant conscience du sujet, tout responsable peut se retrouver piéger par ses biais et par celui qui est en face. Car celui-ci s’adapte toujours et cherche à échapper à la mainmise de son opposant. L’abondance des informations disponibles ne donne ainsi pas la solution infaillible. Elle ne compense surtout pas l’intelligence situationnelle et émotionnelle. Une leçon valable dans les affaires civiles comme dans les affaires militaires.

Seconde Guerre mondiale

Il est encore difficile de passer à côté de la Seconde Guerre mondiale quand il s’agit de lancer un nouveau périodique traitant de l’Histoire militaire. Ce premier numéro le démontre tout en parvenant à traiter de l’ancien temps (pré-guerres industrielles) et des conflits contemporains de façon équilibré.

Le dossier central consacré aux chances de victoire du III. Reich se décompose en sept articles.

Le point commun de chacun d’eux est de proposer une vision synthétique, pointue des sujets traités. Outre la qualité, la capacité éditoriale de sortir du seul prisme franco-français est appréciable.

Aussi spectaculaire soit-il, le réarmement allemand comprend de nombreuses fragilités. S’il est faux de dire que tout démarre avec l’arrivée au pouvoir d’Adolf HITLER, sa grande rapidité, réelle, engendre de nombreuses lacunes. Acceptables face à un adversaire tel que la France dans le cadre d’un conflit court, elles sont rédhibitoires dans un cadre bien plus vaste.

Focalisé sur sa rivalité à l’encontre du régime soviétique, le III. Reich réussit pourtant un coup de maître en signant le pacte de non agression avec l’URSS lui permettant de faire main basse sur la Pologne. Les deux régimes dictatoriaux sont pourtant vouer à s’affronter. Les grains de sable se nomment CHURCHILL et ROOSEVELT qui forment une alliance des forts contre l’Allemagne tandis que celle-ci ne possède finalement aucun allié proche qui soit véritablement solide et capable de réellement lui apporter un soutien. Le Japon se trouve trop éloigné et refuse d’ouvrir un second front en URSS. Par ailleurs, les biais hitlériens sont bien trop importants pour permettre d’analyser pertinemment l’échiquier mondial.

Couvrir un spectre chronologique large permet d’oser quelques comparatifs en apparence osés. C’est le cas du regard croisé sur Napoléon et Hitler à propos de leurs aventures guerrières en Russie avec un dialogue percutant entre Thierry LENTZ et Jean LOPEZ. La mise en perspective des conséquences de l’échec de l’opération Barbarossa sur les orientations stratégiques allemandes sont de haute volée. Ils témoignent d’une véritable compréhension des enjeux et de la dimension mondiale du conflit qui dépasse la seule maîtrise des aspects uniquement opérationnels. Original, mais indispensable pour prendre de la hauteur.

Bon, si le titre du dossier et de la couverture peut faire naître un doute, la réponse fuse cependant assez rapidement. Les chances de victoires du III. Reich sont quasi nulles d’autant qu’il crame assez vite ses cartouches… La bataille d’Angleterre et celle de l’Atlantique en témoignent. Tandis que les armes miracles n’ont qu’un impact mineur sur la fin même du conflit.

Autres pépites

Il faut également savourer la transcription d’extraits des enregistrements audio d’un vétéran de la Guerre d’Algérie et illustrée de superbes illustrations au crayon et au pinceau.

Le concept d’interview posthume est également prometteur. Il rappelle les articles de GBM atour des propos de quelques responsables militaires français de 1940. En l’occurrence, c’est le maréchal Grouchy qui passe au grill.

Peu connu en Europe, le conflit qui oppose l’Inde et la Chine mérite en effet d’être davantage appréhendé. A la fois pour son contenu mais également pour son actualité entre les deux grandes puissances rivales de l’Asie dans une géopolitique contemporaine particulièrement mouvante.

La seule question qui peut se poser est la cohabitation de ce Mook avec le magazine Science & Vie Guerres & Histoire… Le rythme semestriel devrait cependant limiter les risques de cannibalisation.

Bref, un premier numéro vraiment réussi, qui peut faire penser par certains côté au catalogue raisonné d’une très belle exposition. Vivement la suite !

Sommaire

  • Paul-Alain LEGER, Maître de l’intox
  • Frédéric BEY, Crécy, Poitiers et Azincourt, anatomie comparée de trois désastres
  • Antoine REVERCHON, Grouchy, qu’avez-vous à dire pour votre défense ?
  • Jean LOPEZ, 1962, Chine et Inde s’affrontent dans l’Himalaya
  • François CADIOU, Scipion l’Africain et Hannibal Barca, une rivalité légendaire
  • Benoist BIHAN, Le III. Reich en 1939 : des fondations minées
  • Nicolas AUBIN, 1940 : l’irruption de l’imprévisible
  • Andrew ROBERTS, L’avènement de Churchill était-il inévitable ?
  • Jean LOPEZ, Hitler a-t-il perdu la guerre en Russie ?
  • Vincent BERNARD, Les Etats-Unis pouvaient-ils ne pas entrer en guerre en Europe ?
  • Pierre GRUMBERG, Trois mythes qui ont la vie dure
  • Richard OVERY, La guerre s’est-elle jouée à peu de choses ?
  • Dominique PREVÔT, De la guerre en armure à la guerre en dentelles
  • Benoist BIHAN, Le brouillard de la guerre
  • Clément OURY, Malplaquet, la défaite qui sauve le royaume
  • Emmanuel HECHT, Et si la Fronde avait vaincu les troupes royales ?
  • Jean LOPEZ & Thierry LENTZ, Napoléon et Hitler face à l’invasion de la Russie
  • Michel GOYA, Le soldat français est le plus sollicité au monde
  • Max SCHIAVION, Gamelin n’avait rien d’un chef de guerre
  • Laure FAGNART, Louis et Marguerite ont amené la paix
  • Philippe HUET, Des métallos du Havre à la guerre d’Espagne
  • Marcelino TRUONG, Les Chinois ont imposé la haine de classe

Autres recensions

2 réflexions sur « De la guerre n°1 (Perrin, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.