Bataille de Normandie 1944 Magazine n°4 (Maranes, 2021)

Les critiques de la victoire alliée en Normandie, souvent considérée comme facile et peu inspirée, voire même un peu ratée, oublient généralement que les Allemands ne font rien pour faciliter la tâche. C’est même plutôt le contraire. Outre la construction du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall), le transfert d’unités dans le Cotentin quelques semaines avant le Jour-J, ils concentrent la plus grande densité de chars au kilomètre de front que partout ailleurs (voir Allied Tanks in Normandy 1944) ainsi que de nombreux autres moyens terrestres, navals et aériens. Certes, ils sont usés par près de cinq ans de guerre totale. Mais l’adversité reste encore redoutable. Et ce numéro de Bataille de Normandie 1944 Magazine en présente quelques aspects…

Publicités

Recension

Torpilles humaines comme ultime recours

Dans le domaine naval, la domination alliée est totale grâce à la flotte et à la couverture aérienne. Les sous-marins allemands ne parviennent pas à perturber le trafic. Les quelques sorties des vedettes lance-torpilles ne réussissent pas non plus à percer la bulle maritime alliée.

Reste donc la solution asymétrique quand l’avantage du nombre et du matériel n’existe plus. Dans un passionnant article paru dans Ligne de Front n°82, Yann MAHE donne déjà un aperçu des torpilles humaines de la Kriegsmarine et de leur engagement en Normandie. Celui de Stephan CAZENAVE apporte ici un nombre appréciable de détails sur l’engagement de la K-Flottille 361 avec quelques clichés particulièrement impressionnants, dont certains sont pris sous la surface de l’eau. Avant même de narrer le transfert vers le front et l’engagement opérationnel, l’auteur revient longuement sur la mise au point de cette arme et surtout sur les contraintes humaines (physiologiques et psychologiques).

Le mythe de la Luftwaffe absente du ciel

Luftwaffe absente du ciel, aucun appareil pour intervenir le 6 juin 1944 au-dessus des plages de Débarquement… Dans le ciel aussi, les mythes ont la vie dure. Si la domination aérienne alliée est incontestable, cela ne signifie pas l’aviation allemande ne cherche pas à intervenir malgré des conditions défavorables.

La bataille de Normandie débute en fait bien avant la nuit du 5 au 6 juin 1944. Les actions de bombardement des infrastructures ferroviaires, des ponts et des sites militaires font déjà partie de la campagne. Pour illustrer cette situation, ce numéro début l’étude de la chasse lourde de nuit équipée des Messerschmitt Bf 110 G-4 des Nachtgeschwader 5 et Nachtgeschwader 6. Le déséquilibre des forces est patent et le Bomber Command peut presqu’en toute impunité s’attaquer à ses cibles.

Tout savoir sur le maniement et l’entretien d’un Panzer VI Ausf. E Tiger

Ce numéro détaille le manuel d’instruction du Panzer VI Ausf. E Tiger sur la base de la pédagogie du « Tigerfibel ». Au travers de cette notice humoristique sont ainsi décrits les « fiches de poste » de chacun des membres du char. Cette série à suivre commence par le conducteur et l’opérateur radio. De quoi redonner envie de se replonger dans le roman Dans les ventres d’acier et sa suite Vous ne mourrez pas

Cet article complète également le livre de Max STEIN paru chez Maranes au sujet de la schwere Panzer-Abteilung 503.

Et aussi…

Frederick JEANNE continue son exploration des unités britanniques avec la 53rd (Welsh) Infantry Division avec de très belles reproductions de casques et d’insignes en tissus. Ce numéro aborde également le parcours d’un vétéran de la 101st US Airborne Division et d’un de la 79th US Infantry Division. Dans ces deux cas, les lecteurs ont l’opportunité d’admirer de nombreux objets, insignes, documents et pièces d’uniformes.

Sommaire

  • Stephan CAZENAVE, In memoriam, Raymond Geddes, Jr., G Comany, 3rd Battalion, 501st Parachute Infantry Regiment
  • Stephan CAZENAVE, Pauke ! Pauke ! La chasse de nuit lourde allemande dans le ciel normand (1ère partie), 1er avril – 5 juin 1944
  • Stephan CAZENAVE, Les kamikazes de Hitler en baie de Seine (1ère partie), la Kleinkampfmittel-Flottille 361
  • Stephan CAZENAVE, Mourir pour Caen (3ème partie), les SS-Panzergrenadier-Regiment 1 et SS-Panzergrenadier-Regiment 2 au combat entre la cote 112 et Caen (6-15 juillet 1944)
  • Frederick JEANNE, Une photo inédite
  • Frederick JEANNE, 4th, 6th et 7th Bn. Royal Welch Fusiliers
  • Stephan CAZENAVE, Au combat dans un Tiger I en Normandie (1ère partie)
  • Julien HANNE, Norman O. Pattee, un Lorrainer dans la 79th Signal Company
  • A vos marques… pages

Caractéristiques

  • ISBN : N/A
  • Nombre de pages : 96
  • Langue : Français
  • Reliure : brochée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 12,50 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.