Normandie 1944, 2. Panzer-Division, tome 2, Caen-Vire-Mortain, 1er juillet – 12 août 1944 (Heimdal, 2020)

Parmi les divisions blindées allemandes engagées en Normandie, la 2. Panzer-Division n’est pas la plus étudiée malgré quelques épisodes plus connus que d’autres comme sa participation au coup d’arrêt de Villers-Bocage ou à l’opération Lüttich. Entre, c’est un peu le trou noir historiographique. Positionnée au centre du front, elle échappe à la majorité des grandes opérations britanniques autour de Caen (à l’exception de quelques détachements utilisés pour soutenir la 12. SS-Panzer-Division) tandis que l’opération Cobra ne l’impacte pas directement à la différence des 130. Panzer-Lehr-Division et 2. SS-Panzer-Division. Ce second volume qui couvre l’engagement de l’unité de début juillet à mi-août 1944 permet de s’intéresser aux secteurs peu ou pas étudiés de la bataille.

Publicités

Ses trois cent trente pages recèlent de nombreuses photos issues de fonds variés (allemands, alliés, officiels, privés) qui révèlent de multiples facettes des évènements : combats bien sûr, mais aussi vie quotidienne et lieux. Comme à son habitude, l’auteur propose de nombreuses cartes imprimées sur des vues aériennes d’époque ou contemporaines permettant de donner une vision tactique et dynamique au premier coup d’œil.

De nombreux objets et documents d’époque sont également reproduits, dont plusieurs croquis « dans leur jus » souvent plus parlants que des cartes numérisées contemporaines. Et toujours très réalistes, les montages proposés par l’auteur montrent de nombreux véhicules et chars de trois-quarts à mi-chemin entre maquettes et profils couleurs. Un vrai signe distinctif, une marque de fabrique à retrouver dans les différentes contributions de l’auteur aux Editions Heimdal.

En complément de la narration des phases de combat, le livre comprend de nombreux encarts permettant de découvrir des facettes méconnues de cette tranche de guerre : échanges de captives à Vieux-Bourg, ravitaillement et repas, chars factices, épaves, unités de remplacement…

Les zones de combat abordées par ce livre concernent Gavrus, Baron-sur-Odon, Caumont-l’Eventé, Cahagnes, Saint-Germain-d’Ectot, Tessel, Noyers, Evrecy, Saint-André-sur-Orne, May-sur-Orne, Moyon, Tessy-sur-Vire, Saint-Martin-des-Besaces, Villebaudon, Troisgots, Pont-Farcy, Bellefontaine, Mesnil-Adelée, Mesnil-Tôve, Saint-Barthélemy et Sourdeval. A noter que la 2. Panzer-Division est l’unité qui progresse le plus durant l’opération Lüttich pour tenter de rétablir la continuité du front allemand après l’opération Cobra et la percée américaine d’Avranches. Les combats et les disposition prises à l’issue de l’échec de la contre-attaque sont également passionnantes et très peu étudiées dans l’historiographie traditionnelle de la bataille de Normandie.

Du fait de la fragmentation des engagements de la division, il est parfois difficile d’avoir une vision d’ensemble, mais les lecteurs peuvent tout à fait picorer le livre par thème pour approfondir tel ou tel sujet. C’est une somme de détails qui est ainsi proposée.

Un bien bel ouvrage, à compléter du premier volume du Sacrifice des Fallschirmjäger pour certains engagements et les nombreux articles de l’auteur parus dans Normandie 1944 Magazine.

Sommaire :

  • Transition
  • Après 20 jours de combat
  • Westlich Caen
    • Panzer en détachement
    • Stellungskrieg face à face à Caumont
    • Kampfgruppen Köhn et Koch
    • Kampfgruppe Sterz
  • Front de Vire
  • Panzer objectif Avranches
  • Vers Falaise
  • Annexes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.