From Bessarabia to Belgrade, March – October 1944 (PeKo, 2020)

Voilà un livre bienvenu tant par son contenu que par son iconographie bien mise en valeur par son format à l’italienne. En cent cinquante pages, le lecteur découvre les opérations militaires assez méconnues qui se déroulent en Roumanie provoquant le changement d’alliance de ce pays qui rompt ses liens avec le III. Reich pour entrer en guerre contre lui aux côtés de l’URSS.

Publicités

Comme les autres albums de l’historien bulgare Kemen NEVENKIN, celui-ci est loin d’être un seul recueil de photos. En effet, le texte présente les opérations qui se déroulent au sud de l’URSS à partir de mars 1944 quand l’Armée Rouge franchit en quelques semaines les dernières centaines kilomètres qui la séparent de la frontière avec la Roumanie encerclant au passage la 1. Panzer-Armee qui parvient cependant à s’échapper des griffes soviétiques (opération Kamianets-Podilsky). La chute d’Odessa et le recul du front vers l’ouest condamne définitivement la 17. Armee en Crimée.

Le coup de frein de Târgu Frumos laisse un peu de répit aux Allemands. Mais c’est au tour de la Heeresgruppe Mitte d’exploser en quelques jours sous les coups de boutoir de l’opération Bagration. Ce n’est que partie remise, la Roumanie représentant l’une des portes d’accès aux Balkans que convoite Joseph STALINE. Le 20 août 1944, l’offensive soviétique reprend à Iassy et à Chișinău (Kichinev). Une fois encore, le front germano-roumain explose. Pire, le 23 août 1944, la Roumanie passe avec armes et bagages du côte des Alliés pour reprendre le combat contre les Allemands aux côtés des Soviétiques. Par effet de ricochet, ce sont toutes les troupes allemandes engagées dans les Balkans et l’Italie qui sont menacées d’encerclement d’autant que les Bulgares n’opposent pas non plus de résistance aux troupes soviétiques.

Cependant, la réaction allemande est efficace et la Heeresgruppe E parvient à gérer au mieux la situation. Fin septembre 1944, Belgrade est toujours sous le contrôle des Allemands… Il faut attendre le 20 octobre 1944 pour que la capitale de la Yougoslavie d’avant-guerre soit libérée de la présence allemande.

Le texte présente les différentes étapes de mars à novembre 1944 qui permettent à l’Armée rouge de prendre possession de la Roumanie, de la Bulgarie puis de pousser jusqu’en Yougoslavie avec l’appui d’importants mouvements de résistance qui récupèrent largement du matériel allemand. L’auteur choisit aussi d’insérer plusieurs témoignages et ne pas s’en tenir au seul descriptif des opérations.

Les illustrations qui accompagnent la bonne soixantaine de pages de textes illustrent l’âpreté des combats et les diversités des troupes engagées. Les nombreux clichés d’origine non germanique permettent de réaliser l’ampleur des pertes matérielles allemandes avec des images qui n’ont rien à envier avec celles de la poche de Falaise/Trun/Chambois et qui mettent en valeur l’Armée Rouge (y compris des matériels de Lend Lease) ainsi que les défilés de victoire dans les villes libérées (Bucarest, Sofia, Belgrade). L’aviation soviétique règne dans les airs. Les modélistes à la recherche de sujets originaux peuvent capter d’intéressantes idées de matériels allemands récupérés par les Roumains et les Bulgares qui les retournent contre leurs anciens propriétaires. Sans compter quelques relatives raretés en termes de photos comme le RSO qui illustre la couverture ou des M15/42, Autoblinda AB41, Pavesi P4-100 ou encore des fonds de tiroir comme des Panzer II Ausf. C ou des LT vz. 38.

Compte-tenu de la complexité du théâtre d’opérations et pour mieux appréhender la géographie qui joue ici non seulement un rôle tactique mais également stratégique, des cartes seraient bienvenues pour faciliter la compréhension. Des ordres de bataille aurait été également bien pratiques.

Un ouvrage passionnant et captivant à regarder. Malgré la criticité de la situation, les énormes pertes territoriales, humaines et matérielles, ce rétablissement improbable réussi par les Allemands est l’un des nombreux succès défensifs relatifs de l’automne 1944 qui à l’Ouest ou face à l’Armée Rouge qui rendent possible la concentration des moyens pour déclencher l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes.

Texte uniquement en anglais.

Sommaire :

  • Into Rumania
  • Bulgaria
  • The Southeast
  • The Belgrade Operation
  • Sources

4 réflexions sur « From Bessarabia to Belgrade, March – October 1944 (PeKo, 2020) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.