Avions n°236 (Lela Presse, 2020)

Dans son habituel format dense et trapu, Avions propose un sommaire articulé autour de cinq gros articles. Parmi eux, deux retiennent plus particulièrement l’attention : l’un sur les avions civils réquisitionnés produits par les Britanniques et donc utilisés par l’Armée de l’Air française en 1939 et 1940, l’autre sur le très peu connu Salmson-Moineau SM.1 durant la Première Guerre mondiale.

Publicités

Au moment d’entrer en guerre en 1939, l’Armée de l’Air se démène pour combler ses vides capacitaires et accroître ses moyens. Des achats sur étagère sont organisés, mais aussi plusieurs réquisitions d’appareils civils. Matthieu COMAS insiste sur la rationalité de ces démarches, à rebours parfois de certaines perceptions qui perdurent encore de temps à autre, comme sur tant de sujets qui concernent l’armée française de 1939/1940.

L’article est en tout cas l’occasion de découvrir une facette peu explorée de l’aviation militaire française qui récupère et utilise essentiellement à des fins d’entraînement et de liaison de nombreux appareils civils d’origine britannique : De Havilland DH.60, De Havilland DH.82, De Havilland DH. 85, De Havilland DH.87, Miles M.11A, Percival P.10 ainsi que quelques autres avions bien plus rares (Miles P.10, Miles M.2H, De Havilland DH.90). Outre les avions eux-mêmes et leur utilisation, l’article présente également la Division des Avions de Liaison de l’Administration Centrale DALAC). Vraiment original.

Ce numéro conclut l’étude en trois parties sur le Salmson-Moineau SM.1 utilisé durant la Première Guerre mondiale pour l’observation à destination des escadrilles de corps d’armée. Cet article se concentre sur la description du pilotage de l’appareil et les tribulations des cinquante SM.1 produits pour la Russie après l’annulation de la commande. L’auteur, Christophe CONY revient enfin sur l’affaire de corruption supposée qui mêle espionnage, presse, politique et commandes publiques qui pèse autour du SM.1. Un thème loin d’être nouveau, mais en l’occurrence un procès qui aboutit à des condamnations à mort exécutées après la fin du conflit mais aussi à un débat historique…

Les autres articles méritent également le détour. Celui sur l’affaire de Messerschmitt Bf 110 G-4 de Wilhelm JOHNEN plonge ses lecteurs dans l’universe de la chasse de nuit allemande et la gestion de l’espace aérien suisse durant la Seconde Guerre mondiale (avec un récit détaillé des codes utilisés en cas d’interception ou pour s’y poser). Là aussi, il est question d’espionnage et de coups tordus. Plus classique mais tout aussi détaillé, Michel LEDET revient sur l’engagement du Grumman F6F Hellcat dans le PAcifique en examinant les toutes dernières semaines du conflit (juin à août 1945). A noter également un historique du Lockheed P-3A Orion.

Sommaire :

  • Courrier des lecteurs
  • Christophe GASZTYCH, De Haguenau à Dübendorf, un Messerschmitt bien encombrant, in Avions n°236 (Lela Presse, 2020)
  • Michel LEDET, Le Grumman F6F Hellcat dans la Seconde Guerre mondiale, in Avions n°236 (Lela Presse, 2020)
  • Matthieu COMAS, 1940, So British, in Avions n°236 (Lela Presse, 2020)
  • Christophe CONY, Salmson-Moineau SM.1, l’étrange triplace des escadrilles de corps d’armée (3ème partie), in Avions n°236 (Lela Presse, 2020)
  • Jan BEDRICH, L’Orion… brillant sous tous les cieux depuis plus de 50 ans !, in Avions n°236 (Lela Presse, 2020)
  • Info-loisirs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.