Trucks & Tanks Magazine hors-série n°35 (Caraktère, 2020)

Colossale, omniprésente dans la Seconde Guerre mondiale tant dans sa posture d’agresseur des années 1939/1940 que d’agressé à partir de 1941 puis de « libérateur » à partir de 1944, l’Armée Rouge demeure pourtant assez méconnue ou vue sous un angle assez rustique. D’abord parce que la Guerre Froide passe par là limitant l’accès aux archives originales, laissant place à davantage de propagande que de recherche historique, favorisant en Occident une vision très germano-centrée et quelque peu condescendante. Mis à part quelques symboles tels que le T-34, le pistolet-mitrailleur PPSh-41 ou la mitrailleuse Maxim, elle demeure très méconnue dans le détail de ses équipements. C’est bien dommage et un tel numéro permet de montrer la richesse qui fut celle de l’Armée Rouge dans certains domaines.

Publicités

C’est donc avec envie que ce numéro de Trucks & Tanks Magazine s’ouvre. Il représente une synthèse nettement augmentée de plusieurs numéros de cette revue (Trucks & Tanks hors-série n°3 consacrés aux chars soviétiques) et de Ligne de Front (hors-série n°25 consacré à l’Armée Rouge, hors-série n°24 consacré aux troupes d’assaut, hors-série n°30 consacrés aux armes d’infanterie) afin de disposer dans une seule main documentation essentielle sur l’armement terrestre soviétique au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Reprenant un principe désormais très bien rodé, idéal pour l’usage qui est fait de ce type de publication à vocation encyclopédique, les matériels sont répartis en grandes catégories (chars de combat, aerosans, blindés du génie, véhicules antiaériens, chasseurs de chars, canons automoteurs, chars lance-flammes, trains blindés, automitrailleuses, véhicules de servitude et de logistique, artillerie, tracteurs d’artillerie, armement individuel). Chacun est ensuite détaillé sous forme de fiche rédigée présentant le développement, la production et l’emploi opérationnel, le tout accompagné d’un résumé des données techniques et d’une large iconographie composée de photos d’archive d’origine russe et de profils couleurs distillés au fil des pages (et non en pages complètes de planches).

La palme de l’originalité revient bien entendu à la présence des aerosans, sortes de traîneaux propulsés par une hélice (une seule page cependant), les blindés du génie et les trains blindés (le sujet mérite à lui tout seul bien plus que deux pages).

Entre contraintes éditoriales de pagination et ampleur du sujet, ce numéro parvient à proposer un condensé du principal de les matériels terrestres de l’Armée Rouge. De quoi découvrir une richesse peu connue dans certains domaines et redécouvrir des sujets plus classiques comme les chars. Avec l’Allemagne, l’URSS sont les belligérants qui en quelques années seulement révolutionnent la conception et l’emploi le plus annonçant les générations d’après-guerre.

Les lecteurs de La mort rouge, les mémoires de guerre d’un sniper de Staline retrouvent avec plaisir la description de quelques armes dont il est question dans le livre.

On espère désormais avec impatience un historique des grandes unités de l’Armée Rouge (fronts, armées) qui n’existe à ce jour pas dans l’historiographie francophone et de façon très parcellaire en anglais à l’exception des deux ouvrages de référence de David M. GLANTZ (Strumbling Colossus et Colossus Reborn). Ces derniers sont cependant bien trop statistiques et austères, ce qui n’enlève en rien à leur rôle indispensable de défricheur des archives soviétiques.

Sommaire :

  • Chars de combat (T-18, T-27, T-26, T-37 et T-38, T-40 et T-60, T-70 et T-80, BT-5 et BT-7, T-50, T-28, T-34/76, T-34/57, T-34/85, T-44, T-35, KV-1, KV-85, JS-1 et JS-2, JS-3, blindés du Lend-Lease)
  • Aerosans (NKL-26)
  • Blindés du génie (ST-26, PT-34/76, T-34T)
  • Véhicules antiaériens (Maxim M-4, YaG-10 29-K, ZSU-37)
  • Chasseurs de chars (ZiS-30, SU-57, SU-76 et SU-76M, Su-85 et SU-85M, SU-100, ISU-122 et ISU-122S, SU-76I)
  • Canons automoteurs (BT-7A, SU-26, KV-2, SU-122, SU-152, ISU-152)
  • Chars lance-flammes (OT-26, OT-34, KV-8)
  • Trains blindés (D-2, MBV-2)
  • Véhicules de servitude et de logistique (motocyclettes, GAZ-M1, GAZ-AA et GAZ-MM, GAZ-AAA, GAZ-64 et GAZ-67, ZIS-5 et ZIS-6, camions YaG, véhicules du Lend-Lease)
  • Automitrailleuses (BA-27, D-8, FAI, BA-1, BA-3, BA-6, BA-20, BA-10, BA-11, BA-64)
  • Artillerie (Roquettes M-13, Roquettes M-8, Roquettes M-31, canon antiaérien 37mm lodèle 1939 61-K, canon antiaérien 25mm modèle 1940 72-K, canon antiaérien modèle 1931 et 1938, canon antiaérien de 85mm modèle 1939, canon antichar de 45mm, canon antichar de 57mm, canon antichar de 100mm, canon régimentaire de 76mm modèle 1902/1930, canon divisionnaire de 76,2mm modèle 1936 F-22, canon divisionnaire de 76,2mm modèle 1939, canon divisionnaire de 76,2mm modèle 1942 ZIS-3, canon de 107mm, canon de 122mm, obusier de 122mm, obusier de 122mm modèle 1938 M-30, obusiers de 152mm, obusieur de 152mm M-10 et D-1, obusier-canon de 152mm, obusier de 203mm B-4, mortier de 280mm BR-5, canon de 152mm BR-2, canons sur rails, canon de montage 76mm)
  • Tracteurs d’artillerie (ZIS-42 et GAZ-60, T-26T, Komitern et Voroshilovets, Komsomolets, Stalinets-60, Staliets-65, STZ-3, STZ-5, Stalinets-2, Y-12)
  • Armement individuel (mortier 37mm, mortier 50mm, mortier 82mm, mortier 107mm, mortier 120mm, mortier 160mm, Nagant M1895, Tokarev TT 33, Mosin-Nagant M1891/30 et version sniper, Tokarev SVT-40, PPSh-41, PPS-42, PPS-43, Degtyrev DP, Maxim M1910, SG-43, DSHK 1938, F-1, RGD-33, RG-42, RPG-40, RPG-43, fusils antichars, lance-flammes, détecteurs de mines, matériels du Lend-Lease)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.