Batailles & Blindés hors-série n°43 (Caraktère, 2020)

La relation un peu spéciale entre Batailles & Blindés et l’Afrique du Nord se poursuit avec ce numéro hors-série consacré aux derniers combats sur ce continent du corps expéditionnaire germano-tunisien lors de la Seconde Guerre mondiale. Il prend la suite des deux hors-série consacrés à l’Afrika-Korps (hors-série n°6 et 8) parus respectivement en 2007 et 2008. Leur spectre éditorial se terminant à El Alamein, ce « troisième » opus s’ouvre ainsi sur la retraite qui lui est consécutive. De quoi donner envie de se replonger dans les « chroniques africaines » de Xavier TRACOL parues tous les deux mois des numéros 41 et 54 inclus à l’occasion des soixante-dix ans de la guerre dans le désert.

Publicités

Rédigé par Benoît RONDEAU, familier de ce théâtre d’opérations et de deux de ses acteurs majeurs (Erwin ROMMEL et George PATTON), il relate en un peu plus d’une centaine pages les combats de novembre 1942 à mai 1943. Ce n’est pourtant pas la période la plus connue du grand public qui retient davantage les grandes chevauchées dans le désert des années 1941 et 1942, la campagne de Tunisie est pourtant un moment crucial de la Seconde Guerre mondiale. Très paradoxalement, alors que la situation est plus que critique en URSS avec l’encerclement de Stalingrad, la destruction de la 6. Armee et des conséquences opérationnelles, Adolf HITLER fait le choix de s’accrocher et d’envoyer des renforts en Afrique. La situation est plus que délicate, la tête de pont germano-italienne étant enserrée entre les forces alliées qui progressent en Libye et celle qui viennent du Maroc et de l’Algérie avec l’opération Torch. Pire, les lignes de ravitaillement à travers la Méditerranée sont à la fois longues et menacées par la domination alliée sur mer et dans les airs. Mais si la logique géopolitique peut se comprendre, le III. Reich est encore fois confronté à une question de priorité et de répartition de ses moyens. Sacrifier un théâtre pour un autre est incompatible avec la vision hitlérienne. Au moins a-t-il délayer de quelques mois l’attaque alliée en Sicile et par voie de conséquence sur la péninsule italienne.

Les combats sont intenses et annoncent quelque part ce qui attend les Alliés jusqu’à la fin de la guerre en Europe : la Wehrmacht s’accroche à chaque arpent de terre et ne s’avoue vaincue donnant ainsi du fil à retordre jusqu’au dernier moment. La Tunisie, c’est également une gigantesque terrain de manœuvre permettant aux Alliés de roder hommes, matériels et tactiques avant de s’attaquer à l’Europe proprement dite. C’est aussi l’apprentissage de la coordination interalliée sur le terrain avec une expérience et des règles qui seront ensuite bien utiles.

L’auteur parvient à restituer parfaitement ls enjeux et la situation militaire des deux camps. Il ne s’arrêt pas uniquement aux fameux combats pour Kasserine, mais tient compte des efforts préalables de stabilisation alors que la situation parait désespérée (ce qui devient décidément une spécialité allemande dans le conflit), puis des combats défensifs acharnés pour parvenir au bout à la liquidation de la tête de pont au printemps 1943.

La conclusion est assez limpide sur les conséquences militaires, politiques et stratégiques des combats en Tunisie. Elles incluent le retour de la France sur les lignes de front, la bascule de centre de gravité allié vers les Américains aux dépends des Britanniques.

Illustré classiquement mais efficacement, ce numéro hors-série clôture la trilogie africaine de Batailles & Blindés dans une approche moins germano-centrée que le Ligne de Front hors-série n°29 consacré uniquement à la 5. Panzer-Armee.

Sommaire :

  • Novembre 1942, d’El Alamein à Marsa-el-Brega
  • Novembre 1942, premiers combats pour Tunis
  • Décembre 1942, la bataille de Tébourba et l’enlisement en Tunisie
  • Décembre 1942, janvier 1943, l’abandon de la Tripolitaine
  • Janvier 1943, l’Axe prend l’initiative en Tunisie
  • Février 1943, la bataille de Kasserine
  • Février 1943, l’opération Ochsenkopf
  • Mars 1943, l’ultime attaque de Rommel
  • Mars 1943, la bataille de la Ligne Mareth
  • Mars-avril 1943, Patton et le II Corps à l’offensive
  • Avril 1943, L’oued Akarit
  • Avril 1943, échec à fondouk
  • Avril-mai 1943, l’offensive et la victoire finale des Alliés
  • Conclusion

Liens externes :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.