1945 German Colors (AK Interactive, 2012)

Les clichés en couleurs de la Seconde Guerre mondiale étant plutôt rares, les profils couleurs sont devenus les compagnons des lecteurs depuis quelques décennies. Basés sur des interprétations de photos en noir & blanc et des témoignages de vétérans quand ils étaient encore vie, ils apportent assurément des précisions indispensables à tout amateur et à tout maquettiste. L’arrivée du dessin numérique a quelque peu démocratisé l’usage et renforcé son utilisation parfois extensive aux dépens de la qualité. Ce n’est heureusement pas toujours le cas de tous les recueils comme en témoigne celui-ci.

Publicités

Concentré sur les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe et sur les engins allemands (chars, véhicules blindés, mais aussi quelques véhicules de servitude), il propose bien entendu les versions ultimes en dotation. Mais pas seulement. En effet, en manque de ressources matérielles et humaines, le recyclage et le raclage des fonds de tiroirs deviennent une règle. En témoignent ainsi des versions à canon court de Panzer III et Panzer IV, des Panzer 38(t) ou même des caisses de Panzer II qui revêtent cependant de nouvelles couleurs plus en phase avec les standards appliqués en 1945.

Qui dit fin de conflit et 1945, dit généralement projets non aboutis, prototypes et autres « Panzer Papers ». Cet ouvrage ne fait pas exception avec une dizaine de pages consacrées aux fauves même s’ils n’ont pas connu le combat, ou très brièvement comme prototype.

Les engins sont généralement présentés avec traces de boue, salissures, voire éléments détériorés. Le seul petit bémol réside dans l’aspect un peu trop numérique dans les reflets et vitres des dessins (ce qui n’est pas le cas par exemple dans 1944 German Armour in Normandy). Ce livre représente malgré tout une documentation de très belle facture avec près de deux cent profils couleurs très vivants et aux motifs de camouflage particulièrement inspirants. Bien loin de l’uniformité du début du conflit ou des adversaires.

Assez peu de profils sont rattachés à des unités identifiées, mais beaucoup sont inspirés de clichés assez rares, notamment des champs de bataille à l’Est (Pologne, Hongrie, Bohème-Moravie) et bien sûr Allemagne.

A noter une introduction pédagogique qui explique la transcription de photos d’époque en profils couleurs avec différentes interprétations sur la base d’un exemple visuel avec un Marder III.

Liens externes :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.