Les services secrets du général de Gaulle, le BCRA 1940-1944 (Perrin, 2009)

L’histoire de la France libre est complexe et passionnante sachant qu’elle ne peut se départir de celle de Charles de GAULLE. Entre le 18 juin 1940 et la Libération de la France, ce sont plus de quatre ans de luttes acharnées : contre les Allemands bien sûr, mais aussi contre les Alliés, entre les différentes sensibilités et mouvements de résistance, contre Vichy. Dans ce cadre, les tribulations de ses services secrets d’action à travers le BCRA témoignent mieux qu’une quelconque autre organisation de cette aventure.

Publicités

Sébastien ALBERTELLI fournit ici une synthèse complète de ce que fut le BCRA. Le texte est dense, fourmille de détails. De nombreuses notes renvoient à des références, ce qui en fait un ouvrage particulièrement érudit. Dans son contenu, c’est également un véritable livre d’action et de politique tant les événements, les portraits et les retournements de situation sont nombreux.

Bien sûr, le BCRA, ce sont avant-tout les actions en France occupée, des premières tentatives de prise de contact aux actions plus évoluées dans la perspective du Débarquement en Normandie en passant par les rivalités intestines avec les services secrets britanniques, la quête de ressources humaines et de moyens matériels, la coordination et l’unification des mouvements de résistance. Les premiers contacts avec des représentants de Vichy sombrent très vite dans l’incompréhension et l’opposition. La réalité de la lutte contre l’Occupant en France s’affiche clairement. Elle n’a rien de facile, est complexe et particulièrement risquée. Son intensité est finalement peu connue et ce livre en est l’un des meilleurs historiques. Il permet de redécouvrir la Résistance.

Au sein même de la France libre, les tensions sont vives. Entre dirigeants, entre sensibilités politiques, entre caractères forts… A l’inverse d’un Dwight D. EISENHOWER qui sait s’effacer pour mieux agréger des personnalités très marquées et piloter finement une coalition aux intérêts géopolitiques pas toujours alignés, Charles de GAULLE est dans un combat permanent. Deux styles opposés qui ont des conséquences directes sur les opérations. Le BCRA est un acteur majeur de la lutte contre les Allemands. Mais c’est aussi un appui au service de la dimension politique nationale et étrangère de la France libre.

L’histoire du BCRA, c’est la récit des entrailles de la France libre, de l’épopée de la Résistance en territoire occupé comme de ses luttes intestines. La caractère de Charles de GAULLE, son ego et sa volonté de revanche contre le système de l’époque dont il ne sait pas se faire adopter font de lui le seul qui peut ainsi se dresser un certain 18 juin 1940 contre les Allemands alors que sur le terrain, seule l’Armistice est possible pour des raisons militaires et humanitaires compte tenu du nombre de personnes errant sur les routes dans des conditions extrêmes. Néanmoins, ces mêmes qualités le font perpétuellement entrer en conflit avec les Alliés et l’incitent à neutraliser toute autre alternative qui puisse l’évincer du rôle de chef de la France libre. Avec des conséquences pérennes sur les fractures politiques françaises toujours bien pérennes. Pour comprendre toutes ces arcanes, cet historique du BCRA est assurément un point d’entrée bien utile.

Sommaire :

  • Introduction
  • Une année pour apprendre, juillet 1940 – août 1941
    • Londres, 1940-1941
    • Renseigner
    • A la découverte des premiers résistants
    • Quelle action politique pour le SR ?
  • Le BCRA entre la France libre, les Mouvements et les Alliés, septembre 1941-octobre 1942
    • Quelle place pour le BCRA dans la France libre ?
    • Agir en France
    • Le BCRA et les services secrets alliés
  • Le BCRA entre de GAULLE et GIRAUD, novembre 1942-novembre 1943
    • Le BCRA, l’AFN et les giraudistes
    • Renforcer les liens avec la Résistance
    • Le BCRA décrié : conflits et représentations
    • Repenser l’action en France, été 1943
    • Fusion et contrôle : l’enjeu des services secrets, juin-novembre 1943
  • Reprise en main et changement d’échelle, novembre 1943-été 1944
    • Epilogue d’une fusion, novembre 1943-avril 1944
    • Transformation de la base londonienne
    • De la guerre « sourde » à la guerre « au couteau »
    • Penser et diriger l’action militaire de la Résistance
  • Epilogue
  • Conclusion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.