Batailles hors-série n°13 (Histoire & Collections, 2007)

L’hallali… Fall Gelb permet la mise hors course des Pays-Bas, de la Belgique et plus modestement du Luxembourg, le rembarquement de la British Expeditionary Force qui abandonne tout son matériel et le neutralisation du Groupe d’Armées n°1 (GA1). Fall Rot enfonce la Ligne Weygand sur la Somme et l’Aisne, chasse les dernières troupes britanniques du continent, encercle une partie de l’aile gauche française, ouvre la porte de Paris et menace cette fois-ci le Groupe d’Armées n°3 (GA3), à l’Est, le seul à peu près intact mis à part les ponctions faites pour regarnir le reste du front. Symboliquement, la Ligne Maginot reste inviolée. Seule ses extensions sur la frontière avec la Belgique souffrent des premiers jours de campagne. Tiendra-t-elle si les Allemands souhaitent la forcer de front ? C’est tout l’objet de ce numéro hors-série de Batailles rédigé par deux spécialistes du sujet, Jean-Yves MARY et Alain HOHNADEL

Publicités

Alors que la Panzergruppe Guderian se lance dans une course pour atteindre la frontière suisse, le Groupe d’Armées n°3 s’apprêt à se replier pas à pas. Un tempo incompatible avec la vitesse de la progression allemande. Dans le même temps, la 1. Armee lance l’opération Tiger en attaquant les Secteurs Fortifiés de Faulquemont et de la Sarre le 14 juin 1940.

Après avoir décrit les ouvrages de la Ligne Maginot, leur fonctionnement et le rôle des unités chargées de sa couverture, les auteurs se penchent sur le déroulement des combats. Une page d’héroïsme très largement méconnue. Purement symbolique aussi parce que le lendemain, il faut se replier. Trop lentement d’ailleurs. De quoi gâcher l’impression de la victoire défensive obtenue durant vingt-quatre heures.

Un très beau numéro, pendant illustré de l’indispensable Faites sauter la Ligne Maginot de Roger BRUGE, précurseur dans le rétablissement de l’honneur du soldat français de 1940. Oui, la forteresse est bien restée invaincue, justifiant à la fois sa construction par les Français et l’alternative trouvée par les Allemands pour la contourner.

Sommaire :

  • Introduction
  • La trouée de la Sarre, enjeu diplomatique ou champ de bataille truqué ?
  • Le Secteur Défensif de la Sarre, une fortification de circonstance
  • La Sarre, champs de bataille de la Drôle de guerre
  • Avril 1940 – 1er juin 1940, une défense « peau de chagrin »
  • Opération Tiger, 14-15 juin 1940
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Remerciements

Liens externes :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.