6 juin 1944 : que lire en 2020 ?

Soixante-seize après les faits, c’est peu dire que la production littéraire et historiographique est… monumentale. Petite revue non exhaustive et par définition subjective ! ce sont plutôt des « coups de cœur » passés et actuels.

Les best-sellers classiques

Avant d’évoquer des ouvrages plus contemporains, le Débarquement c’est avant-tout quelques grands classiques de la littérature d’après-guerre. Un genre particulier qui fait la part belle aux témoignages et à la mise en situation des acteurs. Beaucoup d’approximations et d’interprétations parfois biaisées limitent malheureusement leur intérêt purement historique. Il n’empêche que ces livres sont d’excellents moments de lecture et des éléments incontournable pour comprendre l’histoire de l’histoire du 6 juin 1944. Evidemment, les best-sellers de Cornelius RYAN (Le Jour le plus long) et de Paul CARELL (Ils arrivent !) figurent en très bonne place et font l’objet de rééditions régulières.

Les collections « J’ai lu leur aventure » (les petits livres bleus) et autres livres de poche comprennent un certain nombre de titres à lire (Le commando du 6 juin de Raymond MUELLE, Invasion 44 de Hans SPEIDEL, Les secrets du Jour-J de Gilles PERRAULT, etc.). Il ne faut pas oublier le Bataillon du ciel de Joseph KESSEL sur les parachutistes français largués en Bretagne avant même les Américains et Britanniques en Normandie.

Ces livres s’adressent désormais à ceux qui aiment prendre le temps de lire un ouvrage de quelques centaines de pages (ce ne sont pas des pavés non plus) sans format multimédia et qui apprécient de se poser quelques heures plongés dans un livre.

Le Mur de l’Atlantique

Impossible d’aborder le Débarquement sans évoquer le fameux Atlantikwall. Von RUNDSTEDT le qualifie de bluff, mais il n’en représente pas moins de quelques millions de tonnes de bétons, des milliers d’heures de travail et des centaines de canons divers. Les ouvrages du littoral normand sont de loin les plus étudiés. L’album Atlantikwall reste une bible pour tout amateur. Les autres ouvrages d’Alain CHAZETTE et de son équipe chez Histoire & Fortifications sont incontournables. Les deux volumes du Mur de l’Atlantique en images proposent une iconographie originel et très bien légendée (AOK 1 et AOK 7 pour le volume 1, AOK 15 pour le volume 2). Les batteries de côte en Normandie du Havre à Cherbourg est la référence technique sur le sujet pour le secteur concerné par le 6 juin 1944.

A côté de ces livres techniques, deux parutions récentes apportent une touche plus humaine du « Mur » : Une garnison en Normandie et Objectif Hillman chez OREP. Une large place est laissée à l’iconographie et ils donnent envie de visiter les lieux. Une bonne porte d’entrée pour faire aimer archéologie militaire et tourisme de mémoire. Les ouvrages de Helmut Konrad von KEUSGEN valent également le détour (Les canons de Saint-Marcouf, Point d’appui Wn 62, Pointe du Hoc) même si la mise en page est un peu austère et certaines interprétations ne font pas toujours l’unanimité. En tout cas, ils contiennent de nombreux témoignages et détail inédits fruit d’un gros travail de recherche.

L’assaut

Pegasus Bridge et batterie de Merville et Sainte-Mère-Eglise et Merderet écrits tous les deux par Helmut Konrad von KEUSGEN apportent un éclairage plutôt équilibré des combats dans les deux têtes aéroportées généralement écrasées par les récits exclusivement vus du côté allié. En tout cas, ils sortent un peu de l’ordinaire.

Concernant les zones d’assaut proprement dites, les récents ouvrages de Christophe PRIME (Utah Beach, Omaha Beach) sont complets et modernes dans leur présentation. Ce sont d’excellentes portes d’entrée pour ceux qui veulent en savoir plus. Gold Beach, longtemps délaissée par l’historiographie du Débarquement fait l’objet d’un album récent chez Heimdal qui complète très avantageusement le vénérable Gold Juno Sword.

Concernant la composante navale, elle est abordée dans les ouvrages généraux. A noter la la contribution française dans FNFL, les marins français du Jour-J.

Les soldats alliés

Les albums parus chez Histoire & Collections demeurent toujours des références : Jour J à l’aube, Les paras anglais, canadiens et français du Jour-J, Les Paras américains du Jour-J, Le Tommy de la Libération. Le texte et les reproductions couleurs des objets d’époque en font de véritables musées en format relié.

La réaction allemande

Depuis quelques temps, les lecteurs francophones bénéficient d’une littérature renouvelée sur le sujet avec deux livres de Benoît RONDEAU : une version littéraire avec Invasion ! et plus iconographique avec Alarm !. Il était temps.

Et en 2020, il est impossible de passer à côté de la biographie de von RUNDSTEDT !

Ouvrages de références

Le Dictionnaire du Débarquement est à posséder absolument. D’un format très pratique, il est le compagnon permanent pour répondre à une question rapide.

A posséder également, Ligne de Front hors-série n°34 symbolise la qualité de certaines revues spécialisées dont les numéros ont toute leur place dans une bibliothèque sérieuse. De son côté, le Débarquement heure par heure donne une vision haletante des événements qui ponctuent cette journée historique.

Impossible d’évoquer les gros albums des Editions Heimdal, avec une petite préférence pour les deux volumes parus en 1993 et 1994.

Revues & magazines

La presse spécialisée aborde régulièrement le sujet du 6 juin 1944, avec souvent parfois beaucoup de redites, notamment dans 39/45 Magazine compte tenu du nombre de numéros parus depuis fin 1983. Normandie 1944 Magazine est le périodique incontournable pour tous les amateurs du Débarquement et de la bataille de Normandie.

A l’étranger

Les ouvrages parus chez Osprey sur le Débarquement, quelle que soit la collection, sont toujours aussi appréciables par les cartes et les dessins (voir par exemple US Airborne Soldier versus German Soldier).

Countdown to Day-Day retrace au jour le jour les six mois qui précèdent le 6 juin 1944 dans les états-majors allemands. sur les forces allemandes et leur organisation, l’ouvrage de Niklas Zetterling représente une source précieuse de données primaires très souvent reprises par d’autres auteurs.

Il faut retenir la qualité de The Normandy Campaign 1944 Sixty Years On. Lumineux et très bel exemple d’analyse historique.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.