Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)

Voilà un numéro particulière dense et original que propose Histoire de Guerre. Dense parce que le sommaire s’articule autour de six articles de fond bien étayés. Original en raison des sujets traités ! La palme revient à l’étude sur l’armée italienne à l’été 1943 où la succession de défaites provoque son changement d’alliance dans la Seconde Guerre mondiale et son déchirement interne à l’image de ce que la France connaît en juin 1940. L’offensive du 4 juin 1940 de la 2ème Division Cuirassée à Abbeville est à ce titre symbolique. Elle conclut une période de plusieurs jours de durs combats durant lesquels les blindés successivement britanniques et français jettent toutes leur force pour tenter d’anéantir la tête de pont allemande avant que la seconde bataille de France ne soit lancée. L’assaut de la 4ème Division Cuirassée est bien connu par l’historiographie traditionnelle, celui du 4 juin 1940 l’est beaucoup moins.

Publicités

Un effort cartographique important permet de comprendre comment se déroule l’assaut. La conclusion est limpide : par deux fois la victoire est à portée, les chars français viennent à bout du rideau antichar allemand, mais sans infanterie d’accompagnement à leur côté, ils sont incapables de tenir les positions conquises. De quoi étayer l’article de Max SCHIAVON sur les déficiences de l’infanterie française dans Ligne de Front n°79

Un article traite remarquablement le délicat sujet du massacre d’Oradour-sur-Glane et va au-delà de la narration des atrocités pour tenter de déterminer les responsabilités directes et indirectes. Contrairement à ce qui est souvent admis, le drame ne se produit pas lors du transfert de la 2. SS-Panzer-Division en direction de la Normandie suite au Débarquement allié. Il conclut une période où l’unité a pour mission de sécuriser la région. Mais la responsabilité ne s’arrête pas aux Waffen-SS puisque les ordres et consignes de sévérité et d’exemplarité données par l’ensemble de la hiérarchie militaires allemande (von RUNDSTEDT, von BLASKOWITZ, von der CHEVALLERIE, KRÜGER) ne peuvent qu’inciter à la violence extrême.

La dimension maritime est également bien présente avec un article sur le rôle du Focke-Wulf Fw 200 Condor et l’assaut japonais contre les Aléoutiennes en juin 1942.

Sommaire :

  • Patrick TOUSSAINT, Dresde sous les bombes, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Patrick TOUSSAINT, La découverte du Cherbourg, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Vincent BERNARD, Juillet-septembre 1943, l’agonie de l’armée italienne, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Patrick TOUSSAINT, Le Focke-Wulf Fw 200 Condor et la coopération air-mer, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Jean-Robert GORCE, 4 juin 1940, la 2ème Division Cuirassée à Abbeville, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Patrick VEYRET, Oradour-sur-Glane, 10 juin 1944, l’horreur « pour l’exemple », in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • Fabien REBERAC, Juin 1942, les opérations japonaises contre la Aléoutiennes, in Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)
  • L’Histoire s’expose
  • Album photos
  • Lu pour vous
  • Vous nous avez écrit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.