Sedan 1940, l’école de la guerre ou la faillite du système de commandement français (Economica, 2012)

La percée de Sedan en mai 1940 reste le symbole de la défaite française et de la faillite d’un système. Cette défaillance s’illustre à la fois pour le franchissement allemand qui se déroule le 13 mai 1940 et la réaction (ou l’absence de réaction efficace) le 14 mai 1940 alors que la tête de pont ennemie reste fragile. S’affranchissant des questions d’équipement et de la qualité des unités, Vincent ARBARETIER utilise son expérience opérationnelle dans l’armée pour analyser en profondeur le système de commandement, clef de voûte des armées.

Publicités

Présente ainsi tout au long de livre, la culture de commandement, celle du leadership, sur l’ensemble de la chaîne de décision et ses conséquences organisationnelles et technologiques fait l’objet d’une étude poussée mais claire. Une analyse historique passionnante qui demeure toujours d’actualité. La question de la prise de décision, de la transmission des données montantes et descendantes, bref du système d’information et de son utilisation, sont d’une remarquable modernité tant pour les militaires que pour les civils.

Après avoir décrit l’héritage de la Première Guerre mondiale et avant de conclure, lr corps central de l’ouvrage se divise en quatre parties à peu près de taille comparable. La première s’intéresse à la traversée des Ardennes et la réaction française face à ce péril. La seconde scrute la journée du 13 mai 1940 quand les Allemands passent en force à travers la coupure, la troisième celle du 14 mai 1940 quand les Français ont encore des atouts en mains mais qu’ils ne parviennent pas à les abattre.

Bien que le livre ne traite que de Sedan, ses constats valent également pour les deux journées qui précèdent et l’ensemble du front, de Longwy à la Hollande. Le 10 mai 1940, l’armée française et le British Expeditionary Force déclenchent logiquement la manœuvre Dyle-Breda aussi mûrement réfléchie durant la Drôle de Guerre qu’est Fall Gelb pour les Allemands. Jusque-là, les deux camps sont alors sur un pied d’égalité : ils appliquent les décisions préalablement établies. La fin de la première journée porte déjà en elle les germes de la défaite. Alors que les Allemands s’adaptent aux contre-temps et savent saisir les opportunités, les Français appliquent le plan sans avoir la même capacité d’adaption et de réaction. Plusieurs opportunités de contrecarrer les Allemands sont ainsi perdues : à Moerdjik, sur le canal Albert ou au Luxembourg. Ce sera encore plus vrai le 11 mai 1940 (voir En mai 1940, fallait-il entrer en Belgique ?)

Le choc de Gembloux le 12 mai 1940 témoigne aussi des carences françaises en termes de commandement et de réactivité. Si le Corps de Cavalerie tient tactiquement la comparaison avec les 3. Panzer-Division et 4. Panzer-Division, il n’en abandonne pas moins de le terrain et les opérations manquent de vision d’ensemble. La ligne principale de défense imaginée comme objectif pour la manœuvre Dyle-Breda est déjà caduque.

Centré sur Sedan, ce livre livre une analyse valable beaucoup plus globalement. L’unique petit bémol concerne la cartographie pas toujours très lisible car peu adaptée à la place disponible et à la qualité du papier.

Résumé :

Vincent ARABARETIER, Sedan 1940, l’école de la guerre ou la faillite du système de commandement français (Economica, 2012) : livre de cent cinquante pages analysant l’impact de l’utilisation des transmission dans la chaîne de commandement et le système de commandement français lors de la percée de Sedan incluant l’étude du positionnement et de l’action de la 55ème Division d’Infanterie (DI), la réaction française face à la traversée des Ardennes par les Allemands, le franchissement de la Meuse proprement dit et les occasions manquées de contre-attaques notamment par le 7ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) – Photos, cartes, schémas.

Sommaire :

  • Préambule
  • Introduction
  • Les concepts de commandement
  • L’héritage de la Première Guerre mondiale
  • « Le pépin de Sedan » une illustration des carences françaises en matière de système de commandament
  • La terrible journée du 13 mai
  • Deux contre-attaques inefficaces ou inexistantes (14 mai)
  • Systèmes de commandement durant la compagne de France
  • Les enseignements
  • Conclusion
  • Epilogue
  • Annexes Bibliographie
Publicités

Liens externes :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.