GBM n°132 (Histoire & Collections, 2020)

GBM n°132

Compte-tenu de son champ éditorial, GBM ne pouvait manquer les quatre-vingt ans de la défaite de 1940. Sortant néanmoins quelque peu de son agencement habituel, ce numéro propose un dossier en trois volets sur l’ordre de bataille blindé tricolore rédigé par Jacques BELLE, auteur de l’excellente duologie La défaite française, un désastre évitable.

Publicités

Un premier article revient ainsi sur le plan de mobilisation qui est à la fois une question d’hommes mais aussi industrielle pour le matériel. Le grand mérite de cette présentation est d’expliquer le pourquoi de la relative inactivité de l’armée française alors que la Pologne est successivement attaquée par le III. Reich et l’URSS. Les Allemands n’ont en effet pas beaucoup de mérite à ne laisser qu’une vingtaine de divisions derrière le Rhin et la Moselle alors que la France n’imagine pas, elle, violer la neutralité de ses voisins pour rechercher un point faible chez l’adversaire. La force mécanique tricolore est ensuite scrutée de près avec d’un côté l’ordre de bataille mécanisé et la répartition des chars français dans les différentes unités puis les projets de matériels. Autant dire que ces derniers n’ont rien à envier à ceux qui alimentent régulièrement la littérature spécialisée sur les Panzer destinés à combattre en 1946 si le conflit avait duré jusque là. L’armée française est donc bien moins sclérosée qu’il n’y parait, comme le montre également superbement La Guerre inéluctable de Simon CATROS.

Bouc-émissaire facile, au même titre que l’aviation, l’arme blindée française n’est cependant pas le domaine qui a le plus failli en 1940 (voir à ce sujet les article très intéressants de Max SCHIAVION parus dans  Ligne de Front n°79 et n°83 respectivement sur l’infanterie et l’artillerie.

Malheureusement, l’éclair allemand ne laissera pas le temps au lent diesel français de monter en puissance. Une leçon à méditer et toujours d’actualité…

L’aspect matériel n’est pas oublié avec la suite de l’étude sur les Laffly 50 AM, ni le côté tactique avec deux article. Celui sur l’engagement des Laffly W 15 TCC antichars du 40ème Bataillon Antichar Automobile (BACA) de la 2ème Division Cuirassée (DCR) au profit du 40ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) à Guignonville près de Pithiviers apporte des précisions sur l’identification des véhicules (pour le contexte plus global de cette journée, il faudra se référer au Mémorial de la Bataille de France volume 3 de Jean-Yves MARY et à La fin de la campagne de France, les combats oubliés des Armées du Centre de Gilles RAGACHE). L’autre sur le 51ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) et ses chars FCM 2C. Ce dernier détaille bien le dernier voyage de ces derniers avant leur capture par la 8. Panzer-Division. Pour en savoir plus sur leur devenir, il faut se reporter à l’excellente étude de Jean-Michel ADENOT parue dans Batailles & Blindés n°83. Sujet désormais relativement connu, mais symbolique de l’impuissance française.

La Première Guerre mondiale est toujours là avec un article sur les très originales péniches porte-canons.

A savourer sans modération alors que les commémorations du 80ème anniversaire de 1940 risquent d’être fortement contrariées par la crise sanitaire… Un complément à l’indispensable GBM n°92 paru à l’occasion du 70ème anniversaire.

Sommaire :

  • Le manifeste français
  • Jacques BELLE, Monter en puissance, le programme des cinq mois
  • Jacques BELLE, Nos unités blindées, septembre 1939-mai 1940
  • Jacques BELLE, La consolidation de la force mécanique
  • Guy FRANCOIS, Les péniches porte-canons, des canaux des Flandres à la flottille du Rhin
  • Jean-Claude LATOUR, Tête de colonne et services du régiment d’infanterie, 1919-1935
  • Jean TARTARE, Automitrailleuse de découverte Laffly 50 AM (2ème partie)
  • Nicolas PALMIER, La double méprise de Guignonville, 16 juin 1940 à la 53ème BACA
  • Stéphane BONNAUD, La guerre manquée du 51ème BCC, tout ça pour ça ! : article de quinze pages sur le parcours des chars FCM 2C au sein du 51ème Bataillon de Chars de Combat (la situation initiale à Verdun, le départ pour Briey, 2C recherche emploi désespérément, un mai trop calme, une sortie sans gloire, prélude à une fin annoncée, le piège se referme sur le bataillon, l’heure du sacrifice a sonné, la retraite du personnel, un constat amer) – Photos, cartes, profils couleur.
Publicités

Liens externes :


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.