Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020)

Ligne de Front 083Ligne de Front propose dans se première livrée de 2020 un retour sur plusieurs symboles de la Seconde Guerre mondiale. A commencer par le sujet qui fait la une de la couverture, mais pas que… A méditer car 75 ans ou 80 ans après les faits, c’est à la fois beaucoup mais peu. Suffisamment en tout cas pour prendre de la distance historique, regarder l’après et commencer à comprendre les enchaînements qui se produisent. D’un point de vue historiographie, nous sommes ici comblés.

La bataille de Berlin et le dernier carré des défenseurs étrangers du III. Reich qui l’accompagne tiennent une place particulière dans le déroulé de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Dans une ambiance crépusculaire, ou plutôt apocalyptique, un monde finit totalement de s’effondrer, un autre prend la relève… Quelques années plus tôt, de 1938 à mi 1941, le III. Reich et l’URSS s’approprient une série de nations et de régions. L’Italie est dans un dynamique similaire mais connaît moins de succès. En une année, l’URSS agresse ainsi militairement la Pologne avec le III. Reich (voir First to Fight ou Case White) puis la Finlande (voir Aérojournal n°74) avant de faire main basse sur les trois républiques baltes et de faire pression sur la Roumanie avec l’aide de son allié allemand pour obtenir la Bessarabie et la Bucovine du Nord. Mais le 22 juin 1941, le III. Reich déclenche l’opération Barbarossa, l’invasion de l’URSS (voir 2e Guerre Mondiale hors-série n°47). Les deux ex-alliés s’engagent alors dans une lutte à mort. L’Allemagne tente de mobiliser l’Europe traditionnelle contre le péril bolchevique en favorisant la levée de légions de volontaires (voir Ligne de Front hors-série n°36) en plus de mobiliser les populations annexées en âge de combattre. L’URSS noue une alliance contre nature elle aussi avec le capitalisme américain et britannique. La victoire de 1945 lui permet de faire oublier son rôle et sa responsabilité dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe, de valider ses gains territoriaux des années 1939/1940 obtenus grâce notamment à son alliance avec le III. Reich et d’étendre largement sa domination sur l’Est de l’Europe.

Les Alliés occidentaux, pénalisés par leurs erreurs de l’automne 1944 (voir Mook 1944 hors-série n°1) et retardés par le choix stratégique d’Adolf HITLER de tenter de renverser la situation en commençant par l’Ouest avec la contre-offensive des Ardennes (voir Ligne de Front hors-série n°37) sont encore loin de Berlin. D’ailleurs, les lignes de partage décidées aux conférences de Moscou et de Yalta entérinent les retards issus des errements stratégiques et opérationnels alliés – qui ont de conséquences importantes en vue, non pas de la victoire finale sur le III. Reich, mais dans l’optique de l’affrontement qui se dessine avec le bloc communiste.

Dans l’une des villes symboles de la puissance européenne continentale, une poignée de Scandinaves, Français, Espagnols, Lettons et même Britanniques mènent un dernier combat perdu d’avance… L’article rappelle brièvement le rôle et le poids des volontaires étrangers au sein de la Waffen-SS pour passer en revue à travers quelques témoignages les contingents qui se battent dans les ruines de la capitale du III. Reich. Ce n’est ni un historique des unités concernées, ni de la bataille, mais un zoom sur ces soldats perdus issus de l’imbroglio hérité de la Première Guerre mondiale.

Autre symbole, Wernher von BRAUN. Ingénieur de génie, l’un des pères des fusées et de l’aventure spatiale. Son utilisation par les Américains, son rôle dans la conquête spatiale et de la Lune, ses responsabilités au sein de la NASA sont un exemple de pragmatisme dans lequel la morale a peu de place. Pourtant, son rôle et sa place dans le régime nazi en font un acteur de premier plan qui ne peut ignorer les crimes du régime. Son tardif et timide revirement sont plutôt à mettre sur le compte la peur de perdre ses recherches et de se retrouver dans le camp des perdants. Un bon article pour méditer sur les deux faces de l’homme : celle visible et magnifiée de l’ingénieur de génie, celle plus sombre d’un savant zélé au service de celui qui le paye et qui finance ses travaux. A méditer…

Les 80 ans de la défaite de 1940 (quel anniversaire !) seront-ils l’occasion de quelques débats salvateurs sur cette sombre période ? On l’espère en tout cas, car les travaux menés par quelques passionnés (GBM par exemple) depuis un certain nombre d’années permettent de trier (enfin) le vrai du faux et de s’extraire d’un certain nombre de légendes tenaces. C’est le cas ici avec une très belle étude sur l’artillerie française et son fiasco. Les blindés et l’aviation sont érigés en boucs émissaires de la défaite depuis que l’Armistice. Pourtant, il apparaît désormais que les chars français n’étaient pas moins nombreux, moins performants que leurs adversaires et que les aviateurs français se sont bien battus. S’arrêter à ces légendes permet d’éviter de regarder les autres armes. L’infanterie a fait débat (voir l’excellent article du même auteur, Max SCHIAVON, dans Ligne de Front n°79), ici place à l’artillerie… A dévorer !

A noter aussi la très intéressante seconde partie de l’étude sur les K-Verbände de la Kriegsmarine dans les tous derniers mois de la guerre avec le rôle des nageurs de combat pour tenter de saboter les ponts utilisés par les Alliés.

Accompagnant la sortie du livre sur les grandes batailles navales & aéronavales de la guerre du Pacifique par les Editions Caraktère, un article reprend l’extrait sur la bataille de Midway (voir aussi LOS ! n°45).

Quatre pages de recensions (dont Les premières ailes d’Israël, Soviet Partisan versus German Security Soldier, Utah Beach mardi 6 juin 1944 et Panzers in Berlin 1945) accompagne aussi une interview de Max SCHIAVION à propos des carnets secrets du général HUNTZIGER (à découvrir comme le livre Pierre Héring, un général anticonformiste avec Pétain et De Gaulle de François de LANNOY).

Sommaire :

Boutique :

Caraktere ligne-de-front-logo

Caraktere 2019 MAHE Yann Les commandos du Reich tome 1  Heimdal 2016 MARY Jean-Yves Memorial France 1940 tome 1 Heimdal 2017 MARY Jean-Yves Memorial Bataille de France volume 2   Panzerwrecks 2019 ARCHER Lee Panzers in Berlin 1945      

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

 

 

 

 

 

1 réflexion sur « Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.