Ardennes 1944/1945 – lundi 1er janvier 1945

Dix-sept jours après le début de l’offensive allemande dans les Ardennes, les objectifs stratégiques ne sont pas atteints et rien n’indiquent qu’ils puissent désormais l’être, bien au contraire. L’objectif limité de s’emparer symboliquement de Bastogne semble lui aussi bien compromis. La situation pour le III. Reich en ce début d’année 1945 parait donc sans issue. Pourtant, il n’est pas question de cesser le combat et la Wehrmacht entreprend le 1er janvier 1945 encore deux opérations majeures à l’Ouest. La première est le déclenchement juste avant le changement d’année de l’opération Nordwind en Alsace. Là encore, il s’agit d’un tour-de-force opérationnel en termes de préparation et de concentration. Mais là aussi, les premiers combats sont difficiles et n’apportent que quelques succès tactiques sans lendemain. La seconde opération est d’ordre aérienne. Avec l’opération Bodenplatte, la Luftwaffe tente d’écraser au sol la puissance aérienne alliée. Mais ici aussi, le manque d’expérience des pilotes, l’usure des états-majors, les contraintes de préparation transforment l’attaque aérienne en désastre (voir  39/45 Magazine hors-série Historica n°94).

Mis à part montrer que la Wehrmacht a encore l’intention de se battre, mais n’a plus du tout les moyens de ses ambitions, ces deux opérations ne peuvent soulager la pression alliée qui s’exerce désormais sur le saillant allemand des Ardennes.

A nouveau, les combats se concentrent autour de Bastogne. Les Allemands reçoivent les renforts des restes de la 12. SS-Panzer-Division, de la 9. SS-Panzer-Division et de la 340. Volksgrenadier-Division. Le but est de soutenir la 1. SS-Panzer-Division qui est l’unité qui est dans la position la plus favorable pour encercler de nouveau la ville.

Mais de son côté, la 6th US Armored Division s’est renforcée et peut lancer de nouveaux éléments dans la bagarre. Bizory est repris à la 26. Volksgrenadier-Division, détournant les renforts qui arrivent pour conjurer la menace. De son côté, la 35th Infantry Division ne réalise aucun progrès. Plus à l’ouest, la 11th US Armored Division s’empare de Chenogne mais subit le retour de la Führer-Begleit-Brigade à Rechrival. La 87th US Infantry Division essaye de son côté de progresser en direction de Pironpré sur l’Ourthe entre Bastogne et Saint-Hubert mais est stoppée par la 130. Panzer-Lehr-Division.

A la fin de cette première journée de l’année 1945, les Alliés occidentaux n’en ont donc pas fini avec l’armée allemande. Et il n’est toujours pas question de prendre la marche vers l’intérieur du III. Reich. De son côté, l’Armée Rouge se prépare à partir de nouveau à l’attaque en ciblant dans un premier temps la Prusse Orientale

Boutique :

     

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

1 réflexion sur « Ardennes 1944/1945 – lundi 1er janvier 1945 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.