Retreat from Moscow, a New History of Germany’s Winter Campaign, 1941-1942 (Farrar, Strauss and Giroux, 2019)

De nouveau, la guerre germano-soviétique réserve des surprises grâce à cet ouvrage de David STAHEL sur la contre-offensive soviétique devant Moscou à l’hiver 1941/1942 qui fait prendre un coup de vieux à de nombreux écrits sur le sujet. Un livre à ranger précieusement aux côtés de celui de Roman TÖPPEL sur Koursk et de ceux de David GLANTZ sur Smolensk et Stalingrad.

Publicités

A rebours des idées traditionnellement admises, l’auteur insiste en effet sur le relatif succès défensif allemand. Si le III. Reich échoue en URSS, ce n’est pas tellement durant l’hiver, mais bien au cours de l’opération Barbarossa durant laquelle la Wehrmacht ne parvient pas à une victoire décisive mais s’épuise devant la résistance soviétique. Cette dernière parvient réellement à enrayer la machine de guerre germanique. La campagne d’hiver de 1941/1942 est donc la première victoire défensive allemande à l’Est d’une longue série à venir facilitée par un certain nombre de bévues soviétiques. A rebours donc de l’historiographie habituelle.

Au-delà de l’analyse stratégique, le livre rentre dans le détail des différentes phases de décembre 1941 et janvier 1942. Première surprise, les première attaques soviétiques sont assez peu efficaces et très coûteuses en hommes. Les Allemands peuvent se replier en bon ordre et appliquent une défense élastique qui alterne mouvement de retraite et contre-attaques locales. Les pertes apparaissent relativement faibles et sont principalement dues au froid et au matériel détruit qui ne peut être emporté dans le repli. La cohésion des unités allemandes est remarquable, même si elles sont usées par des mois de combat, évoluent dans des conditions climatiques très défavorables sans être correctement préparées et moralement impactées par ces premiers revers depuis le début de la guerre.

La rupture apparaît un peu plus tard quand Adolf HITLER interdit tout nouveau repli et ordonne de résister sur place. Très longtemps, cet ordre a été considéré comme celui ayant sauvé la Wehrmacht à l’Est. Le livre nuance cette opinion. En effet, elle provoque une grave crise de commandement et cet ordre rigide (annonciateur de nombreux autres) réduit ce qui fait la force de l’armée allemande : l’autonomie, la flexibilité et la réactivité, même dans les conditions les plus extrêmes.

En plus du froid, la crise logistique est la seconde raison de l’aspect cataclysmique de cette période. Les Allemands passent néanmoins près de la catastrophe, notamment en janvier 1942.

La cruauté de la guerre en URSS est aussi bien exposée : d’un côté, les Allemands mènent une politique de terre brûlée pour des raisons tactiques évidentes mais sans se soucier des habitants dont les habitations sont détruites, les laissant ainsi errer dans le froid et promis à une morte certaine. Les ordres sont appliqués sans états d’âme, la majorité des états-majors et des hommes préférant ne pas penser aux conséquences pour s’en tenir à la seule nécessité militaire. Côté soviétique, l’attitude n’est pas non plus reluisante, notamment vis-à-vis des blessés capturés et des prisonniers allemands. L’horreur d’un camp n’ayant en l’espèce l’égal que de l’autre. Militaires et civils se côtoient dans des conditions extrêmes qui, en plus du peu d’estime que chaque camp porte à l’autre, favorisent des comportements peu en phase avec les conventions internationales : crimes de guerre, brutalités, exactions, viols ne se comptent plus. Les quelques scènes de fraternisation ne peuvent faire oublier le côté terrible de la guerre à l’Est. Ce ne sont pas uniquement les opérations militaires qui sont abordées, mais également la vie sur la zone de front et ses arrières.

La dimension humaine est également très présente avec des questions de vie quotidienne, notamment en termes de sexualité. Un aspect rarement évoqué dans les livres et pourtant inévitablement présent quand il s’agit de jeunes adultes. A noter également l’évocation du stress de commandement et les conséquences que cela peut avoir à très haut niveau. Idem pour les décisions prisent à un niveau qui n’est pas le bon et qui entraînent des catastrophes. Un exemple à méditer pour tout manager et décideur.

Le texte est truffé de témoignages de soldats et de chefs. S’il reste volontairement à un niveau opérationnel, plutôt analytique que descriptif, il laisse néanmoins apparaître de nombreux engagements qui mériteraient d’être davantage détaillés et creusés dans des ouvrages ou des articles plus spécialisés. Les quelques cartes restent également à l’échelle de la Heeresgruppe Mitte.

Basé essentiellement sur des sources allemandes (très nombreuses au demeurant) un éclairage complémentaire sur la base des archives des archives soviétiques comme le propose David GLANTZ ou les livres parus chez Helion serait aussi bien utile.

Sommaire :

  • Introduction
  • Hungry as a Bear: The Soviet Counteroffensive Begins
  • Dodging the Soviet Bullet: Army Group Center Holds
  • Between the Hammer and the Anvil: Army Group Center Between Hitler and Stalin
  • Keeping the Wolf from the Door: The Panzer Groups Retreat from Moscow
  • Digging in His Heels: Hitler Orders a Halt
  • Put to the Sword: The End of Brauchitsch
  • The Bear Without Any Claws: The Inadequate Red Army
  • The Battle of Nerves: Army Group Center on the Brink
  • The More the Merrier: Christmas 1941 and the Supply Crisis
  • Playing with Fire: Guderian Gets Burned
  • Turning the Screws: Ninth Army’s Near Collapse
  • Rank and File: Soldiering in Army Group Center
  • Reinforcing Failure: Stalin’s January Offensive
  • Hanging in the Balance: Fourth Army’s Impending Encirclement
  • The Flood Gates Are Breaking: Ninth and Fourth Army Panzer Rupture
  • Making a Virtue of Necessity: Surviving the Russian Winter
  • Defending the Indefensible: Hitler’s Last Stand
  • Lonely Front: Embattled Homeland
  • Retreat and Counterattack: Army Group Center Rebounds
  • Departing the Eastern Front: Treacherous Routes of Escape
  • The Last Hurrah: The Failure of the Soviet Winter Offensive
  • Conclusion
  • Notes
  • Bibliography
  • Acknowledgements
  • Index

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.