Ligne de Front hors-série n°37 (Caraktère, 2019)

Ligne de Front HS 037Deux en un… Ce numéro de Ligne de Front consacré à la bataille des Ardennes est en fait un condensé des numéros hors série 17 et 18 de Batailles & Blindés parus respectivement en 2011 et 2012.

S’il est toujours un peu frustrant de se voir proposer un contenu déjà publié et sans avertissement préalable, ce numéro est cependant bien construit pour celles et ceux qui n’ont pas la chance de posséder dans leurs rayonnages les deux numéros précités.

L’introduction qui replace l’offensive allemande dans son contexte expose parfaitement la construction du plan en soulignant notamment l’ambition et le bien-fondé du plan d’Adolf HITLER. Yann MAHE a aussi le mérite de prendre de la hauteur et de dégager une certaine cohérence dans l’attitude allemande à l’Ouest de septembre 1944 à janvier 1945. L’offensive des Ardennes n’a en effet pas de sens sans les autres opérations également prévues en Alsace, dans la région d’Aix-la-Chapelle, en Hollande et contre l’aviation alliée (opération Bodenplatte – voir 39/45 Magazine hors-série Historica n°94 qui fait suite aux tomes 1 et 2 de la bataille des Ardennes de Philippe GUILLEMOT). Mais dommage de ne pas aller jusqu’au bout dans cette approche opérationnelle ; la description des combats se recentre ensuite sur les seuls événements dans les Ardennes du 16 au 26 décembre 1944 avec une description journalière des combats et de la situation.

Si le plan d’ensemble est plutôt bien pensé dans ses objectifs stratégiques et la concentration des forces presque miraculeuse, la mise en oeuvre est calamiteuse. Et là, ce n’est pas de la faute d’Adolf HITLER dont les ambitions sont bien mal traduites opérationnellement par ses généraux. Les chances de succès sont faibles compte tenu de la situation générale, mais les rares opportunités sont gaspillées dès les premières heures de l’offensive. En cette fin 1944, la Wehrmacht n’a plus le talent pour traduire les ambitions de son Führer en succès militaires. De fait, ses généraux et ses colonels n’ont plus la lucidité nécessaires pour entreprendre de telles opérations offensives. Ses troupes n’ont plus l’expérience et l’entraînement pour faire preuve d’initiative. La défaite du III. Reich n’est donc plus qu’une question de semaines. Et le seul bénéficiaire de cette opération de la dernière chance se trouve être l’URSS qui peut se préparer à lancer ses derniers coups sur des lignes allemandes dégarnies alors que les Alliés occidentaux doivent panser leurs plaies et gérer leurs rivalités avant de franchir le dernier obstacle majeur qui leur reste : le Rhin.

Sommaire :

  • Le dernier gros coup d’Hitler
  • 16 décembre
  • 17 décembre
  • 18 décembre
  • 19 décembre
  • 20 décembre
  • 21 décembre
  • 22 décembre
  • 23 décembre
  • 24 décembre
  • 25 décembre
  • 26 décembre

Profils couleurs :

Boutique :

   Caraktere_2015_WENKIN_Hugues_DUJARDIN_Christian_Stavelot_La_Gleize    Caraktere_2015_WENKIN_Hugues_DUJARDIN_Christian_Stavelot_La_Gleize Caraktere 2016 MAHE Yann TIRONE Laurent Wehrmacht 46 volume 1  


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

2 réflexions sur « Ligne de Front hors-série n°37 (Caraktère, 2019) »

  1. […] La veille, les nuages continuent de s’amonceler au-dessus de l’offensive allemande des Ardennes, au sens propre et figuré. Les Hautes Fagnes restent une barrière infranchissable : ni l’arrivée de la 3. Panzergrenadier-Division, ni le glissement de la 12. SS-Panzer-Division n’apportent une quelconque perspective de victoire. La Kampfgruppe Peiper est immobilisée à La Gleize, les tentatives des autres unités de la 1. SS-Panzer-Division et de la 9. SS-Panzer-Division restent pour le moment infructueuses. Saint-Vith est toujours aux mains des alliés. Les pointes avancées de la 116. Panzer-Division, de la 2. Panzer-Division et de la 130. Panzer-Lehr-Division continuent leur progression vers la Meuse mais les renforts américains arrivent désormais en permanence. La ville de Bastogne est maintenant solidement défendue, même si presque totalement encerclée : l’occasion de l’enlever sans coup férir est déjà largement passée. Les quelques succès de la 7. Armee ne peuvent masquer son extrême fragilité et ne permettent en aucun cas de créer un rempart défensif pour protéger le flanc sud de l’avance (voir Ligne de Front hors-série n°37). […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.