Publicités

39/45 Magazine n°357 (Heimdal, 2019)

3945 Magazine 357Tout d’abord, bravo pour l’immersion dans les archives allemandes, loin de celles habituellement épluchées. Dans les cartons d’un corps d’armée basé en Hollande, l’auteur Nicolas BUCOURT découvre un rapport sur des manœuvres de débarquement en Grande-Bretagne quelques jours avant le raid de Dieppe… Passionnant.

La série des 75ème anniversaires se poursuit et sont l’occasion de guider les lignes éditoriales des revues spécialisées, à l’instar de ce numéro de 39/45 Magazine. Après le Débarquement et à la Normandie (numéro 355 et 356), place désormais à l’opération Market-Garden en Hollande !

Une rétrospective essentiellement en photos permet de rappeler que cette opération ne se résume pas uniquement au pont d’Arnhem et qu’au delà de l’échec sur ce dernier (le fameux pont trop loin qui rend l’opération caduque sur le plan stratégique), le reste de l’opération est un succès militaire opérationnel, notamment grâce aux aéroportés américains. Quelques encarts permettent de rappeler habilement le contexte (la fin de la bataille de Normandie, l’impossibilité alliée de fermer la nasse de Falaise, les difficultés logistiques alliées, le plan proprement dit et pourquoi c’est globalement un échec au regard de l’objectif stratégique affiché). Les connaisseurs passeront néanmoins assez vite.

Par contre, les portraits de l’Américain Harry KINNARD et de l’Allemand Wilhelm BITTRICH sont bien plus intéressants car ces deux acteurs restent finalement peu connus dans le détail. Le premier est l’archétype du brillant officier américain, révélé par la Seconde Guerre mondiale et qui a ensuite une carrière exemplaire en alternant postes opérationnels et fonctionnels. C’est aussi le brillant conseiller de l’ombre qui met à disposition son intelligence des autres et notamment de ses chefs. C’est lui qui conseille McAULIFFE d’utiliser son expression originale employée en petit comité dans sa réponse officielle à l’offre de reddition allemande à Bastogne. Il est l’un des artisans de l’aéromobilité au Vietnam. C’est encore lui qui pose aussi les fondations du TRADOC qui continue d’alimenter l’évolution doctrinale de l’armée américaine près de cinquante ans plus tard.

De l’autre côté, le commandant du II. SS-Panzer-Korps, Wilhelm BITTRICH, est aussi très symbolique de sa génération pour qui la Seconde Guerre mondiale représente à la fois l’apogée et la chute. Vétéran de la Première Guerre mondiale, où il passe de l’infanterie à l’aviation, il ne reste que quelque mois dans le civil au sortir de la guerre. Il part en URSS dans le cadre des accords secrets qui permettent à des aviateurs allemands de s’y entraîner en contournant les clause du Traité de Versailles. La montée du nazisme représente un tournant, et en 1932, il intègre la SA puis la SS et enfin sa branche armée terrestre, la Waffen-SS, avec laquelle il combat dès la Pologne et au sein de laquelle il a un parcours varié et étoffé. Paradoxalement en rupture de ban avec HIMMLER pour sa position sur la repression post attentat du 20 juillet 1944, il est protégé par l’armée. Il est rattrapé par les crimes de guerre commis par ses hommes en France et fait cinq ans de prison avant de prendre la suite de Paul HAUSSER à la tête de l’association des anciens de la Waffen-SS (HIAG). C’est donc un représentant typique de sa génération qui, jusqu’à sa mort, est finalement fidèle à ses convictions.

Deux parcours finalement rarement abordés et passionnants. Dignes représentant de deux mondes qui s’affrontent et qui finalement se passent le relais.

Toujours très intéressante l’histoire d’une photo, en l’occurrence une équipe de mortier à Arnhem et le retour sur les lieux soixante-quinze ans plus tard.

Dans ce numéro, les lecteurs habituées retrouvent également l’histoire d’un sous-marin allemand, en l’occurrence l’U-515, très illustratif du parcours des loups gris, de la gloire à la chute.

Comme d’habitude, les reproductions d’objets de collection du III. Reich, en l’occurrence, les sabres des employés des mines. Pour une fois, la symbolique nazie semble assez peu présente, en tout cas bien moins ostentatoire quand dans certaines filières.

Sommaire :

Boutique :

Heimdal logo 


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :