Être soldat de Hitler (Perrin, 2019)

Perrin 2019 RONDEAU Benoit Etre soldat de HitlerL’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale est assurément l’un des sujets les plus exposés dans les publications relatives à cette époque. Pour le meilleur et pour le pire, en passant par pléthore d’écrits sans aucun intérêt historique.

Pourtant, cet opus de Benoît RONDEAU réussit à être différent. Il faut dire qu’il bénéficie des qualités de synthèse de l’auteur et de sa connaissance approfondie de certains théâtre d’opérations. Puiser dans les témoignages de vétérans (que ce soit par leurs lettres de l’époque ou leurs écrits rédigés d’après-guerre) permet de capturer quelques « flashs de vie » du quotidien de ces hommes, à la caserne comme au front, sans pour autant adopter leur point de vue souvent à prendre avec précaution. L’armée, c’est bien entendu le front, mais aussi l’arrière : avant de combattre, il faut recruter, entraîner, armer et soutenir.

Inutile de chercher de quelconques révélations, les sujets abordés sont déjà amplement connus. Leur mise en perspective est par contre passionnante. Le lecteur est d’abord frappé par la diversité des situations rencontrées par les Allemands à une époque où les moyens de transport sont bien moins développés qu’au XXIème siècle. Du cercle polaire aux mers chaudes en passant par l’Afrique et tous les recoins de l’Europe, le champ de bataille est immense. L’approche terre-air-mer donne elle aussi le tournis et chacune d’elle a ses propres caractéristiques.

A la question, pourquoi et comment l’armée allemande a-t-elle pu tenir jusqu’au bout (et même après par le biais de ses associations d’anciens combattants et des mémoires de ses chefs assez prompts d’ailleurs à revisiter les faits en occultant les zones d’ombre), les lecteurs y trouveront des éléments de réflexion car la réponse n’est ni unique, ni simple. Elle relève à la fois d’une discipline de fer, d’une obéissance totale inculquée dès le plus jeune âge, d’une pression sociale et d’une imprégnation politique particulièrement poussée. Le livre a le mérite d’aborder toutes ces facettes.

Le mythe d’une Wehrmacht propre est définitivement écarté. Son implication dans les crimes du nazisme est protéiforme, bien loin de la légende construite pour recycler quelques anciennes figures de l’armée allemande dans la nouvelle Bundeswehr de l’après-guerre afin de s’opposer au péril du Pact de Varsovie. On peu donc « s’étonner de l’étonnement » hypocrite que provoque parfois la découverte d’objets et de noms utilisés dans les traditions et filiations l’actuelle armée allemande, façon bien commode d’effacer nos propres petits arrangements avec l’Histoire à des fins politiques immédiats.

Toujours très appréciable dans nombre d’écrits de Benoît RONDEAU, la prise de recul sur ce qui a pu être dit et écrit depuis 1945 sur le sujet.

Finalement, la question qui émerge est celle de la poule et de l’œuf. Est-ce l’Allemagne de cette époque qui génère un HITLER pour présider à sa destinée ou est-ce lui qui parvient à façonner un peuple à sa façon ? Probablement beaucoup des deux… La parenthèse nazie fait partie intégrante de l’histoire allemande, tout comme celle de Vichy fait partie intégrante de l’histoire française.

Facile à lire, ce livre s’adresse tant au grand public qu’au cercle plus restreint des passionnés de l’histoire militaire du XXème siècle. Une bonne porte d’entrée pour ouvrir de nouvelles explorations littéraires sur ce thème. La bibliographie consacre d’ailleurs une part importante aux publications périodiques, ce qui souligne leur intérêt et leur apport dans la connaissance historique, mettant en valeur la qualité des magazines français spécialisés.

Sommaire :

  • Prologue
  • Introduction
  • Formation et discipline : de la caserne au front
  • La guerre sur terre : conditions matérielles et vie quotidienne au front
  • La guerre sur terre : les conditions de combat
  • La guerre aérienne des soldats de Hitler
  • La guerre sur mer
  • Les soldats de Hitler et les civils
  • Crimes
  • Après Hitler : la postérité d’une armée controversée
  • Epilogue, le temps de la réconciliation
  • Notes
  • Bibliographie
  • Index
  • Remerciements

Boutique :

Perrin 2019 RONDEAU Benoit Etre soldat de Hitler  Ouest-France 2017 RONDEAU Benoit Armee de Hitler tallandier_rondeau_benoit_afrikakorps livre_tallandier_rondeau_benoit_invasion Ouest-France 2014 RONDEAU Benoit Les divisions du Debarquement Tallandier 2016 RONDEAU Benoit Patton


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

13 réflexions sur « Être soldat de Hitler (Perrin, 2019) »

  1. Je découvre à l’occasion de cette recension votre blog très riche et vous en félicite.
    Suivez vous également les publications électroniques comme les articles que je propose sur mon blog sam40.fr?

    1. Bonjour,
      Votre commentaire m’a permis de découvrir (à mon tour cette fois-ci) votre site et de me plonger dans quelques uns de vos billets. Je suis très impressionnés par le détail des recherches et leur technicité pourtant très accessibles. Bref, je m’y suis abonné de suite !

  2. […] Trois portraits d’as représentent le cœur de ce numéro. Celui de Helmut LENT, héros de la chasse de nuit allemande permet de se plonger dans les combats nocturnes dans le ciel du Reich. Victime d’un accident mortel à l’atterrissage, il manifeste une certaine forme de résistance en ayant préparé sa propre annonce nécrologique sans référence au Führer et au nazisme. Fidèle à son devoir, fidèle à ses convictions religieuses et politiques… Une illustration des ambiguïtés des soldats du III. Reich bien expliquées dans « Être soldat de Hitler« . […]

  3. […] Ce premier numéro d’une pagination exceptionnellement renforcée à cent trente pages couvre la période de 1940 à fin 1942. Le principal point d’intérêt de texte réside à la transcription de l’ambiance qui prévaut en 1940 parmi les Allemands et les combats dans les premières semaines de l’opération Barbarossa en 1941. Le récit du cérémonial de sa maman à la réception de son ordre de mobilisation, les brimades lors des classes et l’importance de la camaraderie sont de nouvelles illustrations concrètes des propos tenus par Benoît RONDEAU dans son livre Être soldat de Hitler. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.