Les Kamikazés japonais dans la guerre du Pacifique (Economica, 2018)

D’un point de vue sémantique, l’auteur utilise le traduction de « Kamikazé » au lieu de celui plus usuel de « Kamikaze ». Voilà de quoi nourrir la curiosité sur une sujet hautement symbolique mais qui reste paradoxalement inconnu.

Le début interroge également en esquissant une plongée dans l’histoire militaire japonaise et ouvrant des pistes de compréhension à la volonté japonaise de faire main basse sur l’Asie et le Pacifique. L’attaque de Pearl Harbor trouve ses racines plusieurs décennies avant et concrétise une stratégie mûrement réfléchie et construite, même si basée en partie sur des éléments erronés d’appréciation. A rapprocher de LOS ! hors-série n°19 (Caraktère, 2018). Très intéressant l’impact que laisse l’ultimatum américain du 8 juillet 1853. La volonté d’expansion du Japon serait donc en partie liée à l’irruption de la puissance américaine sur le Pacifique avec des méthodes privilégiant le rapport de force à la subtilité de l’influence. En tout cas, l’auteur a raison en utilisant le pluriel dans son chapitre « genèses de la guerre du Pacifique ».

Autre matière à réflexion, le sens du sacrifice que consentent nombre de soldats de tous les pays. Da façon systémique ou individuelle. Au-delà de la notion de devoir vis-à-vis d’un groupe ou de sa communauté, la culture japonaise et la société de l’époque poussent au sacrifice : déshonneur de la reddition, effacement total de l’individu au bénéfice du service de l’Empereur… Néanmoins, la différence est de taille entre un soldat qui se sacrifie pour les autres ou dans un ultime geste héroïque, et le fait de planifier et d’envoyer à la mort sciemment des soldats pour essayer de renverser une situation militaire. Lecture à croiser avec celle de l’article paru dans Ligne de Front n°76 (Caraktère, 2018) : Les kamikazes, terreur dans les trois dimensions du Pacifique.

L’organisation et la mise en place de ces unités sont évoquées mais sans réellement détailler le cheminement des ordres et des chaînes de décision. Si le contexte est assez clairement exposé, les détails manquent en raison de la rareté des sources primaires d’information.

La narration des opérations militaires explique l’effet spectaculaire, mais aussi la relative inefficacité de ces sacrifiés. Les quelques dégâts occasionnés à la flotte américaine ne renversent, ni ne retardent les échéances.

Un sujet à découvrir. Le texte, aisé à lire, gagnerait à être davantage structuré.

Sommaire :

  • Genèses de la guerre du Pacifique
  • Le processus de création des tokkōtai et leur recrutement, volontariat / contrainte ?
  • Les opérations militaires
  • Le manuel de pilotage
  • Anglais, Russes et Allemands s’y essayent
  • Au-delà

Boutique :


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

1 réflexion sur « Les Kamikazés japonais dans la guerre du Pacifique (Economica, 2018) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.