Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019)

Voilà un numéro qui regorge de nombreuses très bonnes surprises ! Et les plus intéressantes ne sont pas celles qui font la couverture, même si l’article sur l’embuscade de Poteau dans les Ardennes décrit parfaitement le contexte, les combats et l’exploitation iconographique faite par la propagande allemande.

Sous le titre « l’infanterie française a-t-elle fait son devoir », c’est toute une évaluation de la défaite de 1940 qui est quelque peu remise en cause. Dans l’imaginaire populaire (et des passionnés), l’armée française perd car elle n’a, certes pas la bonne stratégie, mais surtout parce qu’elle a été incapable d’exploiter à temps le potentiel de l’arme blindée. Et si finalement, ce n’était pas plutôt la carence de son infanterie qui est la principale responsable ? Bien entendu, ce ne sont pas les fantassins eux-mêmes qui doivent porter le poids de la défaite, mais cette arme représente depuis la Première Guerre mondiale l’alpha et l’oméga des troupes terrestres françaises autour de laquelle gravitent toutes les autres armes, encore en 1940. A lire absolument et à compléter par les GBM125, 126 et 127 sur les errements de l’évolution de l’armement du fantassin.

Extrait du livre à paraître sur les commandos du III. Reich, l’article sur les actions du Lehr-Regiment z.b.V. Brandenburg lors de l’opération Barbarossa lève un voile sur tout ce qui a pu être entrepris lors de l’invasion de l’URSS. En 1940, le nombre d’opérations spéciales mises en oeuvre par la Wehrmacht est conséquent. Il en est de même en URSS. Le coup d’éclat de Daugavpils (Dünaburg pour les Allemands) n’est en fait qu’un exemple parmi d’autres. La carte pleine page de la localisation des différents coups de main donne un aperçu en un coup d’œil de la diversités des actions entreprises. Bien vu aussi la reproduction de croquis d’époque issus des archives.

Egalement passionnant, l’article sur la guerre du pôle donne un aperçu des initiatives prises par les différents les Allemands pour implanter des stations météorologiques au Pôle Nord et des moyens déployés par les Alliés pour les en empêcher. Au menu, bouées météo Wetterfunkgerät-See (WFS), stations météo Wetterfunkgerät-Land (WFL), opération Zitronella et les seuls coups de canon du Tirpitz en opération…

Les autre articles sont plus classiques, même s’il sortent eux aussi des traditionnels sentiers battus (fin du LIII. Armee-Korps à Vitebsk, Légion indienne de la Wehrmacht puis de la Waffen-SS).

C’est donc véritablement un numéro particulièrement original qui démontre encore une fois l’immensité des sujets concernant la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire :

Boutique :

Caraktere ligne-de-front-logo

Caraktere 2015 TIRONE Laurent Panzer Encylcopedia Caraktere_2015_WENKIN_Hugues_DUJARDIN_Christian_Stavelot_La_Gleize        Caraktere 2016 MAHE Yann TIRONE Laurent Wehrmacht 46 volume 1  


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

5 réflexions sur « Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019) »

  1. […] Après les rubriques d’actualités et les recensions, ce numéro de Trucks & Tanks s’ouvre sur une étude sur le portrait d’Aleksandra SUMUSENKO, as des chars soviétiques qui disparaît tragiquement dans un accident. Pour l’occasion, la rubrique « des tanks et des hommes » se transforme en « des tanks et des femmes »… L’étude qui suit concerne le FCM 36. Ses lignes modernes au blindage incliné et sa motorisation diesel montrent encore une fois que l’armée française de 1940 n’est pas totalement dépassée. Certains concepts sont novateurs.  Mais il manque la doctrine d’ensemble et surtout le point fort de l’armée française, l’infanterie, est finalement le maillon faible (cf. Ligne de Front n°79). […]

  2. […] Parfaite illustration des coups de main et des opérations spéciales menés par les Allemands au début de la guerre (une vraie culture opérationnelle que ce soit en Pologne, à l’Ouest en 1940 ou lors de l’opération Barbarossa), l’article issu du livre Les Commandos du Reich donne pour exemple la capture du pont de Porechye par des éléments du Lehr-Regiment Brandenburg z.b.V. 800 sur la route de Leningrad. Le coup de main sur le pont de Daugavpils (Dünaburg) n’est pas le seul exploit réalisé les premières semaines de l’opération Barbarossa par les commandos allemands (voir Ligne de Front n°79). […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.