Mémorial de la bataille de France, volume 2 (Heimdal, 2017)

Ce second volume du Mémorial de la bataille de France en quatre volumes parus chez Heimdal entre 2016 et 2018 se concentre sur les journées du 22 mai au 4 juin 1940.

Alors que les Allemands ont atteint la Manche dès le 20 mai 1940 (voir volume 1) coupant en deux le front allié et isolant son principal corps de bataille, Allemands et Français hésitent sur la conduite à tenir. D’un côté, comment exploiter ce succès finalement facile ? De l’autre, comment rétablir la situation ? Les interrogations des deux camps leur font perdre à chacun du temps. Côté Français, la contre-attaque décisive n’aura jamais lieu. Côté allemand, les atermoiement permettent l’évacuation du corps expéditionnaire britannique et d’une partie des troupes françaises – dans l’immédiat, rien d’important, mais à terme, ils ont perdu l’occasion d’amputer la Grande-Bretagne d’une partie non négligeable de ses troupes.

Publicités

Ce deuxième volume est cependant composé pour plus de la moitié de ses pages d’une analyse très fouillée des causes de la défaite française qui puisent leurs origines au lendemain de la Victoire de 1918. Les erreurs opérationnelles et tactiques de mai 1940 accélèrent l’effondrement face à une armée en pleine recomposition,mais homogène et bien équilibrée (cf. l’analyse d’Eric DENIS dans la 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb).

L’auteur Jean-Yves MARY cite également les nombreuses carences des matériels de l’armée française qu’elles soient qualitatives et quantitatives.

Cette partie est réellement passionnante et apporte une véritable analyse aux événements décrits dans le premier volume et la première partie de celui-ci. Il est vrai qu’en quelques jours seulement de combat l’armée allemande réussit l’exploit de mettre hors de combat la Hollande et la Belgique, d’expulser les Anglais du Continent et d’amputer l’armée française de ses meilleurs éléments… Tout cela n’est pas le fruit du hasard, mais la rencontre de deux dynamiques totalement inversées, l’une positive, l’autre négative. Sans parler de la neutralité belge qui avantage in fine l’Allemagne (cf. La déroute française de 1940, la faute aux Belges ?).

Sommaire :

  • Les Panzers s’arrêtent (22-24 mai 1940)
  • Vers la poche de Dunkerque (25-27 mai 1940)
  • La Belgique cesse le combat (28-31 mai 1940)
  • Le miracle de Dunkerque (1er-4 juin 1940)
  • Une défaite inéluctable…
  • Annexe
  • Index des engagements évoqués dans les volumes 1 & 2
Publicités

Liens externes :

3 réflexions sur « Mémorial de la bataille de France, volume 2 (Heimdal, 2017) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.