Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend (Heimdal, 1994)

12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend (Heimdal, 1994)

Cet album historique de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend voit le jour dans de troubles conditions. Ecrit par l’un de ses vétérans et ancien chef d’état-major (Ia dans la codification allemande de l’époque) Hubert MEYER, sa version française est éditée par Heimdal en 1991 pour sa collection d’albums historiques. La publication est quelque peu mouvementée…

En effet, l’éditeur prévoit une introduction sur les crimes de guerre commis par la division. Mais de quelques lignes autorisées par Hubert MEYER, le projet prend de l’importance avec la narration des massacres d’Ascq et d’Audrieu. Le différend entre l’auteur et l’éditeur se règle en justice, le livre est finalement retiré des ventes car ne respectant par le contrat initialement établi entre les parties (cf. 39/45 Magazine n°68). Les exemplaires de la première édition sont donc amputés de la partie contestée, mais proposés à la vente. La version rééditée en 1994 est par contre conforme à l’accord qui a présidé à sa conception. La mention des crimes de guerre est seulement apportée dans le « mot de l’éditeur ».

Très largement illustré, le livre se concentre essentiellement sur les combats de la division en Normandie. Certaines localités deviennent célèbres par l’intensité des affrontements qu’elles connaissent, mais malheureusement aussi pur certaines exactions : Mesnil-Patry, Cristot, Norrey-en-Bessin, Bretteville-l’Orgueilleuse, Cheux, Putot-en-Bessin, Audrieu, Rots, Carpiquet, Buron, Hottot, Parc de BoislondeFontenay-le-Pesnel, Rauray, Gavrus. Pendant un mois, la division interdit aux Alliés l’accès à Caen mais elle est incapable de les repousser à la mer. Tandis que l’opération Cobra débloque la situation en créant une brèche dans le front allemand dans laquelle s’engouffrent les Américains, la 12. SS-Panzer-Division continue de donner du fil à retordre aux Britanniques et Canadiens en défendant l’accès à Falaise face aux opérations Totalize et Tractable. Mais la situation est trop déséquilibrée. Les restes de la divisions s’échappent de la poche de Falaise et franchissent la Seine pour se replier vers le Reich, retraite qui ne s’effectue pas sans difficulté ni perte comme le montre notamment la capture de Kurt MEYER.

Le texte offre un récit jour par jour, voire heure pas heure des combats de juin à août 1944. C’est clair et bien complété de nombreuses cartes. L’énonciation des pertes et le tableau récapitulatif en fin d’ouvrage témoignent de l’âpreté des combats. Bien qu’ancien, ce livre a toujours sa place aux côtés des très beaux livres de Stephan CAZENAVE [Panzerdivision Hitlerjugend, volume 1.1 (Maranes, 2018), Panzerdivision Hitlerjugend, volume 2 (Maranes, 2015)] grâce cette narration chronologique et détaillée des combats de la division en Normandie.

Les chapitres relatifs à la bataille des Ardennes aux opérations en Hongrie et Autriche en 1945 sont réduits à quelques paragraphes seulement. La portée de l’échec stratégique de la division lors de l’opération Wacht am Rhein est transformée en prestation héroïque : « Trois fois, elle [la division] se heurte à de nouvelles divisions contre lesquelles elle n’obtient que des succès locaux au prix de lourdes pertes ». Dommage…

L’introduction de l’éditeur est la seule mention aux crimes de guerre commis par la division. Elle comprend une très belle lettre rédigée par des proches des victimes du massacre d’Ascq qui demandent à ce que la peine de mort ne soient pas exécutée pour les coupables au nom des « valeurs chrétiennes » et surtout parce que le sang des coupables ne fera pas revenir celui des êtres chers disparus onze après les faits. De quoi nourrir de profondes réflexions philosophiques et morales…

Sommaire :

  • Préface
  • La formation de la division et sa préparation au combat
  • La division dans les combats défensifs face à l’invasion alliée en Normandie
  • La première bataille de Caen, du 6 au 10 juin 1944
  • La deuxième bataille de Caen, du 11 au 18 juin 1944
  • La troisième bataille de Caen, du 25 au 30 juin 1944
  • La quatrième bataille de Caen, du 4 au 9 juillet 1944
  • Combats entre Caen et Falaise, formation de la poche de Falaise et percée, du 18 juillet au 21 août 1944
  • Combats entre La Touques et la Seine, du 21 au 25 août 1944
  • Retraite vers le nord de la France, combats que la frontière franco-belge, retour dans le Reich
  • La division dans la bataille des Ardennes
  • La division dans les combats en Slovaquie, en Hongrie et en Autriche en hiver et au printemps 1945
  • Après-guerre, procès contre des membres de la division
  • Index
  • Annexes

Boutique :

      Maranes 2015 CAZENAVE Stephan Panzerdivision Hitlerjugend volume 2


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :