Normandie 1944 Magazine n°28 (Heimdal, 2018)

Ce numéro de Normandie 1944 Magazine est un vrai plaisir à lire ! Peut-être encore plus que d’habitude (ce qui n’est pas peu dire), il propose des articles à très forte valeur ajoutée pour le lecteur qui est a peu près certain de ne pas avoir déjà lu et relu des articles similaires.

Au-delà de l’intérêt historique que font partager des auteurs qui ont véritablement mené un projet de recherche, les récits sont aussi particulièrement émouvants parce qu’ils ramènent la guerre à des êtres humains, à leur destinée, quel que soit le camp auquel ils ont appartenu. Que reste-t-il à dire après avoir lu le drame de ceux qui se sont réfugiés sous le café Guillaume Tell au Havre quand les bombes alliées se déversent le 5 septembre 1944 en prélude à l’assaut britannique ? Le texte est poignant et le lecteur est plongé dans l’enfer des réfugiés abrités dans des caves qui ne sont pas prévues pour résister à un tel tapis de bombes. C’est aussi l’occasion de découvrir l’organisation des Equipes Nationales, leur rôle et quelques uns de leurs jeunes membres. Des jeunes et des moins jeunes qui n’ont rien demandé à personne et qui se retrouve là, victimes bien innocentes d’un conflit qui les dépasse.Qui peut aussi rester insensible au témoignage du Leutnant HÖLLER de la 21. Panzer-Division qui revient sur les lieux des combats soixante-dix après ? Au-delà des souvenirs qui ne peuvent que lui revenir, il croise des vétérans hier ennemis avec lesquels il fraternise désormais, se recueille sur la tombe de ses camarades tombés alors que le vie s’ouvrait à eux.

De même, le renouveau du bunker du commandant de la 7. Armee au Mans amène les lecteurs à découvrir l’Histoire par la petite histoire : l’emploi du temps de Friedrich DOLLMANN, sa mort qui suscite encore des interrogations, l’intérieur reconstitué du bunker. Encore une fois, ce sont des faits, des gestes, des objets qui ramènent l’histoire de ce conflit gigantesque à la somme d’histoires individuelles de femmes et d’hommes qui s’y retrouvent plongés.

Après les articles parus dans Normandie 1944 Magazine n°25 et Normandie 1944 Magazine n°27, Bruno LEVERRIER conclue son étude de l’échec de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte Adolf Hitler à Saint-Barthélémy lors de la contre-offensive sur Mortain. Il recoupe ici le récit des combats avec le relevé des différentes épaves répertoriées sur le terrain. Un beau travail d’analyse et de recherche minutieuse.

Toujours autour de l’opération Lüttich, la tentative allemande de couper la percée américaine d’Avranches résultant de l’opération Cobra, Frédéric DEPRUN pursuit son étude de l’engagement de la 116. Panzer-Division (cf. Panzer en Normandie, histoire des équipages de chars de la 116. Panzer-Division) et plus particulièrement de son unité de reconnaissance (cf. Normandie 1944 Magazine n°26).

Alors que la ligne éditoriale essaye de préserver un certain équilibre entre les belligérants, il n’y a ici qu’un seul article consacré aux Alliés, en l’occurrence la suite des pérégrinations de la 11th Armoured Division au-delà de la Souleuvre et au Beny-Bocage qui fait suite à l’article paru dans Normandie 1944 Magazine n°23 et surtout à la bible de la Percée du bocage tome 1 et tome 2.

Sommaire :

Nicolas BUCOURT & Pierre BUCOURT, Bombardements du Havre, la tragédie du Guillaume Tell, in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de douze pages décrivant presque minute par minute le drame du café Guillaume Tell du Havre durement touché lors du bombardement allié du 5 septembre 1944 en prélude à l’opération Astonia où de nombreux civils périssent et notamment des membres des Equipes Nationales – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Stéphane JACQUET, Mardi 1er août 1944, objectif Le Beny-Bocage pour la 11th Armoured Division, in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de quatorze pages relatant la poussée de la 11th Armoured Division après le franchissement de la Souleuvre en direction du Bény-Bocage  – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (3ème partie), in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de dix-huit pages concluant l’étude de l’échec de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler à Saint-Barthélémy lors de la contre-offensive allemande sur Mortain (opération Lüttich) – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Frédéric DEPRUN, Der Windhund en Normandie, Panzer-Aufklärungs-Abteilung 116 (2ème partie) à Mortain, 6 au 10 août 1944, in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de trente pages sur les combats qui opposent l’unité de reconnaissance de la 116. Panzer-Division et des chars de la 2. SS-Panzer-Division Das Reich aux Américains de la 30th US Infantry Division et du 737th US Tank Battalion à la Croix des Sept-Coeurs lors de la contre-offensive allemande sur Mortain (opération Lüttich) – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Hans HÖLLER, « Nach 70 Jahren wieder da », le retour du Leutnant Hans Höller en juin 2014, in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de douze pages de Hans HÖLLER, vétéran de la 21. Panzer-Division, sur les lieux des combats soixante-dix après (Pegasus Bridge, Bénouville, Troarn, Trun, Saint-Lambert-sur-Dives, Mont-Ormel)  – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Miguel BEUVIER, Juin 1944, la riposte allemande commandée depuis le bunker du Mans, in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de neuf pages présentant le bunker de commandement type R608 de la 7. Armee au Mans, vie quotidienne et fin du Friedrich DOLLMANN alors qu’il commande l’une des deux armées allemandes opposées à l’invasion alliée en Normandie – photos & vues couleurs contemporaines à l’article.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

2 réflexions sur « Normandie 1944 Magazine n°28 (Heimdal, 2018) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.