Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > A l’assaut de la Hague (Isoète, 2018)

A l’assaut de la Hague (Isoète, 2018)

Ce livre est l’oeuvre d’un passionné et d’un fin connaisseur des lieux eux-mêmes. De suite, le lecteur sent que l’auteur a le soucis du détail des vestiges, des êtres qui les ont côtoyés et des événements qui s’y sont déroulés.

D’un point de vue historique, ce livre couvre une page du Mur de l’Atlantique assez peu étudiée alors que ce secteur est à proximité des plages du Débarquement et est le témoin des derniers combats de le Cotentin en 1944 au cours de la bataille de Normandie.

La Pointe de la Hague est celle située à l’Ouest de Cherbourg. Ses batteries d’artillerie ne sont donc pas une menace directe pour les Alliés lors de l’assaut des plages et plus tard pour les combats à l’intérieur des terres. Néanmoins, la densité des installations de guidage et de détection en fait une zone à neutraliser en vue du Jour-J pour rendre aveugle les Allemands. En effet, cette pointe est un emplacement idéal pour surveiller, dès 1940, le bras de Mer qui sépare le continent occupé par les forces armées du III. Reich et la Grande-Bretagne qui résiste encore et devient du coup l’avant-poste des forces de la Liberté. C’est donc tout logiquement que ce livre s’attarde sur les différents radars et stations de guidage qu’installent les Allemands et les efforts alliés pour les neutraliser.

La zone devient vite à un objectif pour les raids commandos britanniques qui visent tant à maintenir le moral des Britanniques qu’à forcer les Allemands à conserver des unités conséquentes à l’Ouest, sans compter le besoin de s’emparer de technologies ennemies ou de repérer les lieux en vue d’un prochain débarquement. C’est ainsi qu’une première opération est envisagée en novembre 1942 (opération Clawhammer), mais finalement annulée compte tenu des besoins qu’elle aurait nécessité. Cela n’empêche finalement un raid beaucoup plus limité d’être conduit dans l’anse de Saint-Martin en mars 1943, avec un résultat d’ailleurs très mitigé.

La pointe de la Hague est également retenue par les Allemands pour installer des bases de lancement de V1, mais qui ne serviront jamais compte tenu du Débarquement allié et de la libération du Cotentin dès juin 1944.

C’est enfin quatre-vingt vestiges qui sont décrits et illustrés de photos d’archive et contemporaines. Dix sentiers de découverte sont également proposés.

Très originaux sont les montages qui superposent photos d’archive et contemporaines afin d’aider à mieux faire le lien entre l’Histoire et le présent.

En conclusion, un livre original, facile et agréable à lire. Et qui invite au voyage sur les pas des habitants et des soldats qui ont foulé ces lieux, qui y ont vécu, ont combattu ou subit les bombardement, voire qui y ont perdu la vie, victimes militaires ou collatérales de la guerre.

Sommaire : 

  • Introduction
  • Patrimoine
  • La Hague en guerre
  • Le Mur de l’Atlantique dans la Hague
  • La bataille de la Hague
  • Le Mur de l’Atlantique dans la Hague aujourd’hui
  • Sentiers et balades autour des vestiges dans la Hague
  • Conclusion
  • Lexique
  • Remerciements
  • Aujourd’hui et hier
  • Sources

Boutique :

     


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :