Publicités
Accueil > Livres, Recension, Romans, Sommaire > Eclairs lointains, percée à Stalingrad (Anne Carrière, 2017)

Eclairs lointains, percée à Stalingrad (Anne Carrière, 2017)

Ce livre est à couper le souffle et probablement l’un des témoignages le plus poignants de toute la Seconde Guerre mondiale. Ecrit en captivité vers 1944 par un officier de l’état-major de la 16. Panzer-Division, rescapé de Stalingrad, ce livre décrit le quotidien des soldats prisonniers dans la poche de l’encerclement à la fin dans les dernières ruines de la ville.

A travers une galerie de portraits, du simple soldat au général, en passant par des combattants, des membres d’états-majors, un pasteur, un médecin, le lecteur découvre et saisi comme jamais la réalité vécue par ces hommes, ce qu’aucun autre livre relatant les opérations proprement dites ne peut décrire. C’est un roman, mais le vécu pointe à chaque ligne, sans qu’il soit possible de distinguer quel personnage est vraiment l’auteur (il se retrouve probablement dans plusieurs). Ce qui est certain, c’est qu’il a vécu ces événements, il a ressenti certains de ces sentiments, il a partagé l’existence de ceux qui en avaient d’autres… En captivité, il bénéficie de nombreux témoignages d’autres prisonniers qui lui permettent de décrire les derniers moments de certains généraux dans le chaudron comme Friedrich PAULUS, Arthur SCHMIDT, Walther von SEYDLITZ-KURZBACH. Au fil des pages, le lecteur découvre et réalise que toute part d’humanité s’échappe. Le froid, la faim, la tension, la mort, l’horreur au quotidien… Seul un témoin peut écrire avec une telle pertinence ces pages. Il est également possible de faire des parallèles entre certains personnages du roman et certains acteurs du drame de Stalingrad. Ainsi, le sacrifice les armes à la main du général Alexander von HARTMANN commandant la 71. Infanterie-Division semble être décrit sous les trait d’un dénommé von HERMANN…

Ce témoignage est également fort intéressant pour comprendre l’état d’esprit des hommes vis-à-vis du nazisme, du III. Reich et d’Adolf HITLER. Il y a ceux qui y croient dur comme fer, ceux qui commencent à douter et ceux qui ont des terribles cas de conscience. Le passage dans lequel l’un des héros du livre se souvient d’avoir participé à un pogrom en Ukraine à l’été 1941 entraîné par une sorte de folie collective mené par un sous-officier de la Luftwaffe… et stoppé à temps par un officier qui passait par là rend compte bien mieux que tout livre académique sur le sentiment de supériorité raciale et sur l’absence de barrière morale qu’habitaient ces hommes.

Tout aussi passionnant la prise de conscience de certains, le débat entre fidélité, devoir et moral qui les agitent.

La dégradation des conditions de vie révèlent et exacerbent les personnalités. Certains sont totalement transformés. Entre bassesse, hauteur et quotidien, c’est tout simplement une histoire de relations entre être humains poussés à l’extrême.

C’est aussi un témoignage de la vie à l’intérieur du chaudron qui permet de réaliser à quel point la tentative de sauvetage par l’extérieure est attendue et fait souffler quelques jours un vent d’espoir. C’est un témoignage de la vie réelle des hommes en guerre, dans un trou d’homme ou dans un bunker d’état-major.

Ecrit en captivité, le récit a été confisqué par les Soviétiques. C’est vrai qu’il n’incite pas à la guerre et pose un regard plus que désabusé sur les dirigeants et les leaders qui se réalisent dans ces moments-là. L’auteur l’a reconstitué en rentrant en Allemagne grâce à des séances d’hypnose, mais c’est bien la version originale qui est éditée ici, telle qu’elle est sortie de la main et des souvenirs encore brûlants de son auteur Heinrich GERLACH. Cela dit, et c’est l’une des raisons de sa censure, il porte un regard relativement neutre sur les hommes et leurs chefs. Il met sur le même plan les actes héroïques, exemplaires comme la lâcheté de certains ou les moments de détresse. Pas de quoi satisfaire le besoin de réécrire l’histoire des Soviétiques…

Le pavé est volumineux, remarquablement écrit et servi par une excellente traduction. L’histoire du livre est également détaillée dans une annexe d’une centaine de pages indispensable également pour comprendre la vie dans les camps soviétiques et le travail réalisé par les communistes allemands pour essayer de convertir les prisonniers et finalement préparer l’après-guerre. L’homme est ainsi embrigadé dans le comité Freies Deutschland. C’est ce qui lui donne la possibilité d’écrire et finalement d’échapper quelque peu à une second horreur, celle des camps soviétiques d’où nombre de ses camarades de combat ne reviendront pas. Pourtant, son recrutement comme agent soviétique semble être un échec et ses geôliers font trainer sa libération, il tombe dans les mains du NKVD et est menacé lors de son retour en Allemagne…

De très loin, ce livre est une référence sur la guerre, les hommes et Stalingrad en particulier. A lire au moins une fois dans sa vie…

Sommaire :

  • Retour au Reich ?
  • Tempête sur le Don
  • Retraite… vers l’Est !
  • Pris au piège
  • Manstein arrive !
  • Soucis de ravitaillement et questions morales
  • Noël noir
  • Premiers contours dans le brouillard
  • La route des ossements
  • N’y a-t-il vraiment pas d’issue ?
  • Condamnés
  • Qu’ont-ils fait de nous ?
  • Coupable devant son peuple
  • Horreur à Goumrak
  • Il n’y a pas de retour
  • Si le grain ne meurt
  • La chute des dieux
  • Décompte final
  • Postface
  • Annexes

Boutique :

         


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :