Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)

Batailles et Blindes HS 034Avec ce numéro hors-série de Batailles & Blindés, les Editions Caraktère se replongent dans l’enfer de la bataille de Koursk (cf. Batailles & Blindés hors-série 9 et 10, Ligne de Front n°37). L’idée n’est cette fois pas une analyse globale des opérations, mais de se focaliser sur l’engagement de quelques nouveaux matériels mis en ligne par les Allemands à cette occasion et sur lesquels reposent les espoirs de victoire. Lors de la bataille de Koursk, les Allemands mettent en ligne des engins développés à l’issue du retour d’expérience acquis lors de l’opération Barbarossa quand ils ont découvert que les Soviétiques possédaient des chars (T-34 et KV-1) très supérieurs aux leurs [cf. Sylvain FERREIRA, Le retour d’expérience de la Panzerwaffe à l’Est, contrer le T-34, in Batailles & Blindés n°81 (Caraktère, 2017)].

Sont ainsi passés en revue les Panzer VI Ausf. E Tiger, Panzer V Panther, Jagdpanzer VI(P) Ferdinand, Jagdpanzer III/IV Hornisse et Sturmpanzer IV Stupa Brummbär. Ces engins sont tous développés après le déclenchement de l’opération Barbarossa durant laquelle les Allemands se rendent compte de l’infériorité de leurs matériels blindés et de leurs capacités antichars face aux engins soviétiques.

Le concept de ce numéro est donc séduisant car il propose de revenir sur la genèse de chacun des engins et leurs premiers pas opérationnels, ce qui est l’occasion de comprendre également le parcours des unités qui les mettent en ligne.

Si Adolf HITLER repousse plusieurs fois la date de son offensive pour justement permettre l’utilisation de ces nouveaux matériels, il est cependant illusoire de croire que ces nouveautés puissent par elles-mêmes apportées la victoire. Développées très rapidement, parfois avec quelques expédients, les problèmes de jeunesse ne sont pas résolus. La formation et les doctrines d’emploi sont également balbutiantes, sans parler de l’entraînement des équipages proprement dit et des troupes chargées de manœuvrer de concert. Bref, le risque technique pris est énorme.

Pourtant, le potentiel technique parait prometteur. Chacun de ces nouveaux appareils provoque des saignées dans les rangs soviétiques et leurs pertes sont plutôt dues à des pannes ou à des engagements inadéquats. L’article consacré au Panzer V Panther se penche également sur l’impact des relations humaines, des luttes d’ego et du choc des ambitions avec le conflit qui oppose notamment Hyazinth Graf STRACHWITZ et Karl DECKER qu’Otto von KNOBELSDORFF ne sait pas gérer. De quoi écorner quelque peu la légende du premier et rappeler que la bataille de Koursk ne se limite pas aux combats menés par les trois divisions de la Waffen-SS. Egalement, l’engagement du schwere Panzerjäger-Regiment 656, qui englobe Stupa et Ferdinand, rappelle que l’opération Zitadelle comprend aussi une pince Nord qui très vite s’enlise dans les défense soviétiques et est menacée sur ses arrières par les contres de l’Armée Rouge sur Orel.

Ce numéro comprend également un regard croisé des Soviétiques et des Allemands sur le Panther avec notamment le résultat des essais menés à Kubinka quelques jours seulement après l’échec germanique.

Les conséquences tirées par l’engagement de chacun de ces nouveaux engins sont également étudiées, tant d’un point de vue modifications techniques que des unités qui les emploient. Si Koursk est un véritable échec allemand, mais pas aussi catastrophique que se plaît à souligner la propagande soviétique, et certainement pas en nombre de chars perdus, il y a un avant et un après pour la Panzerwaffe.

Sommaire :

  • Yannis KADARI & Laurent TIRONE, Le Panzerjäger Ferdinand, un baptême du feu sanglant, in Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)
  • Laurent TIRONE, Le Tiger I, à la pointe de la Panzerwaffe, in Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)
  • Loïc CHARPENTIER, Le Hornisse, le frelon pique jusqu’à 4200 m, in Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)
  • Dominique SUHR, Le Panther, un prometteur fiasco, in Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)
  • Loïc CHARPENTIER, Le Stupa, le 15cm Sturmhaubitze 43 Brummbär, in Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017)

Boutique :

Caraktere Batailles et Blindes logo

Caraktere 2015 TIRONE Laurent Panzer Encylcopedia Caraktere_2015_WENKIN_Hugues_DUJARDIN_Christian_Stavelot_La_Gleize Caraktere 2016 MAHE Yann TIRONE Laurent Wehrmacht 46 volume 1


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

5 réflexions sur « Batailles & Blindés hors-série n°34 (Caraktère, 2017) »

  1. […] Lorsque les Allemands déclenchent l’opération Barbarossa pour envahir l’URSS, ils découvrent avec stupeur que l’Armée Rouge met en ligne des engins bien plus puissants que leurs chars. Le T-34 et le KV-1 sont mieux armés et bien mieux protégés au point de mettre en difficulté les unités blindées allemandes. Cependant, les combats tournent à l’avantage des Allemands, les soviétiques ne parvenant pas à capitaliser sur les avantages intrinsèques de leurs chars. L’analyse des rapports de plusieurs unités rédigés (3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division, Panzer-Regiment 203) en 1941 et 1942 permet de comprendre comment les Allemands ont réussi à compenser leur infériorité dans les premiers mois du conflit germano-soviétique mais aussi comment il est urgent de se doter de moyens de lutte similaires, voire supérieurs. La réaction est rapide avec à la fois des expédients à court terme et des développements à plus moyen terme qui seront notamment mis en ligne en 1943 lors de l’offensive Zitadelle à Koursk (cf. Batailles & Blindés hors-série n°34). […]

  2. […] Retour à Koursk aussi, mais sous un angle un peu original loin des traditionnelles études sur la pince Nord ou la pince Sud avec son fer de lance composé des trois divisions de la Waffen-SS. Non, il s’agit ici d’étudier la « deuxième pince Sud » de KEMPF qui doit appuyer et protéger l’avance du II. SS-Panzer-Korps. Quand MODEL stoppe l’offensive par le Nord, l’opération Zitadelle n’est pas encore perdue pour les Allemands. Les pertes soviétiques sont énormes et la pince Sud poursuit son avance. Mais l’impossibilité de l’Armee-Abteilung Kempf d’appuyer correctement l’offensive causée par la défense sacrificielle de certaines unités de l’Armée Rouge ne permet pas aux Allemands de conserver la dynamique et l’énergie cinétique qui peuvent leur permettre de percer. Article indispensable pour comprendre l’échec allemand, même si celui-ci n’est pas le désastre présenté par la propagande soviétique (cf. Koursk, 1943), et pour compléter les Batailles & Blindés numéros hors-série 9, 10 et 34. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.