Advertisements
Accueil > Magazines, Recension, Revues, Sommaire > Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)

Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)

militaria-hs-101Malgré un thème maintes fois étudié (les « Panzer » de la Seconde Guerre mondiale), ce numéro hors-série de Militaria réussit à apporter un éclairage synthétique et opérationnel de l’arme blindée allemande.

Dans le premier article, le paradoxe du conflit est clairement posé : les plus belles victoires ont été obtenues avec des matériels assez peu puissants et surtout inférieurs à leurs adversaires dans les domaines de la protection et de la puissance de feu. Les défaites seront par contre subies avec matériels finalement supérieurs à leurs opposants dans ces deux domaines…

L’analyse des trois « Panzer » de la le seconde partie du conflit (Panzer VI Ausf. E Tiger, Panzer V Panther, Panzer VI Ausf. B Königstiger) intègre un certain nombre d’exemples opérationnels : un long développement sur l’engagement du Tiger en Afrique du Nord et en Italie et un bilan des divisions blindées équipées de Panther en Normandie.

L’article sur le Königstiger insiste de son côté sur la très grande fragilité de ce système d’arme au combat, entre un poids qui met à mal les mécaniques et un moteur qui s’avère un gouffre en terme de carburant à une période où l’Allemagne en manque cruellement.

En conclusion, la victoire ne revient pas à celui qui l’arme la plus puissante mais plutôt à celui qui sait développer et mettre en oeuvre les engins dans un environnement cohérent avec ses ressources. Ce dernier point s’applique également à la production où la maîtrise technologique allemande permet au III. Reich de pouvoir se doter d’armes très performantes d’un point de vue technique, mais dont le complexe industriel est incapable de satisfaire les besoins des fronts.

Finalement, l’erreur des décideurs allemands a été de répondre à la mauvaise surprise des T-34, KV-I et KV-II lors de l’opération Barbarossa par la technique et la course à la puissance plutôt que par une réflexion plus opérationnelle. Le summum de cette erreur aboutit à Koursk où l’intelligence stratégique, qui a pourtant fait merveille à l’Ouest en 1940, est remplacée par une logique du fort-au-fort où seul celui qui possède les ressources industrielles et humaines les plus importantes peut vaincre. Dès lors, la défaite du III. Reich, de plus en plus aveuglé par son idéologie de suprématie au fur et à mesure de la guerre, était inéluctable.

Sommaire :

  • Yves BUFFETAUT, Les Panzer ne font plus illusion, in Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)
  • Yves BUFFETAUT, Le Tigre I et les Alliés, une mauvaise rencontre, in Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)
  • Yves BUFFETAUT, Le PzKpfw. V Panther, in Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)
  • Yves BUFFETAUT, Le Tiger II Königstiger, in Militaria hors-série n°101 (Sophia Histoire & Collections, 2017)

Boutique :


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :