Abbeville, un matin de mai… (Ysec, 2013)

Edité en format à l’italienne, ce livre fait la part belle aux documents et photos d’époque issus notamment des fonds privés. Souvent, le texte s’appuie sur les légendes des photos plutôt que l’inverse. Le sujet n’est pas uniquement le récit des combats de la tête de pont allemande d’Abbeville sur la Somme en mai 1940 et des tentatives franco-britanniques pour la résorber, mais aussi celui d’une ville et de ses témoins du printemps 1940 jusqu’à l’automne 1944.

Publicités

Trois temps se dégagent. Le premier est bien entendu celui de mai 1940, des premières bombes lâchées par la Luftwaffe aux combats de la tête de pont et du Mont Caubert. Il occupe une part importante du livre et donne une vision relativement intimiste des combats permettant de comprendre au-delà du contexte stratégique et opérationnel comment un affrontement bascule entre le succès et l’échec pour un camp ou pour l’autre. A ce titre, cet ouvrage est un complément indispensable aux autres ouvrages sur la tête de pont d’Abbeville (notamment ceux d’Henri de WAILLY).

Le second temps est celui de l’Occupation avec ses contraintes pour la population locale, le déblaiement des ruines, l’installation et la vie des troupes allemandes, les bombardements alliés et les actes de résistance.

Le troisième et dernier temps est celui de la Libération, au sens militaire du terme. L’Épuration et la reconstruction ne sont pas abordés ici. Nulle mention également de déportations ou d’otages au cours de la période d’Occupation.

Ce livre est indispensable pour comprendre ce que fut le quotidien de ceux ayant vécu à cette période, quelle que soit leur nationalité, quel que soit le rôle. Un vrai travail de recherche, le reflet d’une vraie passion et d’un attachement à une ville et sa région.

Sommaire :

  • Préface
  • D’une guerre à l’autre
  • Abbeville avant l’orage
  • Abbeville, un destruction en deux temps
  • 10 mai 1940 : le premier bombardement d’Abbeville
  • Du 10 au 20 mai 1940 : les réfugiés envahissent les routes
  • Les bombardements du 20 mai 1940
  • Abbeville détruite
  • On ne passe plus, les rues ont disparu
  • 20 mai 1940 : l’arrivée des Allemands
  • La bataille d’Abbeville
  • Des tonnes de matériel
  • Prisonniers de guerre
  • Un aérodrome pendant la guerre : Drucat-Le Plessiel
  • Abbeville à l’heure de l’occupation
  • Bombardements sur la ville
  • Septembre 1944, la Libération
  • Le temps qui passe
  • Bibliographie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.