Publicités
Accueil > Magazines, Recension, Revues, Sommaire > Trucks & Tanks Magazine n°55 (Caraktère, 2016)

Trucks & Tanks Magazine n°55 (Caraktère, 2016)

Tnt 055

Au travers de deux sujets particulièrement éculés, ce numéros réussit à fournir deux synthèses de très grande qualité. Tout d’abord, sur la bataille de Koursk en juillet 1943. Opposant les caractéristiques des matériels des deux camps (chars moyens, chars lourds, chasseurs de chars, chasseurs de chars lourds, canons d’assaut, artillerie automotrice, chars lance-flammes et chars alliés), un article rappelle quelques avancées majeures dans la compréhension de cet engagement encore trop souvent réputé comme une hécatombe allemande et un brillant succès soviétique :

  • L’arme blindée soviétique est restée sur ses acquis de 1941
  • Malgré ses qualités, le T-34/76 souffre de défauts majeurs qui le rendent vulnérable au combat (absence de radio, tourelle deux places qui surcharge le chef de charge qui en outre ne dispose pas d’un champ visuel optimum)
  • La Panzerwaffe a hissé ses anciens matériels au niveau de ses opposants d’un point de vue puissance de feu tout en conservant la qualité initiale de ses engins (ergonomie, transmissions, optiques) – les Panzer IV remis à niveau tiennent désormais tête aux T-34/76
  • Les nouveautés allemandes (Panzer V, Panzer VI Ausf. E) sont assurément supérieures aux engins soviétiques, mais au-delà des défauts de jeunesse (fiabilité), les contraintes logistiques sont déjà criantes (dépannages) et sont la cause principale des pertes
  • Le bilan est sans appel : 1614 engins soviétiques perdus contre 270 à la Wehrmacht – les raisons de l’échec allemand (ou plutôt l’arrêt de l’offensive) sont bien à chercher ailleurs (voir Ligne de Front n°37)

Le deuxième article repose sur le titre accrocheur de la couverture : « Comment la Panzerwaffe a perdu la guerre ? ». Là aussi, c’est l’occasion de trouver quelques synthèses qui valent mieux que de longs articles ou livres :

  • En Pologne (septembre 1939), l’arme blindée allemande est à la peine et ses opposants plus efficaces, mais bien moins nombreux – les enseignements en seront très vite tirés et corrigés le mieux possible avant le déclenchement des opérations à l’Ouest en mai 1940, même si le potentiel industriel est déjà une contrainte très forte
  • Face à la France en mai et juin 1940, la combinaison d’unités blindées homogènes, autonomes, rapides (car équipées de chars assez légers) alliées à un plan combinant percée et mouvements d’enveloppement apporte la victoire face à un adversaire dont les engins sont intrinsèquement meilleurs, plus puissants et plus nombreux, mais qui, comme l’Armée Rouge un plus tard, souffrent de défauts de conception (transmissions, ergonomie) et de doctrines d’engagement inadaptées
  • Lors de l’invasion de l’URSS en juin 1941, le seul véritable ennemi est l’immensité du théâtre d’opérations qui confirme un potentiel industriel (et humain) incompatible à fournir en nombre nécessaire les matériels nécessaires pour mener une guerre sur de tels espaces, ce qui aboutit à une attrition qu’accentueront les phénomènes climatiques et l’endurance du soldat soviétique
  • La faiblesse industrielle provoque le choix, logique, de la supérieur technologique sur l’effet de masse qui va guider la stratégie allemande sur la seconde moitié de la guerre, à l’opposé des choix opérés au début du conflit…

Au-delà du contexte stratégique de plus en plus défavorable au fur et mesure du conflit, l’armée allemande perd progressivement une de ses qualités initiales : l’autonomie de ses chefs (quels que soient les niveaux de commandement) qui sclérose progressivement toute la chaîne de commandement et qui l’empêche de tirer meilleur profit de son avantage technologique. Ce dossier est un parfait complément du Batailles & Blindés hors-série n°29.

Dans la même veine, il faut retenir deux articles sur les chars contemporains. L’un aborde la question essentielle de la remise à niveau de cellules plus anciennes et dépassées technologiquement, l’autre revient sur le dossier du numéro précédent qui établissait un classement des meilleurs chars de combat à quelques encablures des années 2020. Soixante-dix après, la nature des problématiques (et des débats) sont les mêmes que celles rencontrées par les belligérants de la Seconde Guerre mondiale !

Les autres articles, plus traditionnels, mais tous très intéressants, passent en revue plusieurs engins connus et moins connus tels le Churchill anglais, l’Autocannone da 75/27 C.K. Itala X (qui montre que les Italiens innovaient déjà dès 1916 en montant un canon antiaérien sur une plateforme motorisée), le Krupp Protze et l’AMX 30 B2 Brennus (illustration concrète de la modernisation d’une cellule dépassée pour la mettre aux normes du champ de bataille sur lequel elle peut être amenée à évoluer).

Sommaire :

  • La modernisation des Main Battle Tanks, faire du neuf avec du vieux (Jacques ARMAND)
  • Des Panzer et des hommes, Karl Heinz TURK (Laurent TIRONE)
  • 1943, Panzer vs Tanks soviétiques, choc des générations à Koursk (Laurent TIRONE)
  • A22 Infantry Tank Mk. IV Churchill Mk. IV NA 75, la polyvalence en point de mire (Jacques ARMAND)
  • Comment la Panzerwaffe a perdu la guerre, l’illusion de la supériorité technologique (Laurent TIRONE)
  • Autocannone da 75/27 C.K. Itala X, le précurseur (Emile PONTIER)
  • Le Krupp Protze, un atypique tracteur d’artillerie (Nicolas ANDERBEGANI)
  • AMX 30 B2 Brennus, le char réactif (M. P. ROBINSON & Thierry GUILLEMAIN)
  • Actualité de la BD, « Cette machine tue les fascistes »
  • Débat d’actualité, les 10 meilleurs Main Battle Tanks du monde (Thomas SEIGNON, Daniel DUPUY)

Profils couleurs :

  • Panzer VI Ausf. B « 100 », schwere SS-Panzer-Abteilung 503, Allemagne, Berlin, avril 1945
  • Panzer V Ausf. D « R01 », Panzer-Brigade 10, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzer V Ausf. D « 121 », Panzer-Abteilung 51, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzer III Ausf. M « 862 », 6. Panzer-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzer IV Ausf. H « 749 », 1. SS-Panzer-Grenadier-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • T-34/76 modèle 1942/1943 « 14 », 22ème Brigade de chars soviétique, URSS, Koursk, juillet 1943
  • T-34/76 modèle 1942/1943 , URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzer VI Ausf. E « S13 », 2. SS-Panzer-Grenadier-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzer VI Ausf. E « 322 », schwere Panzer-Abteilung 505, URSS, Koursk, juillet 1943
  • KV-1S « 24 », 53ème Brigade de chars lourds soviétique, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzerjäger Marder III (7,5 Pak 40/3) « 13 », 9. Panzer-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • SU-76M, 29ème Corps de chars soviétique, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzerjäger VI(P) Ferdinand « 322 », schwere Panzerjäger-Abteilung 653, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzerjäger VI(P) Ferdinand « II03 », schwere Panzerjäger-Abteilung 654, URSS, Koursk, juillet 1943
  • SU-152, 1529ème Régiment de canons automoteurs lourds soviétique, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Sturmgeschütz III Ausf. G « Seydlitz », 2. SS-Panzer-Grenadier-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Sturmpanzer IV « 13 », Sturmpanzer-Abteilung 216, Panzerjäger-Regiment 656, URSS, Koursk, juillet 1943
  • SU-122, 29ème Corps de chars soviétique, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Geschützwagen II Wespe, 1. SS-Panzer-Grenadier-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Geschützwagen III/IV Hummel, 9. Panzer-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • Panzerflamm III « 851 », 6. Panzer-Division, URSS, Koursk, juillet 1943
  • A22 Infantry Tank Mk. IV Churchill Mk. III « 205 », 36ème Régiment de chars de la Garde soviétique, URSS, Belgorod, été 1943
  • Medium Tank M3A4 Lee « 47 », URSS, Koursk, juillet 1943
  • A22 Infantry Tank Mk. IV Churchill Mk. IV NA 75 « Audacious », 25th Tank Brigade, Italie, Ligne Gothique, automne 1944
  • Autocannone da 75/27 C.K. Itala X, Italie, 1916
  • Krupp Protze Kfz 81 + 2cm Flak 38, IV./Regiment General Göring, Pologne, Varsovie, septembre 1939
  • Krupp Protze Kfz 70 « WH-391 069 », 14. Panzer-Division, Allemagne, 1940
  • Krupp Protze Gepanzerte Radfahrzeug, Verstärker Polizei-Panzer-Kraftwagen-Zug Berlin, Allemagne, Berlin, avril 1945
  • AMX 30 B2 Brennus, 1er-2ème Régiment de Chasseurs, France

Plans : 

  • A22 Infantry Tank Mk. IV Churchill Mk. IV NA 75
  • Autocannone da 75/27 C.K. Itala X
  • Panzerjäger Krupp Protze 3,7cm Pak 36
  • Krupp Protze Kfz 70
  • AMX 30 B2 Brennus

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 25 avril 2016 à 4 h 41 min
  2. 29 avril 2016 à 20 h 18 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :