Publicités
Accueil > Magazines, Recension, Revues, Sommaire > Ligne de Front hors-série n°27 (Caraktère, 2016)

Ligne de Front hors-série n°27 (Caraktère, 2016)

Ligne de Front HS 027

L’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale (Wehrmacht) est un sujet en apparence connu, mais finalement pas tant que cela. C’est tout le mérite de ce numéro hors-série de revenir sur cette armée « pas comme les autres » compte tenu du régime auquel elle est de fait inféodée.

Il faut dire que l’image laissée après-guerre par ses chefs qui cherchaient à se dédouaner de leur allégeance au III. Reich nazi et à construire l’image d’une Wehrmacht propre au regard de l’Histoire a été très longtemps tronquée. Avec d’ailleurs une certaine indulgence des Alliés occidentaux désormais focalisés sur leur affrontement avec le bloc de l’Est et souhaitant du coup rebâtir une armée allemande à l’Ouest en s’appuyant sur de nombreux cadres expérimentés.

L’étude de Vincent BERNARD met bien en avant la porosité qui existe entre les cadres de la Wehrmacht et le pouvoir politique. Paradoxalement, malgré les signes de bonne volonté envers HITLER, celui-ci n’a de cesse de diviser et de morceler le pouvoir de conduire la guerre. A tel point qu’il est permis de se demander si le complot du 20 juillet est réellement une volonté de bâtir les conditions d’une paix des braves ou au contraire de restaurer l’autorité de la Wehrmacht en tuant celui qui cherche par tous les moyens à la mettre au pas.

Paradoxalement, l’échec de l’attentant raté accélère la politisation déjà en cours de l’armée en purgeant les cadres les plus conservateurs et en faisant pression sur les autres par la peur de vindicte hitlérienne. L’histoire de la Wehrmacht, c’est finalement l’histoire de l’intelligence humaine mise au service du « côté obscur ». La folie meurtrière des uns s’appuie sur la couardise des autres dans un cycle particulièrement perverse dont la majorité ne sait sortir. Comme le reste de la population allemande, la Wehrmacht est composée d’hommes pourtant ordinaires, et sur le fond pas plus mauvais que les autres, mais entraînés dans une descente aux enfers sans être capables de trouver les ressources nécessaires pour s’en extraire. Et quand la vérité se fait jour, l’étau est trop serré, la compromission est telle que faire demi-tour parait impossible, d’où une fuite en avant que seul arrête l’effondrement du III. Reich sous les coups de boutoir alliés à l’Est et à l’Ouest. Les mécanismes de cette histoire sont à connaître et à comprendre car le danger est toujours là. Au niveau d’un pays, d’une communauté, d’une entreprise et même d’une famille, les dégâts que provoque la perversion d’un individu sont incommensurables quand le reste de la collectivité se donne à lui dans certaines circonstances. La complicité et la duplicité de la Wehrmacht sont un cas d’étude de psychologie collective qui devrait être enseigné dans toutes les écoles supérieures pour sensibiliser les cadres de demain (politiques, économiques, militaires) à leur rôle et leurs responsabilités dans la collectivité qu’ils vont être amenés à conduire.

D’un point de vue plus militaire, cette étude met aussi très bien valeur les conséquence de la guerre et les ressors de l’organisation pour surmonter les épreuves que les combats vont lui faire endurer. La gestion des réserves, le recyclage des ressources de l’armée de l’air et de la marine au profit des forces terrestres, l’utilisation extensive des contingents étrangers sont également abordés.

Sur la forme, l’ensemble est très agréable à lire. Un seul petit regret, pourquoi avoir limité les profils couleurs aux seuls Panzer ? Quelques planches de soldats des différentes armes auraient été plus appropriées pour ce numéro finalement très lié à l’être humain en guerre plutôt qu’aux matériels de guerre…

Sommaire :

  • La Wehrmacht, une armée comme les autres ? (Vincent BERNARD)
  • De la Reichswehr à la Wehrmacht (Vincent BERNARD)
  • Hitler et la Wehrmacht (Vincent BERNARD)
  • Le nazisme et la Wehrmacht (Vincent BERNARD)
  • Aspects particuliers de la Wehrmacht en guerre (Vincent BERNARD)
  • Au seuil d’une révolution ? (Vincent BERNARD)

Profils couleurs :

  • Grosstraktor, 1. Panzer-Division, Allemagne, Erfurt, octobre 1935
  • Panzer I Ausf. A, 3. Panzer-Division, Allemagne, Berlin, mars 1936
  • Panzer II Ausf. A « 12 », 5. Panzer-Division, Pologne, septembre 1939
  • Panzer Neubaufahrzeug « 031 », Panzer-Schießschule, Allemagne, Putloss, 1937
  • Panzer III Ausf. B « 324 36 », Allemagne, 1938
  • Panzer 35(t) « 244 », 1. leichte-Division, Pologne, septembre 1939
  • Panzer 38(t) Ausf. A « 334 », 3. leichte-Division, Pologne, septembre 1939
  • Panzer IV Ausf. C « 623 », 5. Panzer-Division, France, mai 1940

 

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 24 février 2017 à 5 h 47 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :