Normandie 1944 Magazine n°18 (Heimdal, 2016)

Normandie 1944 018

En se basant sur le témoignage d’un vétéran de la 716. Infanterie-Division en position sur ce qui allait devenir le fameux « Pegasus Bridge », un premier article nous fait découvrir vu du côté allemand ce raid britannique éclair dans la nuit quelques heures avant le débarquement sur les plages normandes. Il en ressort une forte impression de confusion, une certaine différence de perception entre les récits des deux camps compte tenu de l’obscurité, de la soudaineté de l’attaque et de l’intensité de des quelques minutes où tout se joue. Egalement intéressant, la vision du vétéran sur les mois d’occupation et de veille qui précèdent le Jour-J ainsi que sur sa captivité.

Heimdal 2012 ROBINARD Francois 50 aerodromes pour une victoire
Deux articles abordent la dimension aérienne de la bataille de Normandie. Le premier décrit l’activité des forces aériennes américaines sur le terrain de Carentan (codé « A-10 »), ce qui permet de mesurer l’ampleur de l’effort allié pour doter rapidement la tête de pont d’installation aérienne permettant aux appareils un temps de présence au-dessus du champ de bataille plus longHeimdal 1999 FRAPPE Jean Bernard Luftwaffe face Debarquelement allie et d’éviter ainsi le handicap qu’ont connu les Allemands en 1940 lors de la bataille d’Angleterre au cours de laquelle le temps de vol au-dessus de la Grande-Bretagne était réduit compte tenu des distances à parcourir. L’intérêt de cet article est de présenter le fonctionnement de la base et pas uniquement sa construction. Par contre, les opérations aériennes effectuées à partir de « A-10 » ne sont pas couvertes. Le second article concerne lui la Luftwaffe avec la poursuite de la réédition du livre de Jean-Bernard FRAPPE sur la Luftwaffe en Normandie.

Alors que les numéros hors-série 10 et 11 de Normandie 1944 Magazine décrivent en détail le déroulement de la bataille de Villers-Bocage, ce numéro propose de revenir sur l’action de la 7th Armoured Division dans les jours qui précèdent l’opération Perch et notamment les combats contre la 130. Panzer-Lehr-Division autour de Tilly-sur-Seulles. L’attaque est bloquée le 9 juin. Devant les lignes britanniques, le front se fige. Seul reste encore un trou dans les lignes allemandes au centre du front à la frontière entre le secteur américain et celui britannique. Ce sera donc la dernière manœuvre alliée avant d’entamer une succession d’offensives en force tout au long de l’été 1944 jusqu’à la rupture du front allemand avec l’opération Cobra.

Heimdal 2004 BAUDUIN Philippe Or noir Normandie 1944Si les moyens déployés pour assurer la couverture aérienne de la tête de pont par les Alliés sont impressionnants et sans commune mesure avec les capacités de leurs adversaires, ceux concernant la logistique et plus particulièrement « l’or noir » le sont tout autant. Assurer le bon ravitaillement des unités alliées en essence étant indispensable surtout compte tenu de la forte motorisation des unités américaines et britanniques contrairement aux Allemands qui recourent encore essentiellement à la traction hippomobile. L’article fait écho au livre paru également chez Heimdal il y a quelques années à propos de « l’or noir » allié en Normandie. Les photos des installations sont toujours aussi impressionnantes et le lecteur peut imaginer les dégâts qu’auraient pu occasionner les avions allemands s’ils avaient pu dominer le ciel. Là aussi, une telle logistique n’aurait pas été possible sans la domination alliée totale dans les airs.

Histoire et Collections 2012 LODIEU Didier bataillon Panther 116 Panzer-DivisionEnfin, l’article sur le bataillon de Panzer V « Panther » de la 24. Panzer-Division attaché à la 116. Panzer-Division pour la bataille de Normandie est particulièrement intéressant pour comprendre les conditions d’acheminement des renforts allemands vers le front. En effet, le texte se concentre sur l’histoire du bataillon avant 1944 et son transfert de la Somme à la Normandie. Ici encore, l’effet de la domination aérienne est réel, bien qu’indirect. Le théâtre des opérations est coupé par la destruction des ponts sur la Seine et la Loire, le trafic ferroviaire très perturbé. Il reste donc la route, le passage de la Seine par des bacs. Il n’est pas impossible aux Allemands d’acheminer des renforts, mais cela prend plus de temps de prévu, les hommes se fatiguent avant d’entrer au contact de l’ennemi, les matériels s’usent prématurément et certaines pannes laissent des chars au bord de la route. En complément de cet article, il faut lire le livre de Didier LODIEU sur l’histoire de ce bataillon en Normandie.

=> Acheter des numéros de 39/45 Magazine et de Normandie 1944 Magazine

=> Acheter Quand l’or noir coulait à flots

=> Acheter 50 aérodromes pour une victoire

=> Acheter La Luftwaffe face au Débarquement allié

=> Acheter L’odyssée du bataillon de Panther de la 116. Panzer-Division

Sommaire :

Paul CHERRIER, L’Obergrenadier Helmut Römer, tout premier soldat allemand confronté à l’Invasion du D-Day, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de huit pages contenant le témoignage d’un soldat de la 716. Infanterie-Division en poste sur Pegasus Bridge au moment de l’attaque par les hommes de John HOWARD de la 6th Airborne Division – Photos, plan.

François ROBINARD, Le 50th Fighter Group sur A-10 (Carentan) à Saint-Pellerin – Les Veys – Catz, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de douze pages sur l’engagement du 50th US Fighter Group avec les 10th US Fighter Squadron, 81st US Fighter Squadron et 313th US Fighter Squadron sur Republic P 47 Thunderbolt en Normandie opérant notamment à partir du terrain d’aviation avancé A-10 (Catz) – Photos, profils couleurs.

Stéphane JACQUET, Avant Villers-Bocage, les premiers jours des Rats du Désert (6-12 juin 1944), in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de vingt-quatre pages sur les premiers engagements de la 7th Armoured Division en Normandie où elle se heurte à la 130. Panzer-Lehr-Division dès le début de l’opération Perch en direction de Tilly-sur-Seulles – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Jean-Charles STASI, L’or noir, l’autre arme décisive de la victoire alliée, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de douze pages sur l’approvisionnement en pétrole allié en Normandie – Photos, cartes.

Frédéric DEPRUN, I./Panzer-Regiment 24 (1ère partie), Formation avril 1943 – juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de vingt-huit pages sur la constitution de la I./Panzer-Regiment 24 issue de la 24. Panzer-Division détruite à Stalingrad qui déplore ses premières pertes lors du bombardement de Mailly-le-Camp et qui est affectée à la 116. Panzer-Division comme bataillon de Panzer V Panther avant sont transfert en Normandie, parcours détaillé de la montée au front et du franchissement de la Seine, analyse des rumeurs sur le rôle qu’aurait pu faire jouer son commandant, Gerhard von SCHWERIN, en cas de réussite de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Adolf HITLER – Photos, cartes, organigrammes, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Jean-Bernard FRAPPE, Nahaufklärungsgruppe 13, 2. et 5./Fernaufklärungsgruppe 123, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de dix pages sur l’engagement des Nahaufklärungsgruppe 13 et Fernaufklärungsgruppe 123 en Normandie – Photos, profils couleurs.

Profils couleurs :

  • Republic P-47 « 226063 », 81st US Fighter Squadron, France, A-6 Beuzeville-la-Bastille, juin 1944
  • Republic P-47 « 227305 », 50th US Fighter Group, William GREENFIELD, France, A-10 Carentan, été 1944
  • Messerschmitt Bf 109 G-8 « 4 », Fernaufklärungsgruppe 123, France, 1944

Boutique :

Heimdal logo A paraître ! 39/45 Magazine Hors Série Normandie 1944, les prochaines parutions 3945magazine

Heimdal 2011 BERNAGE Georges Normandie Album memorial


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

2 réflexions sur « Normandie 1944 Magazine n°18 (Heimdal, 2016) »

  1. […] Comme toute autobiographie, les témoignages seuls ne suffisent pas. Il est nécessaire parfois de s’en méfier, la tentation de minorer ou du magnifier tel ou tel aspect étant un défaut bien humain. Se plonger dans les archives, arpenter le terrain, croiser les écrits avec les photos ou les films d’époque sont donc indispensables. Cet art, Frédéric DEPRUN le possède assurément (voir Fontenay-Rauray, autopsie d’une bataille publié à partir de 39/45 Magazine hors-série Normandie 1944 n°15 et 16) et alimente les lecteurs d’écrits de très grande qualité. Ici encore c’est le cas avec l’étude des combats à Mortrée, Sées et Argentan du I./Panzer-Regiment 24 rattaché à la 116. Panzer-Division face à la 2ème Division Blindée et la 5th US Armored Division afin de retarder l’encerclement par la Sud qui se dessine et qui devient la poche de Falaise / Trun / Chambois. Un chef d’oeuvre de détails qui complète et approfondit le livre de l’auteur sur cette Abteilung paru en 2011 chez Ysec. La première partie est parue dans Normandie 1944 Magazine n°18. […]

  2. […] Le gros dossier concerne la 116. Panzer-Division et le rôle qu’elle aurait pu jouer dans les suites de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Adolf HITLER. On y croise plusieurs officiers généraux impliqués dans le complot. Il est vrai que les états-majors à l’Ouest comprennent alors un certain nombre de membres actifs ou sympathisants de la résistance allemande. Les sources fiables manquent cependant pour retracer l’activité des comploteurs, mais l’auteur Frédéric DEPRUN réussit un vrai travail de recoupement et d’analyse pour fournir un remarquable travail. Là aussi, l’iconographie vaut plus que le détour avec de très nombreux clichés inédits ou très rares. Sans compter quelques dessins caricaturaux d’époque particulièrement bien réussis. De là à dire comme dans l’éditorial que les généraux allemands ont grandement facilité le Débarquement allié, il y a un fossé que l’auteur de l’article ne franchit d’ailleurs pas (voir aussi 39/45 Magazine n°355). Un bon complément à l’article publié dans Normandie 1944 Magazine n°18. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.