Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > La déroute française de 1940, la faute aux Belges ? (Economica, 2015)

La déroute française de 1940, la faute aux Belges ? (Economica, 2015)

Economica 2015 DELHEZ Jean Claude Mysteres de guerre 8 deroute 1940 Belges

Un bijou ! Ce petit livre de Jean-Claude DELHEZ paru chez Economica dans la collection « Mystères de guerre » se dévore et éclaire de façon lumineuse les dispositions prises tant par les Belges que par les Français en 1940.

Pour comprendre l’Histoire, il ne faut pas juger avec les yeux du moment, mais se replacer dans le contexte de l’époque.

Tout d’abord, petit rappel… La traversée des Ardennes par les Allemands n’a pas été si facile que cela et à plusieurs reprises il ne s’en est pas fallu de beaucoup pour qu’elle tourne au cauchemar. Quelques abattis et quelques combats retardateurs des Chasseurs ardennais ont provoqué facilement du chaos chez l’envahisseur. Que se serait-il passé si les Belges avait choisi de défendre plus vigoureusement cette région ? Pourquoi les Panzer ont pu se retrouver en trois jours face à la Meuse ? L’exemple de décembre 1944 prouve que la région même faiblement défendue ralentit, voire bloque, toute velléité offensive…

Les plans belges et français d’alors ne tiennent ni du hasard, ni de la bêtise. Mais ils sont la conséquence des postures politiques de leurs pays respectifs.

Cet ouvrage a l’immense mérite de rappeler que la Belgique a farouchement défendu son indépendance jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’agression allemande a poussé ensuite les Belges à s’allier avec la France au sortir du conflit et à coordonner leurs plans de défense avec leur puissant voisin du Sud. Il en découle notamment que la Ligne Maginot s’arrête au niveau de la frontière belge puisque la Belgique est alliée avec la France et a orienté ses plans de défense vers le même ennemi potentiel, à savoir l’Allemagne. Pour l’armée royale belge, il n’est alors pas question de se replier vers le centre du pays, mais bien de servir de glacis de protection des frontières du Nord de la France.

En 1936, victime de ses tiraillements entre Flamands et Wallons et poussée par la peur d’être entraînée contre sa volonté dans un conflit qui ne le concerne pas entre le III. Reich et la France, la Belgique tourne le dos à la France et revient à une posture neutre. Dès lors, son attitude est totalement différente et ses plans de défense modifiés en conséquence. Il n’est surtout pas question de provoquer le voisin allemand. Il n’est plus possible de garantir l’intégralité du territoire de la Belgique compte des moyens militaires alors disponibles. Cela provoque le choix de ne défendre qu’une partie du pays, notamment son cœur. Cela explique la décision de ne mener que des retards retardateurs aux frontières et dans les Ardennes.

La France est la grande perdante de la décision belge. Ses plans de défense sont obsolètes. La ligne Maginot ne couvre pas sa frontière avec son voisin désormais neutre et qui ne fait plus de la protection des frontières françaises son enjeu.

Sur un sujet aussi délicat, l’auteur fait preuve de beaucoup de tact et n’élude aucune des responsabilités de l’un ou de l’autre. Certes, l’armée française aurait été bien inspirée de mieux prendre en considération la nouvelle posture belge et ses conséquences en termes de plans de défense. Et de mieux examiner le risque que représentait le massif ardennais peu ou pas défendu…

Après le lecture de ce livre, les causes opérationnelles militaires de la défaite française de 1940 sont bien plus compréhensibles et pas forcément là où certains auteurs le pensent sans intégrer cette relation particulière qui unit la Belgique et la France. Très chaudement recommandé !

Sommaire :

  • Je t’aime, moi non plus…
  • Le discours stigmatisant de Paul Reynaud
  • Les braves du 10 mai 1940
  • La Belgique ne fait pas partie des Alliés
  • Le Luxembourg vaut bien un accord militaire
  • 1936 : l’année de tous les dangers
  • Une neutralité qui signifie l’abandon de la France
  • L’armée française réduite à la passivité
  • La faute à qui ?
  • Une orientation bibliographique

Boutique :

Economica logo

Economica 2015 DELHEZ Jean Claude Mysteres de guerre 8 deroute 1940 Belges

 


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :