Publicités
Accueil > Magazines, Recension, Revues, Sommaire > GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)

GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)

GBM 115

Tous les trimestres, GBM, le magazine 100% armée française de 1914 à 1940, propose un ensemble d’études parfaitement présentées, détaillées et originales. Ce numéro en est la parfaite illustration.

Le magazine s’ouvre sur le canon 75 TR Saint-Chamond qui est l’occasion de survoler la « controverse » à propos du général BACQUET et de ses déclarations fin 1914 sur le fait que l’armée française d’alors n’a pas besoin de canons compte tenu du manque de munitions.

L’analyse de l’infanterie française de la Première Guerre mondiale (voir les numéros précédents) se poursuit avec cette fois-ci l’analyse de l’évolution de la compagnie en 1916 avec l’introduction du fusil-mitrailleur et du tromblon lance-grenades qui compensent la réduction des effectifs de l’unité élémentaire. Il faut apprécier l’organigramme visuel type reconstitué pour l’occasion et le zoom effectué sur les voitures dont sont dotées à cette époque les compagnies d’infanterie (voitures à vivres et à bagages, voitures à munitions et cuisines roulantes).

Le principal dossier est consacré à l’engagement au combat du 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) et de ses chars Hotchkiss H35 notamment autour d’Arras au moment de la contre-attaque britannique avant de se replier sur Dunkerque d’où seuls quelques rescapés sont évacués avant de retourner en France, mais trop tard pour reprendre le combat avant l’armistice. Au-delà de l’héroïsme de certaines scènes décrites, cet article est l’occasion de découvrir la composante française de la contre-attaque d’Arras qui ne fut pas seulement l’oeuvre du corps expéditionnaire britannique (BEF). Par ailleurs, l’article est accompagné d’un très bel ordre de bataille du bataillon dans lequel sont reproduits les chars affectés avec un maximum d’information (immatriculation, chef de char, mécanicien et destinée). Un beau travail de recherche historique.

L’un des mérites de GBM est d’avoir tordu le coup à la légende de la non motorisation française et du sous-équipement de ses unités. La suite de l’étude sur les dépanneurs lourds de chars en montre encore une fois l’exemple en s’attardant plus particulièrement sur le projet du Latil M4TX. Vraiment, il est encore nécessaire de travailler pour restaurer l’image de la mécanisation française dont les engins n’ont rien à envier à leurs adversaires germaniques.

Autre sujet passionnant, les mesures prises pour défendre les terrains d’aviation français en 1940 et en l’occurrence le recyclage de nombre chars Renault FT issus du conflit précédent. Là aussi, ce recyclage de matériels anciens voire vétustes et impropres au combat en première ligne, préfigure ce que fera la Wehrmacht quelques temps plus tard, notamment avec les engins pris en France.

Enfin, le dernier article entraîne le lecteur dans les combats du 6ème GRDI pour défendre la Ligne Weygand sur la Somme face à la seconde partie de l’offensive allemande (Fall Rot) une fois la poche de Dunkerque liquidée.

En conclusion, un numéro parfait, apportant une somme d’éléments inédits. Du très beau travail d’historien… La polémique viendra des éditoriaux de François VAUVILLIER qui sont depuis quelques temps très engagés (ça change cependant des éditos « plats » et sans saveur) et qui du coup ne manquent pas de faire réagir. Dans la tradition issue de l’Antiquité et des Lumières qui est celle de la France, le débat est au cœur de la démocratie et ne doit donc pas être étouffé. Puissent certains lecteurs apporter un contre-point construit et illustré plutôt que fait d’invectives. Si les idées ne se partagent pas forcément, elles se lisent, s’écoutent, s’analysent. Force est de reconnaître les qualités du rédacteur-en-chef, du projet éditorial de la revue qu’il porte, de son style (c’est malheureusement trop rare pour le noter) et des ponts qu’il établit entre l’avant 1914, entre 1914 et 1940, l’après 1940 et maintenant. Et surtout de son courage pour professer aujourd’hui certaines opinions médiatiquement incorrectes. Quelles que soient les opinions, il faut apprécier ceux qui en ont et qui les offrent ainsi en débat.

Sommaire :

  • Le manifeste français, vos réactions, vos questions, vos apports à GBM
  • Guy FRANCOIS, 1902/1916, le 75 TR Saint-Chamond du Mexique à la Somme, in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)
  • Jean-Claude LATOUR, La compagnie d’infanterie, 1916, la mutation, in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)
  • Stéphane BONNAUD & Régis POTIE, Le 13e BCC au combat, mai 1940, in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)
  • François VAUVILLIER, Dépanneurs lourds (2ème partie), le prometteur Latil M4TX, in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)
  • Matthieu COMAS, La défense des terrains d’aviation (3ème partie), les chars FT de l’Air, in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)
  • Erik BARBANSON, Au combat avec la 3e DLC en juin 1940, les AMD du 6e GRDI, l’escadron Kaminski (2ème partie), in GBM n°115 (Histoire & Collections, 2016)

Cartes :

  • 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) à Arras 1940 (Duisans et Simencourt), 21 mai 1940
  • La 3ème Division Légère de Cavalerie (DLC) sur la Somme 1940

Profils couleurs :

  • Canon de 75 TR Saint-Chamond, côté droit (Laurent LECOCQ)
  • Canon de 75 TR Saint-Chamond, en batterie (Laurent LECOCQ)
  • Voiture à vivres et à bagages modèle 1909
  • Voiture à munitions modèle 1909
  • Cuisine roulante Maguin modèle 1916
  • Char Hotchkiss H35 « 40344 », 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Char Hotchkiss H35 « 40370 », 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Char Hotchkiss H35 « 40338 », 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Char Hotchkiss H35 « 40375 », 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Tracteur de ravitaillement pour chars modèle 1937 L « M60172 » avec remorque citerne, 13ème Bataillon de Chars de Combat (BCC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Tracteur de dépannage pour chars Latil M4TX, France 1940 (Laurent LECOCQ)
  • Tracteur de dépannage pour chars Laffly S45T, France 1940 (Laurent LECOCQ)
  • Tracteur de dépannage pour chars Latil M4TX, uchronie France 1940 (Laurent LECOCQ)
  • Char B1 ter, uchronie France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Char Renault FT « 66553 », 107ème Bataillon d’Instruction de Chars (BIC), Reims 1940 (Laurent LECOCQ)
  • Char Renault FT « 66028 », Armée de l’Air française, France 1940 (Laurent LECOCQ)
  • AMD 35 Panhard « 99836 », ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (GRDI), 3ème Division Légère de Cavalerie (DLC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • AMD 35 Panhard « 99860 », ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (GRDI), 3ème Division Légère de Cavalerie (DLC), France 1940 (Eric SCHWARTZ)

Boutique :

 


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :