Aérojournal n°40 (Caraktère, 2014)

revue_aerojournal_040Les six articles de ce numéro sont tous de véritables pépites.

Le dossier principal se penche sur l’insurrection en Irak en 1941 et les opérations aériennes qui y furent associées. Si la tentative manquée du coup d’état pro-allemand est relativement connue, le détail des combats et des moyens utilisés par les différentes parties le sont beaucoup moins. Après s’être régalé de la trentaine de pages, il ne sera plus possible de penser qu’il ne s’agissait que d’un détail rapidement expédié par les Britanniques.

Autre article très opérationnel, celui consacré aux opérations aériennes au-dessus du maquis du Vercors est lui aussi très intéressant et propose une vision originale de cet épisode tragique de la Résistance française. Contrairement à la légende, les forces aériennes alliées sont largement intervenues. L’auteur lance une comparaison étonnante, mais finalement vraie, entre le Vercors et la cuvette de Dien Bien Phu, qui sont toutes deux des positions indéfendables quand elles sont assiégées.

Ce numéro assure également la transition entre deux séries. Celle qui passait en revue toutes les escadres de chasse de la Luftwaffe se termine tandis que débute celle sur les opérations spéciales aériennes menées durant la Seconde Guerre mondiale. Le premier volet s’intéresse aux missions « Carpetbaggers » de l’aviation alliée au-dessus des territoires occupés par le III. Reich pour soutenir les réseaux de résistance afin de s’assurer un terrain politique favorable après la guerre.

Côté biographie, ce numéro propose un article sur le très controversé chef d’état-major de l’Armée de l’Air entre les deux guerres, Joseph VUILLEMIN.

Enfin, un article relativement court se penche sur le Bloch 155 avec à l’appui des plans au 1/48ème.

L’iconographie est particulièrement bien réussie, les cartes très claires et les profils couleurs de toute beauté. Le fond et la forme sont à nouveau d’excellente facture.

Sommaire :

Guy JULIEN, Ceux qui croyaient au ciel, la bataille du Vercors, in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Christian-Jacques EHRENGARDT, Le Bloch 155, in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Christian-Jacques EHRENGARDT, Série « Opérations spéciales » (1ère partie), les « Carpetbaggers », in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Christian-Jacques EHRENGARDT, Insurrection en Irak, la campagne du ministère des affaires étrangères, avril-juin 1941, in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Christian-Jacques EHRENGARDT, Les escadres de chasse de la Luftwaffe, Jagdgeschwader 400, in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Christian-Jacques EHRENGARDT, Les escadres de chasse de la Luftwaffe, Kampfgeschwader (J), in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

François de LANNOY, Joseph VUILLEMIN, une grande figure de l’Armée de l’Air française, in Aérojournal40 (Caraktère, 2014)

Boutique :

Caraktere 

 

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

39/45 Magazine n°321 (Editions Heimdal, avril 2014)

revue_3945magazine_321**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Ce numéro de 39/45 Magazine revient sur un épisode connu du Front de l’Est, le sauvetage du sud du Front de l’Est après Stalingrad grâce au contre conçu par MANSTEIN autour de Kharkov en février / mars 1943. La première partie de cette étude revient sur la situation des deux belligérants après l’encerclement de la VI. Armee et les options qui s’ouvrent aux deux camps. C’est donc l’occasion de revenir sur la retraite menée avec brio des forces allemandes et sur les ambitions démesurées soviétiques qui surestiment leur potentiel et surtout l’effondrement de la Wehrmacht.

Sont également offerts aux lecteurs deux portraits de combattants français qui continuent la lutte après la défaite du printemps 1940. L’un se retrouve sur le « Georges Leygues » et participe ainsi aux débarquements de Normandie et de Provence. L’autre portrait s’attarde sur l’un des héros de l’escadrille Normandie-Niemen qui combat aux côtés des forces aériennes soviétiques (VVS).

Original, la seconde partie du dossier sur l’OSS en Birmanie apporte fait découvrir un théâtre d’opération peu connu de la Seconde Guerre mondiale et l’intérêt de ces opérations un peu particulières dans cette région particulière.

La rubrique archéologique quitte encore une fois la terre pour sonder les fonds sous-marins et s’attarder sur un sous-marin italien coulé dans l’estuaire de la Gironde par un submersible britannique en décembre 1940.

Quelques très beaux profils couleurs accompagnent l’iconographie. Les cartes sont par contre de pauvre qualité. De nombreuses reproductions couleurs d’objets d’époque accompagnent également les photos.

=> Sommaire détaillé

=> 39/45 Magazine n°321, Editions Heimdal, mars 2014, 6,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 66pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Interview de Benoît RONDEAU à l’occasion de la parution de son livre Invasion ! Le débarquement vécu par les Allemands (Tallandier, 2013)

Soixante-dix ans après le Débarquement, vous publiez un nouvel ouvrage sur le sujet en optant pour le point de vue « allemand ». Quelles sont les principales avancées historiques qui éclairent d’un jour nouveau cet épisode célèbre ?

Lire la suite « Interview de Benoît RONDEAU à l’occasion de la parution de son livre Invasion ! Le débarquement vécu par les Allemands (Tallandier, 2013) »

Batailles & Blindés hors-série n°24 (Editions Caraktère, mars / avril 2014)

revue_bataillesetblindes_hs_024**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Les Editions Caraktère poursuivent leur diversification progressive sur les conflits contemporains pour dépasser le seul champ de la Seconde Guerre mondiale avec ce superbe numéro hors-série de Batailles & Blindées tout entier consacré à la Cavalerie mécanisée française en ce début de XIXème siècle.

Après une interview du « Père de l’Arme », ce numéro passe en revue les différentes unités qui composent la « Cavalerie » avec à chaque fois un rapide historique puis expose à l’aide de témoignages des exemples d’engagements récents. Le Mali, la Côte d’Ivoire, l’Afghanistan sont des théâtres d’opérations bien entendu très présents, mais le Kosovo et quelques exercices non plus.

La dernière partie s’attarde sur les principaux matériels utilisés à savoir le VBM, le char Leclerc, l’AMX-10 et l’EBRC avec de magnifiques profils couleurs en « 3D ».

Les photos sont de très bonne qualité et les textes se dévorent d’une seule traite.

Particularité des articles, ils ont été rédigés en nom propre ou de façon collective par des acteurs de la Cavalerie, ce qui en fait un témoignage précieux. Il permet de rappeler à tous ceux qui dorment sur leurs deux oreilles bien installés dans leur confort et qui profitent de la vie que des soldats s’entraînent, se battent, sont parfois meurtris dans leurs chairs et laissent leur vie pour défendre la Nation. Ici, nous avons, enfin, un témoignage exceptionnel de la gratitude que nous devons à ces hommes dignes héritiers de leurs ancêtres et qui honorent fièrement les traditions dont ils sont dépositaires.

=> Sommaire détaillé

=> Batailles & Blindés hors-série n°24, Editions Caraktère, mars / avril 2014, 14,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 148 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs

Ligne de Front hors-série n°21 (Caraktère, 2014)

Les derniers conflits liés aux conflits asymétriques et à la guerre globale contre le terrorisme ont remis à l’honneur les « snipers » dont l’efficacité est indispensable aux armées contemporaines dans les types d’engagements dans lesquels elles sont impliquées.

Ce numéro hors-série est une véritable bible et un brillant historique du sniping de la Guerre d’Indépendance américaine aux conflits du début du XXIème siècle. Lire la suite « Ligne de Front hors-série n°21 (Caraktère, 2014) »

Air Fan n°424 (Editions EDIMAT, mars 2014)

revue_airfan_424**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

La mention spéciale de ce numéro est réservée à la seconde partie de l’étude sur les vols de renseignement électronique menés par l’Armée de l’Air au temps de la Guerre froide au-dessus du territoire allemand et en utilisant les couloirs aériens relient Berlin Ouest à la RFA. C’est une plongée passionnante dans la lutte cachée mais permanente à laquelle se sont livrées les forces de l’OTAN et du Pacte de Varsovie.

Autre article particulièrement intéressant, celui concernant le choix du Brésil de s’équiper du SAAB « Gripen » aux dépends du « Super Hornet » ou du « Rafale ». Loin d’être un caprice, cette sélection démontre une stratégie mûrement réfléchie et un compromis intelligent.

Ce numéro fournit également la première partie d’une étude sur la « Permanence Opérationnelle » de l’Armée de l’Air avec une plongée dans la chaîne de renseignement, de commandement et de décision. Intéressant à comprendre.

Air Fan continue sa revue des voilures tournantes engagées dans les opérations contemporaines en Afghanistan avec cette fois-ci les « Super Puma » espagnoles d’évacuation médicale.

=> Sommaire détaillé

=> Air Fan n°424, Editions EDIMAT, mars 2014, 5,80 € (prix à parution, France métropolitaine), 52 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

2e Guerre Mondiale n°53 (Editions Astrolabe, mars / avril 2014)

revue_2gm_053**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

La couverture de ce numéro peut alimenter tous les fantasmes de certains et toute la haine des autres. Le principal dossier du numéro est consacré l’ésotérisme et à l’occultisme nazi. La première question qui peut se poser est : quoi de neuf ? En fait, sur le fond pas grand-chose. Les articles reviennent sur la société de Thulé, Heinrich HIMMLER, le château du Wewelsburg et les codes de la SS. Mais au-delà de cette synthèse bien faite, l’intérêt de ce dossier réside surtout sur le mythe et sa déclinaison dans les milieux néonazis ou d’extrême-droite ainsi que l’exploitation que le cinéma en a faite avec notamment Indiana Jones. En bref, passionnant et questionnant sur les propres interprétations qui peuvent être faites de l’Histoire.

Justement, les deux articles de la rubrique « comprendre l’Histoire » analysent d’un côté la pratique de la reconstitution (certains diront de l’histoire vivante) et ses questions morales, et de l’autre côté l’image des soldats de la Seconde Guerre mondiale dans l’esprit du grand public où les clichés jouent un rôle prépondérants, souvent entretenus par le cinéma et certains ouvrages loin d’être exemplaire d’un point de vue rigueur historique et scientifique.

Trois articles plus centrés sur les aspects militaires du conflit sont également présents et méritent tous une grande attention. Le premier est une très bonne synthèse des généraux limogés. Si les exemples allemands viennent le plus facilement à l’esprit, et sont les plus nombreux, des généraux américains et britanniques furent aussi l’objet de limogeage. L’article ne propose pas une succession de portraits, mais au contraire chercher à faire une synthèse des motivations (défaite, désobéissance, santés, difficultés relationnelles…) et des conséquences. Comme le rappelle son auteur, l’article est vraiment une construction originale qui n’est pas la transcription de tel ou tel ouvrage.

L’autre synthèse particulièrement bien réussie est celle qui analyse la réaction allemande face au Débarquement allié en 1944, non pas sous un angle purement militaire, mais sous celui des conséquences sur la répression qui s’instaure, notamment face à la multiplication des actes de résistance et de sabotage. Après quelques exemples, l’auteur essaye de comprendre l’origine de cette brutalité (idéologie nazie, expérience du Front de l’Est, lutte contre les partisans, priorité aux impératifs militaires).

Enfin, un article revient sur les combats dans la région d’Orel à l’automne 1941 lors de la course final vers Moscou. Les blindés allemands se font durement étrillés par les chars soviétiques à Mtsenk, bataille peu connue, mais qui est un épisode de plus qui va progressivement stopper, user et laminer les forces combattantes de la Wehrmacht à l’Est. Deux superbes profils couleurs de chars allemands aux couleurs pré-hivernales sur des pleines pages A4 accompagnent l’article.

=> Sommaire détaillé

=> 2e Guerre Mondiale n°53, Editions Astrolabe, mars / avril 2014, 6,95 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Militaria Magazine n°344 (Editions Histoire & Collections, mars 2014)

revue_militaria_344**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Au-delà des habituelles rubriques d’annonces, d’informations et malheureusement de publicités, ce numéro de Militaria Magazine comprend un article très original sur les combats du bataillon du Mont-Blanc issu des forces de la Résistance dans les Alpes fin 1944 / début 1945 contre notamment les chasseurs alpins allemands de la 5. Gebirgs-Division. Anecdotique quant à son impact sur les opérations en général, cet épisode n’en démontre pas moins la vaste étendue de détails qu’il reste à découvrir et à explorer sur la Seconde Guerre mondiale. Les reproductions d’uniformes d’époque sont très belles.

Ce numéro poursuit l’imposante revue des insignes de la « Yeomanry » qui en est ici à sa 22ème partie et se concentre sur le 104 (Essex Yeomanry) Regiment Royal Horse Artillery (Palestine, Afrique du Nord, Italie, Autriche – Birmanie et Inde pour la 414 Battery) et sur le 147 (Essex Yeomnary) Regiment Royal Horse Artillery (Grande-Bretagne, Normandie, Pays-Bas, Allemagne). Bien plus que les présentations des insignes, cette série d’articles est une vraie encyclopédie de toutes les unités qui puisent leurs traditions dans les anciennes milices britanniques formées à la fin du XVIIIème siècle.

La suite de l’étude sur les sabres et épées de la Polizei sous le III. Reich est l’opportunité de découvrir de belles pièces et surtout la complexité de l’organisation policière à cette époque. Dans le même genre, un article poursuit son exploration des outils du soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale avec ce sixième volet consacré aux cisailles et porte-pelles. Très spécialisé et construit comme une sorte d’inventaire, celui-ci se focalise surtout sur les caractéristiques visuelles des outils présentés. Comme pour les matériels plus lourds (canons, chars, etc.), l’armée allemande fait feu de tout bois également dans le domaine des petits équipements individuels en recyclant des stocks de la Première Guerre mondiale et de belligérants vaincus.

Particulièrement intéressant, un article présente sous toutes les coutures la tenue d’un fantassin soviétique en 1942 et commence une série d’articles sur l’officier belge en 1940.

La couverture pourrait laisser penser que le numéro contient un gros morceau consacré sur les hommes des U-Boot en Méditerranée. En fait, il n’y a que quatre pages consacrées au commandant de l’U-617, Albrecht BRANDI. Les photos et les pièces de collection sont néanmoins exceptionnelles. Dommage que l’article soit aussi réduit !

Plus contemporain, le second article consacré aux pilotes de l’US Navy au cours du Vitenam contient quelques belles reproductions d’uniformes. Les photos d’époque sont par contre un peu décevantes.

=> Sommaire détaillé

=> Militaria Magazine n°344, Editions Histoire & Collections, mars 2014, 7,50 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque

=> Rechercher un exemplaire à acheter sur eBay

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Ardennes 44 (Ixelles-Editions, Pierre STEPHANY, octobre 2013)

livre_ixelles_stephany_pierre_ardennes_44**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

L’offensive allemande des Ardennes en décembre 1944 a donné lieu à une abondante littérature. Cette opération a quelque chose d’épique. Alors que tout parait perdu, que le III. Reich s’effondre, que ses ennemis se pressent autour de ses frontières et de son espace aérien, le but n’est rien de moins que de retourner la situation à l’Ouest en empruntant peu ou prou les mêmes chemins qui avaient donné la victoire au printemps 1940. La guerre a cependant changé. Les hommes sont différents, les matériels ont beaucoup évolué et les concepts opérationnels n’ont plus rien à voir.

Le détail des combats et le déroulement des actions est assez bien connu, même s’il reste encore beaucoup à découvrir et à écrire.

Près de 70 ans après les faits, il pouvait paraître intéressant de revisiter les faits avec le recul que seul procure le temps.

Malheureusement, c’est ici un coup pour rien dans ce livre qui promettait pourtant de raconter différemment la bataille des Ardennes… Tous les habituels poncifs s’y trouvent mais truffés d’erreurs. On y découvre dès les premières pages que la 7. Armee aurait été une armée blindée…

Ceux qui ne connaissent rien à cette bataille auront l’impression d’avoir appris quelque chose, ou plutôt lu une succession de séquences comme dans un film plat.

A déconseiller à tous ceux qui sont déjà férus de cette période et qui ont eu l’occasion de lire un ouvrage généraliste sur le sujet.

=> Ardennes 44, Ixelles-Editions, octobre 2013, 22 € (prix à parution, France métropolitaine), 384 pages

=> Texte, photos N&B

 

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Expo 58 (Editions Gallimard, Jonathan COE, janvier 2014)

livre_gallimard_coe_jonathan_expo58**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

L’ambiance particulière de la Guerre froide fournit un cadre assez exceptionnel pour tout roman d’espionnage grâce à la dimension du « terrain de jeu », aux relations complexes teintées d’ambiguïté entre belligérants, à ses héros très loin des surhommes mais finalement souvent très ordinaires. Cependant, il faut posséder une bonne plume, bâtir un bon scénario et savoir jongler avec tous ces ingrédients. Et tous les auteurs ne sont pas capables de le faire.

Ici, c’est le cas de Jonathan COE qui a conçu un vrai moment de plaisir de lecture en offrant un ouvrage simple dans sa construction, très facile à lire mais tellement riche dans l’analyse de ses personnages, des relations qu’ils entretiennent et développent. Les références aux grands romans d’espionnage ne manquent pas. Pourtant, ce n’est pas une caricature ou une copie, mais plutôt l’aboutissement d’une œuvre littéraire qui utilise des ingrédients communs.

L’humour « so british », la cocasserie des situations apportent une formidable touche de gaieté. La description des lieux et des habitudes culturelles est pleine de subtilité, mais si pertinente car ne tombant pas dans l’excès. Car il n’y a jamais de trop dans ce livre particulièrement bien équilibré.

Les amateurs de romans d’espionnage « classiques », très éloignés du rythme effréné des « techno thrillers », des relations à fleuret moucheté Est / Ouest en plein Guerre froide peuvent se plonger dans leur univers de prédilection avec Expo 58.

=> Expo 58, Editions Gallimard, Jonathan COE, janvier 2014, 22 € (prix à parution, France métropolitaine), 336 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs

=> Rechercher un exemplaire à acheter sur Amazon

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !