39/45 Magazine n°320 (Editions Heimdal, mars 2013)

revue_3945magazine_320**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

L’intérêt de ce numéro repose tout d’abord sur deux gros articles. Le premier est la cinquième partie de l’étude sur les pérégrinations de la 11. Panzer-Division dans sa retraite du sud de la France vers les frontières du Reich tout en retardant le plus possible les troupes alliées afin de permettre aux maximum d’unités allemandes de refluer en plus ou moins bon ordre. Ici, il s’agit d’étudier en détail les évènements du 5 septembre 1944 autour de Besançon. L’iconographie, photos et profils couleurs, est superbe.

L’autre article important est une étude des fortifications de la Ligne « Staline » face à la frontière russo-finlandaise en Carélie. Si le sujet mériterait d’être détaillé davantage et si une bonne part du texte explique les évènements de la Guerre d’Hiver en 1939 et 1940 et sa continuation en 1941 lors de l’opération « Barbarossa », il n’en reste pas moins une approche originale des fortifications beaucoup moins connues que les traditionnels bunkers du « Mur de l’Atlantique », du « Westwall » ou encore de la « Ligne Maginot ».

Le reste du magazine est également de très bonne facture et explore intégralement des sujets très peu connus du grand public et même des passionnés pourtant gavés de littérature spécialisée. Ce numéro revient sur l’audacieux raid sur Granville en mars 1945 par les forces allemandes stationnées et encerclées sur les îles anglo-normandes.

Dans la continuité des précédents numéros, celui-ci continue d’aborder des personnages peu connus du III. Reich, en l’occurrence un parfait exemple de bureaucrate du régime nazi, qui va jouer un rôle essentiel dans la montée en puissance de la Waffen-SS et qui finira chef de l’Ersatzheer démontrant ainsi la mainmise du régime sur tous les organes à la fin du conflit.

Avec plaisir, les anciens retrouvent la signature d’Alain Henry de FRAHAN qui propose une étude sur les opérations de l’OSS en Birmanie. Passionnant…

Enfin, l’exploration d’une nouvelle épave, en l’occurrence celle du « La Tanche », est l’occasion d’aborder le rôle des chalutiers réquisitionnés par la Marine française au début du conflit.

=> Sommaire détaillé

=> 39/45 Magazine n°319, Editions Heimdal, mars 2014, 7,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 82 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

GBM n°107 (Editions Histoire & Collections, janvier / février / mars 2014)

revue_gbm_107

Dans la continuité des précédents numéros de GBM, celui-ci continue d’explorer l’organisation et l’équipement de l’infanterie française au cours de la Première Guerre mondiale en s’arrêtant ici sur la section de mitrailleuses et la difficile gestation des programmes de chars français durant l’Entre-Deux-Guerres. Dans ce dernier, se trouve un schéma d’évolution du concept en France de 1918 à 1939 qui complète parfaitement le dossier sur la naissance du « Main Battle Tank » paru dans Truck & Tanks n°42.

D’un seul morceau, l’historique du 5ème BCC couvre les opérations en Sarre en septembre 1939, les combats pour Longwy en mai 1940 et la retraite vers Toul où s’achève la guerre pour cette unité. De très nombreuses photos accompagnent le texte ainsi que des profils couleurs et un exceptionnel organigramme dessiné véhicule par véhicule.

La biographie du général HUNTZIGER est particulièrement intéressante au sens où elle met en valeur les paradoxes du haut commandement français. Intellectuellement brillant, physiquement très alerte, il sera totalement dépassé par les événements de mai 1940 alors qu’il commande un secteur clef… Sa mort accidentelle en novembre 1941 lui évite une cruelle introspection sur son rôle en mai et dans les premiers pas de l’Armée d’Armistice.

Les autres articles (Remington pour les fantassins français de 1914, les automobiles du Service de Santé des armées lors de la Première Guerre mondiale, le remplacement du canon de montagne de 65 mm ou encore les fameuses Citroën-Kégresse P 19) combleront les passionnés et autres amateurs de l’armée française.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Batailles & Blindés n°59 (Editions Caraktère, février / mars 2014)

revue_bataillesetblindes_059**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Les sujets classiques et souvent resservis par la littérature spécialisée peuvent encore donner du bon, voire du très bon ! C’est le cas ici dans ce numéro de Batailles & Blindés, dont les lecteurs sont habitués à la qualité des travaux.

Deux sujets ont en effet déjà fait couler beaucoup d’encre : les chars français en 1940 et les conditions de la mort de l’as des as des Panzer du III. Reich, Michael WITTMANN.

Le premier replace l’évolution de l’arme blindée française depuis la fin de la Première Guerre mondiale et explique les choix qui ont été faits et pourquoi ils se sont avérés malheureux en mai et juin 1940 malgré des équipages de qualité, des matériels neufs et de bonne qualité. L’accent est mis à juste titre sur le manque de combinaison des différents facteurs et sur le facteur « humain » qui a obéré les capacités organisationnelles de l’ensemble. Autre enseignement très bien expliqué : un armement seul n’est rien.  Bref, cet article, loin d’être une redite, est une parfaite synthèse du drame français de 1940 et une leçon de management des organisations.

Le second sujet concerne la fin de Michael WITTMANN à bord d’un PzKpfw VI Ausf. E « Tiger » de la schwere SS-Panzer-Abteilung 101 près de Cintheaux en Normandie le 8 août 1944. Après avoir rappelé les légendes qui se sont accumulées et auto-nourries au fil des décennies, l’article revient sur les hypothèses les plus probables et examine chaque détail et chaque témoignage pour essayer de faire sortir les éléments qui paraissent intangibles. Au final, il apparait que l’attaque allemande a été faite en dépit du bon sens, faute de temps de préparation, par fatigue physique et morale, par sentiment de supériorité. C’est un véritable guêpier qui attend les chars lourds allemands, un véritable succès tactique anglo-canadien. L’article est particulièrement bien construit, illustré brillement (carte pleine page en format A4, scénographie des dernière secondes du « Tiger » de WITTMANN).

D’un point de vue opérations, ce numéro revient sur les combats assez peu connus de la Leibstandarte SS le long de la Mer d’Azov à l’automne 1941 où les limites de l’opération « Barbarossa » sont déjà évidentes, sur le dernier coup de poker en Tunisie avec l’opération « Ochsenkopf » qui malgré un conglomérat d’unités d’élite et de chefs expérimentés et brillants sera un échec, sur la charge digne des heures de gloire de la cavalerie américaine de la Task-Force « Butler » des plages de Provence à Gap en août 1944.

Le blindorama est consacré à la Nouvelle-Zélande dont les unités blindées méritent d’être davantage connues.

En résumé, un numéro qui fera date compte tenu de la qualité de ses deux dossiers principaux qui n’enlèvent rien à la qualité des autres articles tous d’excellente facture.

=> Sommaire détaillé

=> Batailles & Blindés n°59, Editions Caraktère, février / mars 2014, 6,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Air Fan n°423 (Editions EDIMAT, février 2014)

 

revue_airfan_423**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

La guerre électronique par la voie des airs occupe une place du choix dans ce numéro avec deux très bons articles qui intéresseront les amateurs. Le premier concerne les missions menées par l’Armée de l’Air en pleine Guerre froide qui envoie ses avions « Gabriel » collecter tous les bruits possibles émis par les forces du Pacte de Varsovie lors de vols au-dessus de l’Allemagne à l’époque divisée en deux par le rideau de fer et en empruntant les couloirs aériens qui reliaient Berlin à la RFA. C’est l’occasion de découvrir le vénérable Noratlas dans un rôle peu connu. L’autre article concerne le prochain retrait du service de l’EA-6B « Prowler » qui assura les missions de guerre électronique pour le compte de l’US Navy et l’US Marine Corps durant quarante-cinq ans. C’est aussi l’occasion d’aborder la transition faite avec l’EA-18G « Growler » qui prend la relève.

Les autres articles sont plus classiques avec un aperçu du rôle des NH-90 italiens en Afghanistan, les échanges entre les A-4 « Skyhawk » la chasse singapourienne et l’Armée de l’Air et un bref retour sur les festivités organisées à l’occasion des 70 ans de l’EC 3/11 « Corse ».

L’interview du commandant actuel de l’Ecole des Troupes Aéroportées de Pau est particulièrement intéressante, même si courte, car elle aborde les évolutions en cours tant d’un point de vue équipements (parachutes, avions), organisationnel, formation et engagement.

=> Sommaire détaillé

=> Air Fan n°423, Editions EDIMAT, février 2014, 5,80 € (prix à parution, France métropolitaine), 52 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Trucks & Tanks n°42 (Editions Caraktère, mars / avril 2014)

revue_tnt_042**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

L’évolution de l’arme blindée au XXème siècle est la clef de voûte de ce numéro.

Tout d’abord, un article revient sur les premiers pas de l’artillerie d’assaut française lors des deux dernières années de la Première Guerre mondiale. Ensuite, le dossier principal décrit la genèse du concept de char de bataille principal (Main Battle Tank) qui puise directement ses racines dans la révolution du concept de char de combat qui s’est opérée avec la Seconde Guerre mondiale. Le cheminement des principaux belligérants (France, Grande-Bretagne, URSS, Etats-Unis, Allemagne) fut différent, mais la conclusion à laquelle ils arrivent peu à peu est finalement assez similaire. Cette étude est l’occasion de comprendre et de visualiser l’ampleur de l’évolution entre quelques années de conflit. Pour chacun des pays cités, une double page montrer année après année l’apparition des modèles principaux. C’est très visuel et très didactique. Ce dossier démontre que dans les période de Révolution dans les Affaires Militaires « RMA », il y a néanmoins une continuité et que les changements ne peuvent être compris que quand ils sont mis bout à bout.

Plus classiques, mais toujours de très bonne facture, les articles concernant le Škoda Radschlepper Ost et le « Hummel », qui couvre également son petit frère « Wespe», procurent de bonnes synthèses techniques. L’exotisme revient à l’article sur le premier char développé et construit en Amérique du Sud avec le Nahuel DL 43 argentin.

L’habituel comparatif oppose le Sturmpanzer IV et le SU-122.

=> Sommaire détaillé

=> Trucks & Tanks n°42, Editions Caraktère, mars / avril 2014, 6,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

39/45 Magazine n°319 (Editions Heimdal, février 2014)

3945magazine319

**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Les deux articles les plus fouillés de ce numéro concernent la seconde partie du témoignage d’un ancien artilleur de la Leibstandarte SS Adolf Hitler qui couvre les années 1941 à 1945 avec de nombreuses photos issues de collections privées et la quatrième partie de l’étude sur les combats menés par la 11. Panzer-Division en août et septembre 1944 face aux troupes américaines qui remontent par le couloir rhodanien après avoir débarquées en Provence. Quelques très beaux profils couleurs illustrent ce dernier article dont un très beau bus ambulance du Feldersatz-Bataillon 61.

A côté de ces deux articles, ce numéro aborde plusieurs sujets assez méconnus : le rôle de Reims et de la région champenoise dans le déploiement de l’US Army à partir de l’automne 1944, les ouvrages de propagande du NSDAP.

La parution du deuxième tome du « Carrousel des Panzers » est l’occasion de revenir sur les derniers combats dans les Alpes durant lesquels les Allemands tentent d’aider les Italiens en prenant à revers les troupes françaises. Cet article se concentre essentiellement sur le rôle de la 4. Panzer-Division et de la 1ère Brigade de Spahis qui tient son rang jusqu’à la fin.

Enfin, il faut apprécier l’exercice de Tristan RONDEAU qui étudie la littérature de guerre autour de la bataille de Normandie avec le rôle des correspondants de guerre et de quelques célébrités comme Ernest HEMINGWAY et Samuel BECKETT.

Il n’y a pas d’étude de fortification dans ce numéro. L’habituelle rubrique « Bunkerarcheo » est remplacée par un article sur le sous-marin britannique HMS « Stubborn » qui fut coulé en 1946 comme cible lors d’un exercice après avoir mené une carrière bien remplie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les photos en couleurs de l’exploration de l’épave sous-marine sont superbes.

=> Sommaire détaillé

=> 39/45 Magazine n°319, Editions Heimdal, février 2014, 7,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 82 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Sous le feu, la mort comme hypothèse de travail (Michel GOYA, Editions Tallandier, janvier 2014)

tallandier_goya_michel_sous_le_feu**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Livre étonnant et original, Sous le feu du colonel Michel GOYA est une plongée dans les secondes et les minutes du soldat qui fait face au feu ennemi, peut être blessé ou mourir à tout instant et qui inversement peut ôter la vie de l’adversaire ou commettre un irréparable « dégât collatéral ».

A partir de témoignages recueillis auprès de vétérans de conflits contemporains ou dans la littérature des conflits plus anciens, mais toujours modernes, auxquels se mélangent des souvenirs personnels, les pages montrent en quoi l’homme doit être capable de sortir de son propre rôle pour combattre, se dépasser, et l’intérêt de l’entraînement, de la cohésion, etc.

Qu’ils soient officiers, sous-officiers ou simples soldats, les combattants sont tous soumis aux mêmes contraintes. La peur entraîne une surconsommation des munitions, des réactions irrationnelles et finalement apporte assez peu de résultats. Ceux qui font des « scores », réussissent une action impossible sont finalement assez peu nombreux. Le rôle des armées est de transformer et d’amener le plus d’hommes ordinaires à faire des choses extraordinaires en s’appuyant sur un noyau qui de toute façon fera plus. Le livre ramène le nombre de victoires de l’aviation au début du XXème siècle au nombre d’as, ou comment la majorité des victoires est issues d’une minorité d’hommes…

Le livre étudie également les conséquences traumatiques et psychiques du combat.

Enfin, dans un monde pétri d’individualisme et de recherche du confort personnel, Michel GOYA nous rappelle qu’un petit nombre d’entre nous se sacrifie et se dépasse au prix de son sang ou de sa santé psychique pour préserver notre bulle de prospérité et d’inconscience.

Brillant et incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux hommes et aux femmes qui font la guerre et nous garantissent de vivre en paix…

=> Sous le feu, Michel GOYA, Editions Tallandier, janvier 2014, 20,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 274 pages

=> Texte.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

2ème Guerre Mondiale thématique n°34 (Editions Astrolabe, février / mars / avril 2014)

2guerremondialehs034**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Les combats en milieu urbain ont toujours marqué l’histoire militaire, même si comparés aux autres engagements, ils demeurent minoritaires. Il est vrai qu’à chaque fois, ils atteignent des niveaux d’intensité particulièrement forts et marquent très souvent une étape majeure dans un conflit.

L’extension des cités et des métropoles notamment aux XIXème et XXème siècles ne peuvent qu’entraîner une multiplication des affrontements en zone urbaine. La Seconde Guerre mondiale n’y fait pas exception et quelques villes ont durablement marqué l’Histoire : Sébastopol, Stalingrad, Arnhem, Budapest, Berlin… Aussi connus soient-ils, ces engagements titanesques ne sont pas les seuls. L’armée allemande est confrontée dès septembre 1939 à l’âpreté des combats urbains quand elle atteint Varsovie.

Le numéro hors-série du magazine 2ème Guerre Mondiale propose une plongée dans les combats urbains de la période 1939-1945. L’immense avantage de ce thématique est de ne pas rester sur les grands « classiques » mais d’évoquer d’autres affrontements en milieu citadin quelques soient les fronts : Cassino et Ortona en Italie, Aachen en Allemagne, Taierzhuang en 1938 entre Japonais et Chinois, Manille dans le Pacifique.

Rédigé par Stéphane MANTOUX, ce numéro propose une introduction assez généraliste qui essaye essentiellement de préciser comment les différents belligérants ont cherché à maîtriser dès le début du conflit cette science particulière qu’est le combat urbain.

Malheureusement, le format du journal oblige un certain nombre de raccourcis et d’impasses (Lille, Brest-Litovsk, Rostov, Kharkov, Leningrad, Cherbourg, Brest, etc.) malgré un texte concis qui évite toute répétition. Particulièrement appréciable, l’inclusion du front asiatique et pacifique qui évite tout tropisme trop centré sur l’Europe. Pour un prix particulièrement attractif le lecteur peut posséder une bonne base de départ pour défricher les combats en milieu urbain de la Seconde Guerre mondiale… en langue française !

Il faut également apprécier les repères bibliographiques fournis à la fin même si forcément la liste est réduite et limitée.  Force est d’ailleurs de constater l’absence de références francophones…

Deux ouvrages généraux retiennent l’attention : WWII Street-Fighting Tactics chez Osprey et WWII Infantry Tactics chez Pen & Sword.

=> 2ème Guerre Mondiale hors-série n°34, Editions Astrolabe, février / mars / avril 2014, 6,95 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Normandie 1944 Magazine n°10 (Heimdal, 2014)

normandie1944010Le cœur de ce numéro est une étude particulièrement intéressante de Frédéric DEPRUN (auteur d’un excellent livre « Panzers en Normandie » sur la Panther-Abteilung de la 24. Panzer-Division attribuée à la 116. Panzer-Division en Normandie) sur les colonnes de ravitaillement de la 7. Armee au cours de la bataille de Normandie grâce aux notes prises par un vétéran au cours des événements et sur le reflux de l’armée allemande vers la Seine et plus particulièrement vers le pont d’Oissel, dernier point de passage franchissable. La seconde partie de l’étude s’attardera plus particulièrement sur le destin de celui-ci. Sur le franchissement de la Seine par l’armée allemande en retraite à l’issue de la bataille de Normandie, il faut lire « Seine de guerre » de Thierry CHION. Loin des lignes de combat, mais exposés en permanence à la menace aérienne alliée, les chauffeurs des colonnes de ravitaillement sont soumis à la fatigue des longues étapes routières, des opérations de chargement et de déchargement dans les dépôts et sont aussi exposés à la pression des unités combattantes qui n’hésitent pas à utiliser la force. Peu habitués au front, ces hommes sont exposés à un stress d’autant plus difficile à supporter qu’ils n’ont pas été soumis à un entraînement intensif et ont peu d’expérience. Les toutes dernières pages de l’article étudient le détail des épaves abandonnées sur un périmètre assez restreint sur la route du pont d’Oissel en s’appuyant sur les témoignages des vétérans et les sources photographies. Ce type d’article prouve s’il en était encore besoin que des pans entiers de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, y compris de ses moments les plus étudiés comme la bataille de Normandie, restent à explorer.

Deux articles s’attardent sur les infrastructures déployées par les Alliés pour accompagner le soutien aérien au plus près de la ligne de front. Le premier s’attarde sur l’aérodrome « B9 » et le seconde sur les unités de sauvetage et de réparation de la RAF et de la RCAF. Sans ces unités méconnues, il serait impossible de gagner la bataille car il serait impossible d’offrir le soutien logistique nécessaire aux unités en première ligne. Pour bien mesurer l’ampleur des efforts logistiques anglo-américains pour prendre pied sur le continent, il est nécessaire de consulter « 50 aérodromes pour une victoire ».

Sur le Débarquement proprement dit, ce numéro poursuit son étude sur le rôle de l’US Coast Guards et propose un article original sur les « éclaireurs » des forces navales alliées dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 avec deux vues des échos radars de la côte normande tels que captés par l’armada alliée.

Côté combats proprement dits, un article propose une première partie d’une étude sur la 8th Durham Light Regiment de la 50th (Northumbrian) Infantry Division à Tilly-sur-Seulles (voir aussi le livre « Tilly-sur-Seulles » de l’auteur de l’article Stéphane JACQUET) et un retour sur la Côte 112, haut lieu des combats entre Britanniques et Allemands en Normandie (voir aussi « Enfer sur la Côte 112 » de Georges BERNAGE). Les parachutistes américains ne sont pas oubliés avec une rapide évocation d’un vétéran américain du 502nd PIR de la 101st US Airborne Division « Screaming Eagles » mort de ses blessures le 11 juin à la suite d’un straffing de deux Messerschmitt Bf 109 sur les positions américaines autour de Carentan.

Un article étudie plus spécifiquement l’Infanterie-Regiment 729 de la 709. Infanterie-Division dans son rôle de troupe d’occupation avant le 6 juin 1944 et dans sa participation à la mise en place du Mur de l’Atlantique pour faire face à un débarquement allié sur le continent.

Sommaire :

Philippe BAUDUIN, Les yeux et les oreilles de Neptune, les aides à la navigation du 6 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de cinq pages sur la façon de conduire la flotte de navires de l’opération Neptune pour le Débarquement allié en Normandie incluant l’opération Gambit – Photos, cartes.

Sébastien DEVIERE, 1940-1944, l’armée allemande occupe le Val-de-Saire, le Grenadier-Regiment 729, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de sept pages sur la 709. Infanterie-Division en que troupe d’occupation en Normandie et son rôle dans l’édification du Mur de l’Atlantique avec le Débarquement et les combats dans le Cotentin – Photos, cartes.

Jean-Luc CAYEZ, Histoire d’un para du 502nd Parachute Infantry Regiment, 6-11 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de cinq pages décrivant le parcours d’un parachutiste de la 101st US Airborne Division en Normandie – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Philippe TROMBETTA, L’US Coast Guard, acteur méconnu du Jour-J (2ème partie), in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de dix pages sur le rôle de l’US Coast Guard à Omaha Beach – Photos, , reproductions couleurs d’objets d’époque, ordre de bataille.

Stéphane JACQUET, Les Durhams dans la bataille de Saint Pierre (Tilly-sur-Seulles) (1ère partie), 9 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de quatorze pages sur la 50th (Northumbrian) Infantry Division à Saint-Pierre dans la bataille de Tilly-sur-Seulles face à la 130. Panzer-Lehr-Division – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Philippe BAUDUIN, B9 Creully-Lantheuil/Saint-Gabriel, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de dix pages sur le rôle du terrain d’aviation avancé B-9 dans les opérations aériennes au-dessus de la Normandie – Photos, plan.

Vincent DUSSUTOUR, Côte 112 après les combats, Baron-sur-Odon, Gavrus, 1944, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de huit pages sur les vestiges de guerre de la Cote 112 après les combats – Photos.

Philippe TROMBETTA, Les RAF et RCAF Repair et Salvage Unit, in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de douze pages sur les unités de maintenance britanniques et canadiennes employées sur les terrains d’aviation avancés pour soutenir les opérations aériennes en Normandie – Photos, profils couleurs.

Frédéric DEPRUN & Fabrice DHOLLANDE, Vers le pont d’Oissel (1ère partie), Lkw-Fahrer de la 7. Armee (6 juin au 26 août 1944), in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de vingt-quatre pages sur la destruction d’une colonne allemande se repliant par la Seine à Oissel et incluant le témoignage d’un chauffeur des unités logistiques de la 7. Armee chargées de convoyer le ravitaillement aux unités de combat – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes, profils couleurs.

Bibliothèque Bataille de Normandie


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !