Interview de Nicolas PONTIC, Rédacteur en chef du magazine 2e Guerre Mondiale

2guerremondiale

Depuis quelques temps déjà, 2e Guerre Mondiale a changé de formule et de rythme de parution en devenant trimestriel. Quels étaient vos objectifs et pensez-vous y être parvenu ?

La crise frappant également la presse spécialisée, l’objectif de la direction était de réduire les frais et d’améliorer le rendement, afin de sauvegarder la revue. L’objectif est pleinement rempli, en particulier du fait que la revue a bénéficié en même temps d’une nouvelle ligne éditoriale et d’une nouvelle formule qui ont manifestement été plutôt bien accueillies par les lecteurs, au vu des résultats. Mais la limite de la « trimestrialisation » étant atteinte, nous discutons de la possibilité de pouvoir passer à nouveau en bimestriel pour ce qui est du numéro « normal ».

Vous attachez une importance particulière à écrire « l’histoire de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale. Quels sont les principaux dogmes battus en brèche ces dernières années et quels sont les « mythes » qui méritent d’être examinés de nouveau avec un recul historique qui n’existait pas encore il y a quelques années ?

Il y a principalement deux de ces « mythes » que nous souhaitons remettre en cause à la rédaction : la supériorité tactique et opérationnelle incontestée de la Wehrmacht, qui n’aurait été battue qu’à cause d’une supériorité numérique alliée indépassable ; le « rouleau compresseur » soviétique, qui n’aurait gagné que grâce à un réservoir humain inépuisable et sans aucune imagination stratégique. Mais les sujets historiographiques ne manquent pas : le mythe de Rommel ; la Collaboration ; la Résistance ; les compétences de stratège d’Hitler, etc. sont autant de sujets sur lesquels il y a aujourd’hui encore beaucoup à dire…

Quels sont les numéros dont vous êtes le plus fier et pourquoi ?

En tant qu’auteur, le numéro sur l’Armée Rouge (2GMT 13), car il m’a permis de revenir sur quelques aspects peu connus de cette armée mal aimée ; en tant que rédacteur en chef, les numéros 43, 44 et 46, d’un point de vue éditorial et technique : une maquette aboutie et des sujets très originaux dans le fond. La série des feux 2e Guerre mondiale Matériel, qui était aussi très intéressante, mais qui a été mal gérée du fait d’un manque de compétences internes à une époque difficile pour Astrolabe : avec un titre différent, il n’aurait pas « télescopé » les autres titres de la revue et aurait certainement connu de très beaux jours… dommage.

Devant l’abondance de l’offre, qu’est-ce qui permet à votre revue de se différencier des autres magazines spécialisés ? Quelle recette pour réussir ?

Il est vrai que le marché est de plus en plus « congestionné ». 2e Guerre mondiale est soutenue par une équipe rédactionnelle expérimentée et qui a le souci de traiter les sujets avec les dernières sources à disposition et avec des problématiques originales.

Les rubriques telles que « Ecrire l’histoire », où un historien peut exposer son point de vue sur un sujet plus ou moins polémique, ou encore les fiches personnages, qui proposent de nombreux « liens », à la mode d’une page web, afin de disposer d’un maximum d’informations contextuelles, démontrent une volonté de dynamisme de la revue.

Enfin, la maquette et la mise en page, sous la responsabilité de Guillaume Laugier, accentuent cette volonté en la mettant en forme.

Que change internet ?

D’un point de vue strictement commercial, il est évident qu’Internet nous fait du mal, puisqu’il propose souvent du contenu gratuit, avec parfois du très bon, mais très souvent le pire. A vrai dire, nous avons préféré ne pas considérer Internet comme un concurrent mais comme un complément, puisque nous nous en servons comme support d’annonce et, d’autre part, nous cherchons à établir des partenariats avec les sites les plus sérieux. Enfin, il propose un vivier d’auteurs parfois de qualité qu’il faut savoir dénicher…

Qui s’intéresse aujourd’hui à la Seconde Guerre mondiale ? Comment trouver l’équilibre entre les sujets « vendeurs » et favoriser la recherche historique, quitte à aborder des terrains plus arides et plus difficilement accessibles ?

L’Histoire a le vent en poupe en ce moment : tout le monde s’y met et même les hebdomadaires d’information sortent des Hors-Séries sur la Seconde Guerre mondiale. Le public pour cette histoire spécialisée est donc large et important : notre lectorat touche indifféremment les étudiants, les actifs, les retraités, les jeunes, les moins jeunes, les militaires, les femmes, les hommes, etc.

L’idée est de proposer un sujet de couverture fédérateur, mais original de par son traitement, et de distiller ensuite dans la revue des sujets plus « exotiques » sur le fond et la forme.

Comment capter de nouveaux lecteurs ?

Difficile. Si l’on est trop généraliste, on s’éloigne du noyau dur des passionnés, si l’on fait du trop spécialisé, on se coupe de la masse de ceux qui sont curieux mais ne cherchent pas à savoir quelles étaient les Panzer-Divisionen engagées à Koursk. Il faut donc se remettre en question à chaque numéro, trouver la formule la plus adéquate pour satisfaire suffisamment ces deux types de lectorat sans en laisser sur le bord du chemin. Nous pensons y être arrivés, puisque notre lectorat est stable et que nous proposons à chaque numéro un panaché d’article courts mais de réflexion, de dossiers longs mais au récit intense et d’articles de taille moyenne mais originaux.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Chut, c’est un secret ! Plus sérieusement, nous travaillons sur une toute nouvelle formule du Thématique, qui est devenu trop classique dans cet environnement concurrentiel. Avec deux numéros par an pour le moment, nous allons chercher à confectionner un magazine plus dense, plus « collector » et de référence.

=> Acheter des numéros de 2e Guerre Mondiale


Merci beaucoup à Nicolas PONTIC pour avoir répondu longuement et avec transparence à nos questions. C’est avec une curiosité et une impatience non dissimulées que nous attendons la nouvelle formule de 2e Guerre Mondiale Thématique ! Nous souhaitons un plein succès à ce sympathique magazine et à son équipe.


www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

1 réflexion sur « Interview de Nicolas PONTIC, Rédacteur en chef du magazine 2e Guerre Mondiale »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.